Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Catherine BOULAND (Chargé de cours à titre définitif - 2010)

Parcours

" La recherche était-elle une vocation pour moi ? Je dirais que c'est plutôt le fruit d'une évolution et d'une maturation et que le hasard y est intervenu ", lance Catherine Bouland, qui poursuit, " J'ai toujours voulu comprendre comment les choses fonctionnent, c'est un fil qui a conduit mon évolution professionnelle. Ce fil m'a amenée d'études en biologie animale vers un élargissement à l'environnement et pour fermer la boucle, à l'impact de l'environnement sur la santé humaine. Ma discipline actuelle combine l'envie de comprendre mais aussi plus pragmatiquement de soutenir la décision ".

Adolescente, Catherine Bouland est intéressée par les sciences de la vie, la nature, les oiseaux, le monde marin mais aussi les aspects graphiques, le dessin. Elle participe notamment à de nombreux stages organisés par les Jeunesses Scientifiques.

Elle entame donc des études de zoologie à l'Université. Son mémoire porte sur la biologie marine vers laquelle elle s'oriente pour réaliser une thèse. " Le sujet de ma thèse portait sur la compréhension des mécanismes de contrôle de la reproduction chez un invertébré marin commun, l'étoile de mer, qui constitue un modèle pour la compréhension d'animaux plus " complexes ". Cet invertébré est proche des vertébrés en ce qui concerne les hormones qui contrôlent la reproduction. J'ai voulu approfondir mes recherches en vue d'identifier l'hormone des étoiles de mer et la comparer à celle des mammifères ".

Au cours de sa thèse de doctorat, elle bénéficie d'un financement IRSIA et devient assistante associée à l'Université d'Orléans (France) pendant 4 ans. " Mes travaux m'ont permis de participer à de nombreuses réunions de travail et de congrès tant en Europe qu'en Amérique du nord (USA et Canada) " se souvient-elle.

Elle part ensuite en séjour post-doctoral au Canada, à l'Université de Victoria (Colombie Britannique) : elle y approfondit ses recherches sur l'endocrinologie embryonnaire et évolutive à partir du modèle de l'étoile de mer. " Ces travaux m'ont amenée à me pencher sur l'évolution et la conservation des hormones, un sujet que j'ai approfondi par un cours spécialisé en endocrinologie embryonnaire à l'Université de Praglia en Italie. Ils m'ont aussi permis de m'intéresser globalement aux mécanismes du contrôle hormonal de phénomènes tels la reproduction " explique-t-elle.

Catherine Bouland entame alors une carrière académique au Canada : elle devient professeure-chercheure visiteur à l'Université Laval à Québec. Elle y poursuit ses recherches sur l'identification des hormones de la reproduction. Elle se penche également sur d'autres phénomènes, parmi lesquels l'impact de paramètres environnementaux sur les populations.

De retour en Belgique, elle décide de se réorienter vers l'environnement et s'inscrit à une formation en gestion de l'environnement à l'Institut éco-conseil de Namur. " Cela a été une étape déterminante de ma réinsertion professionnelle. Cette formation m'a ouvert un nouveau carnet d'adresse et de nouveaux champs d'investigation ", souligne-t-elle. Après un stage à l'IBGE, elle y est engagée pour développer des actions de lutte contre le bruit en milieu urbain et rédiger un plan régional.

Elle est ensuite invitée à piloter un groupe d'experts dans le cadre de la préparation de la directive bruit ambiant et à introduire avec succès un projet européen dans le cadre du financement LIFE. " L'augmentation des préoccupations politiques pour les effets de paramètres de l'environnement sur la santé m'a donné l'opportunité de continuer à évoluer et de proposer la mise en place en Région de Bruxelles-Capitale d'un concept d'interface santé - environnement pour identifier les priorités bruxelloises, les demandes de formation et de collaboration entre professionnels de l'environnement et professionnels de la santé. Cet interface a été rendu opérationnel dès 1998 et pendant les quelque 10 ans qui suivirent, il s'est élargi pour devenir un département et un modèle pour d'autres régions belges mais aussi dans les pays voisins ", explique Catherine Bouland.

Le décret Bologne a permis la création de l'orientation environnement pour le master en santé publique de l'ULB, Catherine Bouland y donne cours depuis 2006. En novembre 2010, l'Ecole de Santé publique de l'ULB lui propose de développer une chaire en santé environnementale. Elle accepte et est nommée chargée de cours à titre définitif.

" Je consacre une grosse partie de mon temps à préparer les cours et travaux pratiques et l'autre à poursuivre les collaborations, les projets entamés et à préparer le futur. En pratique, je suis impliquée dans la finalisation d'un projet européen étudiant l'évaluation des effets de la pollution atmosphérique sur la santé. Les recherches visent à valider plusieurs algorithmes à l'échelle de villes. 25 villes européennes dont Bruxelles y participent pour un total de 40 millions d'habitants. En parallèle, je prends des contacts pour participer à de nouveaux projets ", précise-t-elle, " La santé environnementale est le thème central de mes recherches. Je suis particulièrement intéressée par l'approche globale ou systémique de la santé environnementale et en particulier par des questions de pollution à l'intérieur des bâtiments, de pollution de l'air ambiant et du bruit, les faibles doses et les effets de perturbation du système endocrinien et le cumul des expositions à différents paramètres de l'environnement ".

Pour Catherine Bouland, être chercheur, c'est " un dialogue perpétuel entre les observations, le terrain, les hypothèses, les projets concrets, la validation ou non et enfin le retour. C'est un dialogue avec prise de recul, pas de dogme, tout doit être testé, chaque idée a une place. Ce dialogue implique humilité et courage, il signifie aller à la rencontre des autres, aller vers des approches ou des disciplines différentes. Etre chercheur, c'est à la fois être seul et très entouré ".

Et lorsqu'elle ferme la porte de son bureau, c'est pour s'émerveiller de la nature, se promener, nager, s'initier à la plongée sous-marine. Elle aime aussi voyager, découvrir d'autres cultures, d'autres personnes. Elle se passionne pour la photographie et le dessin. Elle apprécie les soirées entre amis. " Mais le temps est une denrée rare ", sourit-elle.

Contacts

Catherine BOULAND

Ecole de Santé publique

tel 02 555 4027, fax 02 555 4049,
http://www.ulb.ac.be/facs/esp/index.html

Campus Erasme

ULB CP593, route de Lennik 808, 1070 Bruxelles