Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Thomas HAMBYE (Chercheur qualifié - 2006)

Parcours

Très jeune, comme de nombreux enfants, je m'interrogeais beaucoup. J'adorais regarder le ciel et je me posais des questions du genre: pourquoi les étoiles brillent ou pourquoi y en a-t-il autant? Petit à petit, ces questions se sont affinées et de fil en aiguille, je suis devenu physicien théoricien. Cette activité me permet, de temps en temps, d'éprouver la grande satisfaction de trouver une réponse à ces questions. Ce métier me passionne car il consiste à utiliser de riches structures mathématiques formelles dans le but de répondre à des questions fondamentales reliées à des résultats expérimentaux très concrets.

Avec le profil phénoménologique qui est le mien, je m'intéresse aux phénomènes physiques qui ont été observés au niveau des particules élémentaires: j'essaie de voir si les résultats expérimentaux peuvent être compris dans le cadre du modèle standard des interactions fondamentales. Si ce n'est pas le cas, je confronte ces données expérimentales avec d'autres modèles existants et tente de développer de nouveaux modèles plus adéquats. En parallèle, j'essaie de voir si de nouvelles expériences pourraient être menées afin de déterminer si le modèle proposé est réellement le bon. Par exemple, à partir de 1998, il a été établi que les neutrinos ont une masse, ce qui n'était théoriquement pas prévu dans le modèle standard. Il était donc important de voir quels autres modèles pourraient expliquer ces masses. Ce travail permet d'obtenir des informations sur la physique des particules élémentaires et sur les interactions fondamentales de la nature en général. Ces découvertes n'ont pas directement d'applications pratiques (et en trouver n'est pas mon but premier même si celles-ci finissent toujours par survenir par la suite) mais sont fondamentales pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit.

Au-delà des problèmes de physique des particules élémentaires pure, je travaille également sur des problèmes d'astro-particules, ce qui consiste à utiliser la physique de l'infiniment petit dans le but de résoudre les énigmes cosmologiques, c'est-à-dire de l'infiniment grand. Une question passionnante dans ce domaine qui m'a beaucoup intéressé est l'origine de la symétrie matière/anti-matière de l'univers.

Mon parcours est celui d'un « nomade »; à la fois car j'ai beaucoup voyagé à l'étranger dans le cadre de mes recherches et car je suis passé de l'UCL à l'ULB. J'ai effectué mes études universitaires et mon doctorat à L o u v a i n - l a - N e u v e avant de faire un postdoctorat à Dortmund, en Allemagne. Ensuite, je suis allé à Rome, Marseille, Pise, Oxford et enfin à Madrid. Ces expériences ont été très enrichissantes tant sur le plan scientifique que sur le plan personnel. Je suis néanmoins très content de me « sédentariser » à l'ULB car c'est ce que je souhaitais à cette période de ma vie, sans pour autant mettre un terme à mes collaborations internationales. Dans le groupe du Service de physique théorique de l'ULB, nous avons des profils assez complémentaires, ce qui est important pour avoir des collaborations intéressantes et efficaces ainsi que pour former des étudiants sur un large spectre de thématiques. Je vais également avoir la possibilité d'enseigner plus souvent et d'avoir davantage de contacts avec des étudiants, ce à quoi je tiens.

Dans le domaine scientifique et dans celui de la physique théorique en particulier, on pousse les chercheurs à voyager afin qu'ils travaillent sur d'autres sujets et qu'ils acquièrent de nouvelles connaissances à l'étranger. Un des attraits de la vie de scientifique réside dans la possibilité de rencontrer des personnes du monde entier et de travailler avec elles grâce à un langage commun, dans mon cas, celui de la physique. Depuis ma thèse, je n'ai plus jamais travaillé avec des Belges ! Mes collaborateurs de recherche ont surtout été des Italiens, des Indiens et des Américains, chacun avec des connaissances et des cultures différentes.

Thèse

Masses induites par corrections de boucle en physique des interactions fondamentales (publiée le 7 juin 1995)

Contacts

Thomas HAMBYE

Faculté des Sciences

tel 02 650 5582,

Campus de la Plaine

ULB CP225, boulevard du Triomphe, 1050 Bruxelles