Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Anne OP DE BEECK (Chargé de cours à titre définitif - 2010)

Parcours

Le choix des études tient souvent à une rencontre... Anne Op De Beeck n'échappe pas à la " règle ". Elève à l'athénée de Nivelles, elle s'intéresse aux sciences, aux mathématiques, aux langues - " j'aimais un peu tout, sauf le français : je n'ai jamais été littéraire ", se souvient-elle, " mes parents ne sont pas scientifiques mais ils nous ont éveillés aux sciences très tôt ; à la maison, il y avait toujours des revues scientifiques qui trainaient. Je savais que j'aimais les sciences et en particulier les sciences du vivant. Un professeur de chimie fascinant a cristallisé cet intérêt ".

Elle entame donc une licence en chimie à l'Université libre de Bruxelles. En dernière année, elle choisit l'option biochimie. C'est alors qu'elle rencontre le virologue Rommelaere. " Le charisme de ce professeur était impressionnant ; il avait une culture immense ; c'était passionnant de discuter avec lui ", précise-t-elle. Au début des années '90, Anne Op De Beeck entame une thèse de doctorat sous la direction du Dr Perrine Caillet-Fauquet dans le laboratoire du professeur Jean Rommelaere, à Rhode-Sainte-Genèse. Mais très rapidement, la doctorante se retrouve sans patron ni structure : Jean Rommelaere est parti pour prendre la direction de la Division of Tumor Virology du German Cancer Research Center. " C'était une superbe aventure : nous étions un petit groupe très soudé de chercheurs ; j'ai appris alors à me débrouiller dans l'univers de la recherche, à trouver des fonds pour financer ma thèse de doctorat, etc. ", explique-t-elle.

A l'époque, la doctorante étudie sur modèle murin une famille de virus, les parvovirus qui ont la capacité de se multiplier de préférence dans des cellules cancéreuses et de les lyser. Les scientifiques espéraient alors guérir le cancer grâce à ces parvovirus... Sa thèse défendue se pose pour la jeune chercheuse la question du choix : où partir en post-doctorat ? Pour étudier quoi : la virologie ou la biologie cellulaire ? Yvan de Launoit qui dirige alors le Laboratoire de Virologie Moléculaire sur le campus Erasme, lui conseille de poursuivre en virologie mais de changer de virus. Elle part donc en postdoctorat à... Lille. " Je m'attendais à m'expatrier plus loin, dans un pays anglophone et puis, ce fut Lille où je me suis immédiatement sentie très bien. C'était un petit laboratoire naissant dirigé par Jean Dubuisson et spécialisé dans le virus de l'hépatite C. Dès 1998, mon sujet d'étude est devenu l'enveloppe du virus de l'hépatite C : je cherchais à comprendre comment des protéines s'assemblaient et fonctionnaient pour faire entrer le virus dans la cellule cible ", commente Anne Op De Beeck.

Sa priorité alors est d'étoffer son CV. Elle multiplie les collaborations internationales ; elle publie dans des revues reconnues ; très vite, elle occupe une place centrale dans le jeune laboratoire ; elle postule à plusieurs concours nationaux français. A la même époque, la chercheuse rencontre celui qui deviendra son mari : elle commence à penser à revenir à Bruxelles. En 2003, elle donne naissance à son premier enfant tout en continuant les " allers-retours " Bruxelles-Lille... En 2004, elle pose pour la première fois sa candidature au CNRS et est reçue ! " C'était une formidable reconnaissance comme chercheur mais une horreur sur le plan logistique ! ", sourit-elle aujourd'hui.

Le " petit labo lillois des débuts " a grandi : il compte une trentaine de personnes et manque d'espace. Yvan de Launoit accepte de l'accueillir sur le campus Erasme où la désormais chercheuse du CNRS poursuit son sujet d'étude " hépatite C " lillois. Elle commence à monter son unité de recherche, obtenant du FNRS des financements pour du matériel et de l'équipement, etc.

Au même moment, Yvan de Launoit part pour l'Institut de biologie de... Lille. La Faculté de médecine de l'ULB recrute alors un chargé de cour en virologie. Anne Op de Beeck est choisie. Elle est nommée chargée de cours à titre définitif en 2010.

" En quittant le CNRS, je savais que la recherche allait être très difficile, la première étape étant de trouver l'argent pour la financer. Mais, la Belgique m'offrait l'opportunité d'enseigner, ce qui m'intéressait énormément. J'adore le contact avec les étudiants ; réussir à les sensibiliser à la virologie est très gratifiant ", confie-t-elle. Avec le Dr Snoeck, titulaire du cours de virologie des médecins, Anne Op de Beeck innove en enseignement. Ils prennent le pari de faire manipuler les quelque 150 étudiants de BA3 médecine. L'auditoire est divisé en sous-groupes ; les étudiants sont invités à résoudre des cas cliniques, à poser un diagnostic, à trouver une solution et à la démontrer... " Ils étaient enfin dans Dr House ", plaisante-t-elle. Et ça marche : les étudiants sont enthousiastes ; des collègues se rallient au projet pédagogique ; désormais, les travaux pratiques de virologie, de bactériologie, de parasitologie ont fusionné.

Anne Op De Beeck développe également son laboratoire de recherche. Timidement... Il y a 3 ans, elles étaient deux - un technicienne virologiste, " une aide précieuse ", souligne-t-elle et elle - ; aujourd'hui, elles ont été rejointes par un post-doctorant, un doctorant et un mémorant qui travaillent sur deux axes : les parvovirus humains B19 et de virus de l'hépatite C. " Faire de la recherche en Belgique, c'est très difficile parce qu'il faut tout faire à la fois : gérer un groupe, manipuler, lire, publier, trouver des financements, remplir diverses tâches administratives, donner des cours... Ce qui me frustre le plus, c'est de n'être presque plus à la paillasse. Manipuler demande un investissement énorme, il faut totalement s'immerger dans sa recherche pendant plusieurs semaines. Alors, je m'y consacre surtout pendant les deux mois d'été ". Et le (trop peu) de temps libre qu'il lui reste, elle le consacre à ses deux enfants, âgés de 5 et 7 ans.

Contacts

Anne OP DE BEECK

tel 02 555 6081(6078), fax 02 555 6013,

Campus Erasme

ULB CP614, route de Lennik 808, 1070 Bruxelles