Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Jérémie ROLAND (Premier Assistant - 2012)

Parcours

Jérémie Roland a commencé ses études d'ingénieur à l'ULB. A la fin de la deuxième année, il a profité d'un échange pour partir étudier à Centrale Lille, pendant deux ans. Une expérience qui lui a permis d'y voir plus clair sur son orientation future. " C'était intéressant au niveau humain et social, mais j'ai réalisé que l'aspect " manager ", davantage mis en avant dans la formation d'ingénieur là-bas, n'était pas pour moi ".

A son retour à l'ULB pour sa dernière année d'étude, il choisit une option qui le tente depuis longtemps : " ingénieur physicien ". " Puis, en 2000, je me suis spécialisé en physique théorique, et suis revenu à l'ULB au QuIC (Centre for Quantum Information and Communication) pour faire ma thèse, de 2000 à 2004. Ma thèse portait sur l'informatique quantique, un domaine que je ne connaissais pas auparavant. L'idée était de voir ce qu'on pourrait faire avec un ordinateur quantique. Ca m'a intrigué, d'autant que l'informatique est une passion qui remonte à mes jeunes années. La combinaison de ces deux domaines m'a séduit. J'ai vraiment aimé, et j'ai continué à travailler là-dessus ".

Sa passion pour l'informatique, effectivement, ne date pas d'hier… Dès l'âge de 8 ou 9 ans, alors que l'informatique en est à ses débuts, Jérémie s'amuse à concevoir de petits programmes sur l'ordinateur de son grand-père, le premier de la famille à en posséder un. " Un peu plus tard, j'avais environ 14 ans, mon grand-père et moi avons suivi ensemble des cours de programmation informatique. Il était le plus âgé du groupe, et moi le plus jeune ! ".

Jérémie Roland découvre aussi l'enseignement. Pendant sa thèse, il donne des séances d'exercices de mécanique quantique. " J'aime enseigner, j'apprécie le contact avec les étudiants. Leurs questions, même si elles sont parfois naïves, nous obligent à prendre du recul pour bien formuler les choses. Et je trouve gratifiant de transmettre son savoir ".

Après sa thèse, le jeune ingénieur part pour la banlieue parisienne, et passe deux ans dans un laboratoire d'informatique, à Orsay, pour son post-doctorat. " Travailler avec des informaticiens m'a demandé un petit temps d'adaptation, car on n'avait pas la même manière d'aborder les problèmes. Mais ça a été une très bonne expérience, et nous sommes toujours en contact professionnellement ".

Il obtient ensuite un post-doctorat à la prestigieuse université de Berkeley, et part s'installer aux Etats-Unis avec son épouse. Six mois plus tard, à Princeton, il rencontre l'équipe de NEC Laboratories America, chez qui il obtient un emploi. " Ce laboratoire privé avait un groupe d'informatique quantique, où j'ai pu faire de la recherche fondamentale, pendant 3 ans et demi ".

Avec un enfant né à Berkeley, l'autre à Princeton, il a fallu penser à l'avenir de la famille. " Nous avons été tentés de rester aux Etats-Unis, mais à l'été 2011, j'ai appris qu'il y avait une chaire d'informatique quantique qui s'ouvrait l'ULB. Je suis rentré postuler, je l'ai obtenue, et ai été nommé premier assistant cet automne. Je viens de commencer à enseigner. Avec Nicolas Cerf, mon chef de service, nous donnons un cours de théorie de l'information et du calcul quantique. Et en parallèle, je compte lancer un groupe de recherche centré sur l'informatique quantique, sur le calcul et l'algorithmique quantique ".

Contacts

Jérémie ROLAND

Ecole polytechnique de Bruxelles

tel 02 650 2875, fax 02 650 2941,

Campus du Solbosch

ULB CP165/59, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles