Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Philippe PEIGNEUX (Chargé de cours - 2009)

Parcours

" Ne nous fions pas aux apparences " dit un adage familier qui semble des plus à propos devant le parcours de Philippe Peigneux ! Qui pourrait, en effet, imaginer, sous les atours et le profil du scientifique d'aujourd'hui, ses attaches sylvicoles et son expérience de bûcheron dans la forêt ardennaise durant trois ans. Et puis ce sont sept années où il exerce le métier d'éducateur et de psychomotricien, expérience qui le conduit à Cluj-Napoca en Roumanie, au c?ur d'un projet psycho-éducatif de Médecins sans Frontières dans les orphelinats de Transylvanie !

Lorsqu'il rentre en Belgique en 1992, des questions sur sa vie, son avenir, son statut le taraudent. Il décide alors d'entamer des études de psychologie à l'Université de Liège, tout en travaillant en parallèle comme éducateur en hôpital psychiatrique. Il a la chance de rencontrer, au cours de son cursus, Martial Van der Linden, professeur de neuropsychologie, qui supervise son mémoire de licence sur les déficits d'apprentissage dans la maladie de Parkinson et n'hésite pas à lui attribuer une bourse de doctorat pour travailler en neuroimagerie fonctionnelle, à 35 ans, au Centre de Recherches du Cyclotron de l'ULg, dans le cadre d'un Pôle d'Attraction Interuniversitaire (PAI) entre les universités de Liège et Leuven. Il s'engage alors dans une thèse consacrée aux bases cérébrales et cognitives des apraxies gestuelles (troubles de représentation du mouvement organisé), qu'il défend en 2000.

Le PAI sera son cadre financier et statutaire pendant dix ans de postdoctorat au total, et son port d'attache le Centre de Recherches du Cyclotron où il a démarré dès 1996 un nouvel axe de recherches sur le sommeil et la mémoire avec Pierre Maquet. Grâce au PET-scan, P. Maquet, Ph. Peigneux et collègues arrivent à prouver que les structures cérébrales impliquées dans l'apprentissage continuent à fonctionner pendant le sommeil. Cette première mise en évidence de phénomènes de réactivation neuronale au cours du sommeil fait d'ailleurs l'objet en 2000 d'une co-publication dans " Nature Neuroscience " (1), à laquelle prennent part l'équipe de P. Maquet, Ph. Peigneux et A. Cleeremans de l'ULB, avec qui il continuera ensuite une série de collaborations sur les bases cérébrales de la conscience.

L'ouverture d'une chaire de neuropsychologie clinique à l'ULB, que Philippe Peigneux postule, le rapproche de ses collègues bruxellois en 2006. Devenu Chargé de cours (et nommé définitivement en octobre 2009), Ph. Peigneux assure le cours de neuropsychologie clinique, un séminaire avancé de questions de neuropsychologie et l'encadrement des stages de neuropsychologie clinique. Il enseigne également le vieillissement cognitif normal et pathologique et la neuroimagerie fonctionnelle, et commencera en 2009-2010 un cours de 15h " Sommeil et Cognition ".

(Co)-auteur de nombreuses publications dont plusieurs dans des revues scientifiques internationales prestigieuses (Nature Neuroscience, Plos One, Neuron, Lancet Neurology, PNAS) et récemment auteur promoteur d'un article dans la revue Science (2), il est Associate Editor du " European Journal of Cognitive Psychology " et Secrétaire de l'" European Sleep Research Society ".

Fondateur et directeur de l'unité de recherches UR2NF " Neuropsychologie et Neuroimagerie Fonctionnelle " qui compte pour l'heure cinq doctorants, ses recherches s'inscrivent dans l'investigation des relations entre sommeil et processus de consolidation de la mémoire et plus largement de l'interrelation entre processus cognitifs et états de veille. Ph. Peigneux s'intéresse tout particulièrement aux processus par lesquels une nouvelle représentation est créée dans la mémoire et les processus de consolidation d'une nouvelle information dans la mémoire à long terme.

