Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Guillaume OLDENHOVE (Premier Assistant - 2010)

Parcours

" Depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours aimé les animaux, les plantes, la nature en général. Aux portes de l'université, la biologie me semblait donc la discipline la plus apte à répondre à mes attentes " se souvient Guillaume Oldenhove.

Il entame donc des études de biologie à l'ULB et très rapidement, la physiologie végétale l'attire. Mais les premiers travaux pratiques l'amènent à changer de cap : il opte pour l'immunologie. " Mon mémoire portait sur la capacité qu'ont les cellules dendritiques à activer une réponse immunitaire protectrice contre un pathogène. Mon intérêt pour l'immunologie s'est amplifié à mesure que je travaillais pour mon mémoire, et c'est avec enthousiasme que j'ai donc commencé un doctorat dont l'objectif était de comprendre les mécanismes de régulation de la réponse immunitaire ", confie-t-il, " J'étais en fin de thèse intéressé par l'immunologie des muqueuses intestinales ".

Sa thèse de doctorat achevée, Guillaume Oldenhove a envie de se perfectionner. " J'ai donc postulé et ai été engagé pendant deux ans dans un laboratoire de recherche spécialisé dans ce domaine au National Institute of Health de Washington, DC, aux Etats-Unis " résume-t-il, " Ayant acquis un solide bagage technique, mon objectif était de mettre à profit mes aptitudes en Belgique. C'est donc presque naturellement que j'ai postulé à l'Université libre de Bruxelles, en vue d'obtenir un poste de chercheur à temps plein ".

Il revient donc en Belgique et en 2011, il est nommé Premier assistant à titre définitif à l'ULB. Au sein de l'Institut de biologie et de médecine moléculaires (IBMM) à Charleroi, Guillaume Oldenhove poursuit ses travaux en immunologie. Plus précisément, comme il l'explique, " Mes recherches portent actuellement sur le fait que le système immunitaire intestinal est confronté à un défi majeur : il doit à la fois tolérer la flore bactérienne présente dans les intestins, mais aussi les antigènes alimentaires. Il doit en outre être capable de réagir aux agressions externes telles que les bactéries, virus et parasites divers. Ceci suppose un système de régulation complexe qui fait l'objet de mes recherches. Je tente de comprendre la manière dont notre système immunitaire réagit au niveau des intestins lorsqu'il est confronté à un pathogène. La compréhension de la réponse immunitaire à ce niveau pourrait notamment contribuer à guérir des patients atteints de maladies dégénératives du système digestif, comme la maladie de Crohn, par exemple ".

Et lorsqu'on lui demande ce que signifie " être chercheur " pour lui, Guillaume Oldenhove répond sans hésitation, " Etre chercheur, c'est observer, expérimenter, apprendre, faire des recoupements, prendre des risques, appréhender l'inconnu, développer des stratégies ".Ses temps libres, il les consacre à sa famille, ses amis. Il pratique aussi le VTT et aime flâner dans les expositions d'art contemporain parce que " les artistes visuels sont pour moi parfois très semblables à des chercheurs " observe-t-il.

Contacts

Guillaume OLDENHOVE

Faculté des Sciences

Campus de Charleroi - Gosselies (Biopark)

ULB CP300, rue des Professeurs Jeener et Brachet 12, 6041 Charleroi (Gosselies)