Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Marjolein VISSER (Chargé de cours - 2009)

Parcours

A la fin de ses " Humanités " à l'Athénée de Denderleeuw, Marjolein Visser s'oriente vers l'agronomie, pour l'éventail disciplinaire de cette filière. La spécialisation qu'elle choisit au sein du cursus d'agronomie (hydro-biologie appliquée et la dépollution de l'environnement) à l'Université de Gand ne l'empêche pas de consacrer son mémoire à l'étude de l'écologie des oasis continentales du sud tunisien. Elle est diplômée ingénieur agronome en 1991.

Un membre de son jury de mémoire prépare précisément, pour le VLIR (Vlaamse Interuniversitaire Raad), un projet sur la sauvegarde des ressources pastorales en Tunisie et lui propose d'en devenir le coordinateur local. Engagée contractuellement sur ce projet mené par l'Université de Gand, elle travaillera cinq ans à l'Institut des Régions Arides à Médenine et veillera à assurer la suite des activités, après sa rentrée en Belgique, par des missions régulières de monitoring financées par le Fonds de Transfert de Technologie (FTT), jusqu'en 2003.

En 1997, c'est donc le grand voyage de retour au pays natal où Marjolein Visser obtient une bourse de recherche et partage son temps entre l'enseignement à l'Ecole Supérieure de Gand et la recherche doctorale à l'Université de Gand. Le sujet de sa thèse, sous la direction du Prof. Dirk Reheul (Département de Production Végétale) porte sur la réhabilitation de terres arides dégradées moyennant la production de semences autochtones. Elle la défend en 2001.

Changement de cap, du désertique méditerranéen à l'humide atlantique, pour des raisons familiales. Marjolein découvre Galway en Irlande et hésite entre deux options : exploiter ses connaissances pour se lancer dans le journalisme scientifique ou se trouver un nouveau mandat de recherche. Une bourse Marie Curie de la Commission Européenne lui permet de se consacrer, pendant deux ans, à la recherche post-doctorale à Galway.

Elle s'intéresse, avec le regard de l'agronome, à la gestion d'un habitat particulier et confiné à l'ouest de l'Irlande, les turloughs, ces dépressions karstiques inondées en hiver mais pâturées en été, qui sont maintenant protégées en tant que sites du réseau de Natura 2000.

En juin 2004, son post-doc étant terminé, Marjolein Visser s'apprête une nouvelle fois à changer de vie professionnelle lorsque son ancien directeur de thèse, Dirk Reheul, l'informe d'une vacance de poste à l'ULB dans le domaine des systèmes agraires. Elle y est engagée comme Chargée de cours en octobre 2006. Sa nomination définitive, à la rentrée académique 2009, est plus qu'un soulagement. " Ce n'est pas seulement la stabilité mais surtout ne plus devoir changer de pays avec trois enfants ! ".

Les enseignements de Marjolein Visser concernent les systèmes agraires, la génétique et l'amélioration des plantes. Elle a, en outre, pris l'initiative d'organiser un stage d'immersion agricole pour les étudiants de MA1 Bioingénierie, option Sciences Agronomiques, en collaboration avec le CARAH à Ath (Centre pour l'Agronomie et l'Agro-industrie de la province du Hainaut). Il s'agit de montrer concrètement aux futurs agronomes le travail (les différents " métiers ") et les problèmes rencontrés par les agriculteurs aujourd'hui. Ses recherches couvrent deux axes : la réhabilitation des terres dégradées et l'agro-écologie des systèmes agraires en Europe, tous deux dans une optique d'agriculture durable.

Marjolein Visser poursuit ses collaborations avec Dirk Reheul et son équipe avec lesquels elle envisage de monter des projets en agro-écologie, avec l'Irlande, avec l'INRA et le CEFE (Montpellier) et aussi avec l'Institut des Régions Arides en Tunisie où elle a déjà envoyé des mémorants. Elle s'interroge sur la relation entre situation politique et état de la science, au départ du cas tunisien, pays qui a tous les moyens matériels pour la recherche mais dont les résultats scientifiques sont loin d'être à la hauteur. Elle voudrait consacrer du temps dans le futur à la bonne vulgarisation scientifique, convaincue qu'une bonne synthèse solidement étayée scientifiquement a plus d'impact dans le grand public qu'une addition d'articles spécialisés.

VISSER, Marjolein, M'SEDDI, K, CHAI¨EB, M., NEFFATI, M. - Assessing yield and yield stability of remnant populations of Cenchrus ciliaris L. in arid Tunisia: developing a blueprint for initiating native seed production. In: "Grass and Forage Science", Blackwell Publishing Ltd., 63, 2008, pp. 301-313.

VISSER, Marjolein, MORAN, James, REGAN, Eugenie, GORMALLY, Mike, SHEEHY SKEFFINGTON, Micheline - The Irish agri-environment: How turlough users and non-users view converging EU agendas of Natura 2000 and CAP. Elsevier Ltd, 2006.

VISSER, Marjolein, REGAN, Eugenie, MORAN, James, GORMALLY, Mike, SHEEHY SKEFFINGTON, Micheline - The rise and fall of turlough typologies: a call for a continuum concept. In: Wetlands, Vol. 26, No. 3, September 2006, pp. 745-764.

Contacts

Marjolein VISSER

Faculté des Sciences

tel 02 650 2133,

Campus de la Plaine

ULB CP264/02, boulevard du Triomphe, 1050 Bruxelles