Les nouveaux axes de recherche de l'UR2NF, développés au sein de l'ULB, portent sur les processus sommeil-dépendants d'acquisition du langage et d'apprentissage dans les pathologies neuro-développementales, de consolidation en mémoire au cours du développement normal, les corrélats neuronaux des troubles attentionnels et d'hyperactivité chez l'enfant, et les bases cérébrales du langage dans la surdité. Ces projets qui font appel à la fois aux approches comportementales et aux techniques de neuroimagerie fonctionnelle, sont menés par les membres de l'UR2NF en collaboration avec des membres du Laboratoire de Cartographie Fonctionnelle du Cerveau à Erasme (Patrick van Bogaert, Serge Goldman, Danièle Balériaux et Isabelle Massat, entre autres), et Jacqueline Leybaert à la Faculté de Psychologie de l'ULB. Parmi ses collaborations interuniversitaires, Philippe Peigneux continue ses recherches en partenariat avec le Centre de Recherches du Cyclotron de l'ULg (Pierre Maquet et Steven Laureys) sur les mécanismes cérébraux mis en jeu dans l'apprentissage et la consolidation au cours du sommeil de séquences motrices, et l'étude neurophysiologique des activités cérébrales résiduelles chez les patients en état végétatif ou en état de conscience minimale (également en collaboration avec Serge Goldman au LFCFC).

Au-delà de la Belgique, Ph. Peigneux collabore entre autres avec le Prof. Julien Doyon du Centre d'Imagerie de l'Université de Montréal, avec le Prof. Habib Benali de l'Université de Paris VI (Hôpital Pitié-Salpêtrière), avec le Prof. Christian Cajochen, spécialiste des rythmes circadiens à l'Université de Bâle et avec Karine Spiegel, diplômée de l'ULB et travaillant actuellement à l'Université Claude Bernard de Lyon 1, sur les relations entre perturbations du sommeil et troubles du métabolisme.

Pour le futur, Philippe Peigneux aimerait faire aboutir l'idée d'un doctorat en neurosciences et plaide pour une politique plus transversale de l'enseignement et de la recherche, pour un décloisonnement des approches strictement facultaires. C'est la raison de son implication dans un projet, porté par le Recteur de l'ULB, Philippe Vincke, d'un Institut des Neurosciences qui fédérerait toutes les équipes aujourd'hui dispersées.

Après son itinéraire hors du commun, Philippe Peigneux affirme ne pas cultiver de regrets. Il constate toutefois que la carrière académique n'est pas faite pour ceux qui ont emprunté des détours (l'âge est souvent une condition rédhibitoire !). Il aime surtout la liberté qu'offre le contexte universitaire. Si une chose l'irrite, c'est de voir davantage de moyens dédicacés à l'achat de gros équipements qu'à l'engagement de ressources humaines nécessaires à leur fonctionnement ! En recherche, il entend poursuivre ses domaines d'intérêt actuels, arrimés aux processus de consolidation de la mémoire.

(1) MAQUET, Pierre, LAUREYS, Steven, PEIGNEUX, Philippe, FUCHS, Sonia, CLEEREMANS, Axel - Experience- dependent changes in cerebral activation during human REM sleep. In : "Nature Neuroscience", 3(8), 2000, pp. 831-836.

2) SCHMIDT, Christina, COLLETTE, Fabienne, LECLERCQ, Yves, STERPENICH, Virginie, VANDEWALLE, Gilles, BERTHOMIER, Pierre, BERTHOMIER, Christian, PHILIPPS, Christophe, TINGUELY, Gilberte, DARSAUD, Annabelle, GAIS, Steffen, SCHABUS, Manuel, DESSEILLES, Martin, DANGVU, Thien Thanh, SALMON, Eric, BALTEAU, Evelyne, DEGUELDRE, Christian, LUXEN, André, MAQUET, Pierre, CAJOCHEN, Christian, PEIGNEUX, Philippe - Homeostatic sleep pressure and responses to sustained attention in the suprachiasmatic area Science. In : "Science", 324(5926), 2009, pp. 516-9.

Contacts

Philippe PEIGNEUX

Fac des Sc. psycho. et de l'Éducation

tel 02 650 2639, fax 02 650 2209,
http://homepages.ulb.ac.be/~ppeigneu/

Campus du Solbosch

ULB CP191, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles