Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Laura CALABRESE (Chargé de cours - 2011)

Parcours

Née en Argentine, Laura Calabrese a obtenu son diplôme en Littératures modernes à l'Université de Buenos Aires, avant de venir en Belgique étudier la traduction littéraire au Centre européen de traduction littéraire de la Faculté de Philosophie et Lettres. Elle a ensuite travaillé comme traductrice puis comme interprète, depuis et vers le français, l'espagnol et l'anglais. En parallèle, Laura Calabrese mène des recherches sur le discours médiatique. Finalement, elle décide de demander une bourse, qu'elle obtient, pour pouvoir se consacrer à sa thèse à temps plein.

Son intérêt pour les discours médiatiques remonte à son arrivée en Belgique en 2001. " Il y a eu, cette année-là, les attentats aux Etats-Unis puis la crise politique en Argentine en décembre. Quelques années après, il y eut la canicule (en 2003) et la loi sur les signes religieux en France ", précise Laura Calabrese. La chercheuse s'est alors intéressée aux termes utilisés dans les médias pour désigner chaque événement ou problème public. Si certains étaient capables de circuler dans plusieurs espaces médiatiques (" le 11 septembre "), la plupart étaient fortement ancrés dans le contexte (" la canicule ", " le voile ", " la crise "), ce qui les rendait incompréhensibles en dehors de cet espace.

Laura Calabrese termine sa thèse en trois ans et obtient tout de suite après (en 2010) un mandat du FNRS comme chargée de recherche ; un mandat qu'elle a dû abandonner à la fin de la même année lorsqu'elle est devenue titulaire de la Chaire de communication multilingue et de langue espagnole.

Aujourd'hui, elle donne cours d'analyse du discours, de sociolinguistique et de langue espagnole. Pour le master en communication multilingue, elle a créé deux cours, l'un axé sur le multilinguisme et l'autre sur la multiculturalité. Le premier aborde la problématique du contact des langues, les relations de pouvoir qu'elles entretiennent, leurs cycles de vie en fonction des cycles des sociétés qui les parlent et leur caractère intrinsèquement politique. Le second, qui sera donné en anglais à partir de l'année prochaine, aborde le contact des cultures à partir d'une perspective discursive : comment les différents groupes construisent-ils leurs discours sur soi et sur les autres ? Comment apparaît l'idée même d'altérité dans les différents types de discours sociaux (publicitaire, d'information, scolaire) ? Quels sont les modèles d'intégration et comment prennent-ils corps dans des discours et contre-discours socialement situés (eurosceptique, altermondialiste, libéral, etc.) ?

Elle poursuit sa recherche sur le discours médiatique mais aussi sur la réception, en étudiant les réactions des lecteurs sur les forums des médias d'information. Alors que ces réactions émergeaient autrefois dans le cercle privé notamment, elles se diffusent maintenant sur la toile et modifient les pratiques d'écriture des journalistes, ainsi que les pratiques de consommation de l'information de la part des lecteurs. " Les publics pensent qu'ils ont une place légitime dans la construction médiatique. Et désormais, la lecture des commentaires fait aussi partie de la lecture d'un journal ", note-t-elle.

Occuper cette chaire de multilinguisme semble assez logique pour Laura Calabrese. " Si on m'avait demandé ce que je voulais faire, j'aurais choisi cela ", confie-t-elle. En effet, née en Argentine, avec quatre grands-parents venus d'Europe, baignée dans le multilinguisme, Laura Calabrese a voyagé durant toute son enfance et son adolescence. Elle a habité en Afrique, en Amérique latine et en Europe. " J'ai un lien culturel avec l'Argentine, mais je ne suis pas plus attachée à ce pays qu'à un autre. Mais si les pays sont interchangeables, la langue maternelle ne l'est pas ", avance-t-elle. Aujourd'hui, elle a deux enfants, baignés dans le multilinguisme eux aussi, qui lui permettent d'observer directement les processus d'acquisition. Si elle a peu de temps libre pour se consacrer à des hobbys, elle trouve toujours un moment pour arpenter les marchés bruxellois et passer du temps derrière les fourneaux.

Contacts

Laura CALABRESE

Fac Lettres, Traduction et Communication

tel 02 650 3991,

Campus du Solbosch

ULB CP123, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles