Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Ignace LORIS (Chercheur qualifié FNRS - 2010)

Parcours

Adolescent, Ignace Loris s'intéresse à l'astronomie, " une passion pas très originale " sourit-il aujourd'hui. Les sciences titillent sa curiosité, il s'inscrit en 1re candidature physique et mathématique à la VUB. A l'université, ses préférences s'affirment : il étudiera la physique dont on voit plus directement les applications.

Sa licence en physique mathématique terminée, Ignace Loris entame une thèse de doctorat. " Mon frère est chercheur en biologie appliquée ; à 18 ans, je savais que la recherche universitaire existait mais je n'ai vraiment découvert ce que c'était qu'en entamant mon doctorat ", se souvient-il. Aspirant pendant 4 ans, il intègre le Service de physique théorique de la VUB où il étudie les solitons, des ondes solitaires non linéaires et très stables qu'on trouve par exemple dans la fibre optique ou qu'on observe dans les tsunamis. En 1998, il défend sa thèse et entame un post-doctorat à la VUB (FWO) : il y restera 9 ans, entrecoupés par un séjour d'un an au Japon, à l'Institut de physique théorique de l'Université de Kyoto. " A la fin de mon post-doctorat, j'ai réorienté ma recherche vers les mathématiques appliquées. Je suis parti pendant deux ans me former à l'Université de Princeton aux Etats-Unis ".

C'est à Princeton qu'il appréhende la recherche qu'il mène aujourd'hui : les problèmes inverses. Les problèmes inverses sont... l'inverse de problèmes directs qui déterminent les effets à partir de causes connues. Donc, les problèmes inverses sont des problèmes dont on connaît l'effet ou le résultat mais dont on ignore la cause. Et, grâce aux mathématiques appliquées, Ignace Loris tente de déduire cette cause en mesurant les effets. En novembre 2006, le chercheur est de retour à la VUB. Il décroche un mandat de chercheur intercommunautaire de la Fondation Francqui et séjourne 6 mois à... l'ULB, " c'est amusant, je n'avais qu'à traverser le campus de La Plaine pour passer du laboratoire de la VUB à celui de l'ULB ", explique-t-il.

En 2010, il est nommé chercheur qualifié FNRS à l'ULB, au sein du Service Mécanique et Mathématique appliquée de la Faculté des sciences. Sa recherche porte sur les problèmes inverses. Sa " marque de fabrique " ? Développer des algorithmes qui permettent d'étudier ces inversions plus rapidement et plus efficacement. Parmi les applications étudiées actuellement en collaboration avec les équipes de géophysiques de Nice et de Princeton : les problèmes inverses liés aux tremblements de terre. Il s'en produit des milliers dans le monde ; les scientifiques disposent de millions de données liées à ces tremblements de terre comme par exemple le temps d'arrivée des ondes sismiques. Ignace Loris développe des algorithmes qui vont aider les scientifiques à, à partir de la vitesse de diffusion de ces ondes, déduire la structure interne du manteau terrestre.

" Les problèmes inverses peuvent donner lieu à de nombreuses applications. Prenons l'exemple de l'imagerie médicale : à partir des données du scanner ou du Petscan, une image du corps est reconstituée et on identifie d'éventuelles anomalies. C'est là clairement un problème inverse. Un autre exemple : la détection de défauts dans un matériau sans le détruire, comme des soudures dans un réacteur nucléaire testées par ultrasons ", souligne Ignace Loris.

Chercheur depuis 16 ans, d'un naturel calme et réfléchi, Ignace Loris précise : " Le plus motivant pour moi est de découvrir quelque chose qu'on ignorait auparavant ; aboutir à des applications qui étaient jusqu'alors impossibles, voire inimaginables et ainsi faire progresser la société ".

Et lorsqu'il quitte son laboratoire, c'est pour... chercher encore et toujours. " Ma recherche est théorique, je n'ai pas besoin d'un environnement expérimental pour la mener. Réfléchir, on peut le faire partout, même dans le train, en dînant ou en regardant la télévision ", avoue-t-il. Ou encore sous les arbres fruitiers que ce fils d'agriculteur a planté il y a quelques années à Halle, où il aime se promener ou récolter les cerises.

Contacts

Ignace LORIS

Faculté des Sciences

tel 02 650 5854,

Campus de la Plaine

ULB CP217, boulevard du Triomphe, 1050 Bruxelles