Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Lionel SIESS (Chercheur qualifié - 2005)

Parcours

Ma vocation m'est venue particulièrement tôt, grâce à un ami passionné d'astronomie qui possédait un télescope. Immédiatement fasciné par cet instrument, je me suis affilié à un club d'astronomes amateurs et j'ai orienté mes études afin d'assouvir cette passion. Après une licence et une maîtrise de physique à Grenoble - une Université réputée pour son enseignement scientifique -, je suis " monté " sur Paris pour décrocher le Diplôme d'études approfondies en astrophysique. Je suis ensuite retourné à Grenoble, durant trois ans, pour réaliser ma thèse. Elle portait sur l'évolution des étoiles jeunes, ce stade évolutif suivant leur formation lorsque la structure stellaire se consolide pour atteindre une configuration comparable à celle du Soleil.

Mon champ de recherche s'est ensuite étendu. J'ai notamment passé deux ans au Space Telescope Science Institute, à Baltimore, aux États-Unis. Cet institut phare analyse en priorité les résultats du télescope Hubble. Sur place, je me suis impliqué dans l'interprétation de données observationnelles et j'ai commencé à travailler sur des étoiles plus évoluées que le Soleil, appelées géantes rouges, en étudiant les conséquences de l'avalement de planètes par ces dernières. Après quoi je suis retourné en France en tant qu'attaché temporaire d'enseignement et de recherche (= premier assistant non titulaire) pour de nombreuses charges d'enseignant. Après de nouveaux séjours à Baltimore et en Australie, je me suis installé à Bruxelles, en avril 2001, en tant que boursier Marie Curie.

Depuis quelques années, ma recherche s'est davantage centrée sur les phases avancées de l'évolution des étoiles. En leur sein, les températures sont suffisamment élevées pour synthétiser les atomes qui nous constituent, au contraire des étoiles jeunes, trop froides. Je me suis donc penché sur l'étude de la nucléosynthèse, c'est-à-dire la production de noyaux complexes par des réactions thermonucléaires dans des étoiles dites de masse intermédiaire, entre 1 et 6 ou 7 fois la masse du Soleil. L'expertise internationale de l'Institut d'astronomie et d'astrophysique de l'ULB en physique nucléaire et en nucléosynthèse m'a permis d'approfondir mes connaissances dans ce domaine et d'ouvrir de nouveaux pans de recherche sur des aspects connexes liés aux processus de mélange dans les étoiles.

À l'avenir, j'aimerais travailler sur les supernovae. Lors de ces explosions stellaires, des températures de plusieurs milliards de degrés sont atteintes et donnent lieu à une nucléosynthèse particulièrement riche. Ces phénomènes permettent ainsi de synthétiser certains éléments comme l'uranium mais demeurent globalement mal connus. En particulier, de nombreuses interrogations subsistent quant au déroulement et à l'hydrodynamique de cette explosion.

Ma nomination va m'enlever une large part de stress, dû en partie à la course aux financements. La recherche fondamentale apporte les outils théoriques nécessaires à l'interprétation des résultats et n'utilise pas directement le coûteux matériel mis à disposition des observateurs. Pour cette raison, elle n'est pas toujours considérée comme prioritaire. Un poste permanent change donc la donne et me permet d'aborder des problèmes de plus grande ampleur sans avoir l'impératif de publications immédiates.

Tant qu'on donne de l'argent à la recherche, il faut en profiter. Aujourd'hui, les missions spatiales ne peuvent plus s'envisager sans coopérations ; leurs coûts sont devenus exorbitants à cause des défis technologiques à surmonter. Plusieurs pays doivent donc s'associer pour engager suffisamment de fonds. Et si on veut à nouveau y impliquer l'homme, comme cela semble être le souhait actuel, cela nécessitera beaucoup de temps et d'argent, comme pour toute expérience impliquant l'être humain.

Thèse

Évolution des étoiles jeunes, physique et modélisation de l'accrétion (publiée le 5 décembre 1996)

Contacts

Lionel SIESS

Faculté des Sciences

tel 02 650 5516, fax 02 650 4226,

Campus de la Plaine

ULB CP226, boulevard du Triomphe, 1050 Bruxelles