Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Arnaud DERAEMAEKER (Chercheur qualifié - 2008)

Parcours

"En humanités, j'ai pris l'option "mathématiques-sports", je devais être le seul de l'école à choisir cette option", se souvient Arnaud Deraemaeker, "j'aimais les mathématiques, la physique et les sports d'équipe et d'aventure ; alors, à 18 ans, j'hésitais: l'éducation physique ou l'ingéniorat ? J'ai passé l'examen d'entrée en Faculté des sciences appliquées, puis je suis parti aux Etats-Unis où j'ai découvert la photographie. A mon retour à Bruxelles un an plus tard, la question était devenue : l'ingéniorat ou? la photographie ? Je me suis finalement inscrit en polytechnique". Diplômé ingénieur civil en constructions civiles en 1998, Arnaud Deraemaeker rejoint l'Ecole normale supérieure de Cachan, en banlieue parisienne où il entame une thèse de doctorat. "En dernière année de licence, je suis parti pendant six mois étudier à l'Université du Texas à Austin : c'est là, en réalisant mon travail de fin d'études dans le domaine des méthodes de calcul numérique que j'ai pris goût à la recherche. J'ai rencontré à Austin un Belge qui avait réalisé son doctorat à Cachan ; il m'a mis en contact avec son ancien directeur de thèse", explique le chercheur. Pendant sa thèse, il travaille dans le domaine de la dynamique des structures, avec l'objectif de développer des modèles numériques fiables à partir de mesures vibratoires réalisées sur la structure réelle.

Sa thèse défendue, le chercheur reste à Cachan pendant deux ans; mais, de plus en plus, l'envie du retour au pays le gagne. Lors de colloques internationaux, il interroge ses collègues "quelles sont les équipes belges actives dans le domaine des vibrations ?". On lui parle avec enthousiasme du service de Constructions mécanique et robotique (SCMERO) de l'ULB, il rencontre son directeur André Preumont et le voilà engagé, bénéficiant dans un premier temps d'un mandat de retour de la politique scientifique fédérale, ensuite comme chargé de recherches FNRS dans un laboratoire qu'il avait simplement aperçu pendant ses études à l'ULB mais dont il avait gardé une bonne image. Au sein du SCMERO, le chercheur entame une nouvelle étude : la détection de défauts dans les structures à partir de mesures vibratoires. La recherche est motivée par le besoin de surveiller l'état de santé d'infrastructures vieillissantes, afin d'en assurer une maintenance optimale et d'en éviter la ruine ayant le plus souvent des conséquences désastreuses.

Devenu chercheur qualifié FNRS en 2008, Arnaud Deraemaeker tente aujourd'hui de développer des systèmes intelligents, capables de mesurer et de contrôler en temps réel les vibrations des structures minces et élancées. Des structures qui sont devenues primordiales ces dernières années que ce soit en spatial, en aéronautique ou en automobile où la réduction de poids est cruciale; ou en génie civil avec les ponts haubanés, grandes tours ou encore éoliennes. Pour mener sa recherche, Arnaud Deraemaeker s'appuie à la fois sur des modèles numériques et des essais sur maquette - il a notamment construit un pont miniature dans le laboratoire -.

"Le métier de chercheur ? J'apprécie la liberté que nous avons, le temps que nous pouvons prendre pour tenter de comprendre des phénomènes en profondeur, les échanges que nous nouons avec des scientifiques du monde entier. Voir que mes travaux peuvent déboucher sur une application concrète est important mais le cheminement intellectuel l'est tout autant. J'ai touché à de nombreuses disciplines au cours de mes recherches, ce qui m'aide à établir des liens. C'est souvent plus riche que de rester dans un domaine pointu et étroit. L'essentiel pour moi, c'est apprendre", conclut Arnaud Deraemaeker.

Contacts

Arnaud DERAEMAEKER

Ecole polytechnique de Bruxelles

tel 02 650 2725, fax 02 650 2782,

Campus du Solbosch

ULB CP194/02, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles