Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Mathieu VAN CRIEKINGEN (Premier Assistant - 2009)

Parcours

" A la fin de mes études secondaires, je choisis la géographie, discipline qui combine tout ce que j'aime, une démarche scientifique et une dimension socio-politique et l'ULB, l'université de la ville où je vis " explique d'entrée de jeu Mathieu Van Criekingen ! Il termine sa licence en géographie en 1996 avec un mémoire consacré à l'analyse des transformations des quartiers Dansaert et Saint-Géry à Bruxelles, comme exemple de " gentrification ". " Cette notion doit être appréhendée comme une somme d'évolutions par lesquelles des espaces populaires se voient (ré)appropriés par et pour des groupes socialement plus favorisés que leurs habitants ou leurs usagers préalables " (1).

L'idée de faire de la recherche s'est imposée à lui au fil des mois et l'amène à postuler au FNRS. Il s'engage, sous la direction du Prof. Jean-Michel Decroly, dans une thèse sur la gentrification dans une perspective plus large. Il s'attelle à l'étude des dynamiques de rénovation urbaine à Bruxelles et à Montréal, et passe un semestre à l'INRS (2) dépendant de l'Université du Québec (UQAM) et à l'Université de Montréal, chez le Prof. Claude Marois, titulaire au Département de Géographie. La thèse est défendue en 2001. Mathieu Van Criekingen consacre les deux années suivantes comme chercheur contractuel à l'IGEAT, employé à la réalisation d'un projet de recherche européen dans le 5ème programme-cadre de R/D, sur l'aménagement des villes, en collaboration avec des collègues de Berlin, Vienne, Copenhague, Barcelone, Strasbourg et Amsterdam. Leurs investigations donneront lieu à la publication d'un livre, édité par les Prof. W. Salet et E. Gualini de l'Université d'Amsterdam, sur les dispositifs de grands projets urbains, le chercheur bruxellois y contribuant avec un travail sur le réaménagement (toujours en cours) du site de Tour et Taxis (3).

Il revient alors au FNRS, comme chargé de recherches, toujours dans le domaine de la géographie urbaine, et s'intéresse aux migrations et dynamiques de population liées aux processus de gentrification, aux transformations de quartiers et aux politiques de rénovation urbaine.

Ses recherches le conduisent à l'Université de Toronto, au CUCS (4), chez le Prof. Alan Walks. Pour Mathieu Van Criekingen, les villes canadiennes offrent aux scientifiques européens un meilleur terreau comparatif que leurs homologues étasuniennes, étant entendu que beaucoup d'auteurs phares dans son domaine sont anglo-saxons. Toronto est donc doublement bien choisie !

En 2009, Mathieu Van Criekingen devient Premier Assistant, attaché au Laboratoire de Géographie humaine de l'Université Libre de Bruxelles.

Depuis quelques années, il s'investit dans la coordination d'un master conjoint européen - 4Cities. UNICA Euromaster in Urban Studies - associant la VUB (Cosmopolis), l'ULB (IGEAT et Centre de Recherche Urbaine), les universités de Copenhague, de Vienne, ainsi que les universités Autonoma et Complutense à Madrid, et bénéficiant du label du Réseau UNICA des universités de capitales européennes. Il a fallu construire le cursus axé sur une mobilité intensive des étudiants entre les quatre villes étudiées et assurer la logistique dans les quatre lieux. Le pari est gagné : une vingtaine d'étudiants y sont inscrits sur 60 candidats, le mode d'intervention en ateliers et séminaires nécessitant d'en limiter le nombre !

L'enseignement constitue un objectif important pour le jeune géographe. Il participe à la promotion de cette discipline dans sa diversité et ses innovations (notamment les technologies et méthodes d'investigation nouvelles telles que le traitement satellitaire, la cartographie informatisée, les systèmes d'information géographique et les aspects d'aménagement du territoire qui profitent de l'attrait pour l'environnement et le développement durable).

En recherche, ses projets en cours concernent le concept de production sociale des espaces urbains qui suscite des questionnements sur les intérêts mis en avant dans les conflits liés à l'appropriation ou la désappropriation de l'espace urbain à l'échelle des quartiers, ce que les auteurs anglo-saxons résument par l'expression " class remaking of the inner-city " qui souligne bien la dimension sociale inhérente à la progression de la gentrification. Interrogations aussi sur les formes urbaines de logement et hypothèses sur l'impact du néolibéralisme dans la fabrique de l'urbain. Un autre axe porte, dans le cadre d'une ARC entre géographes, historiens et sociologues (promoteurs : Claire Billen, Michèle Galand, Françoise Noël et Christian Vandermotten), sur le rôle des élites dans la production de la ville du 18ème siècle à nos jours (par comportements résidentiels et projets d'aménagement). Un colloque sur ce thème est prévu avec des historiens de Montréal en avril 2010.

(1) VAN CRIEKINGEN, Mathieu - Que deviennent les quartiers centraux à Bruxelles ?. In : " Brussels Studies ", n°1, 2006, p. 4.

(2) INRS = Institut National de la Recherche Scientifique, centre Urbanisation Culture Société.

(3) SALET, Willem, GUALINI, Enrico - Framing Strategic Urban Projects. Learning from current experiences in European urban regions, Routledge, Londres, 2007.

(4) CUCS = Centre for Urban and Community Studies (aujourd'hui incorporé dans le Cities Centre, University of Toronto).

(5) VAN CRIEKINGEN, Mathieu, FLEURY, Antoine - La ville branchée : gentrification et dynamiques commerciales à Bruxelles et à Paris. In: " Belgeo ",1, 2006, pp. 113-134. VAN CRIEKINGEN, Mathieu, DECROLY, Jean-Michel - Revisiting the diversity of gentrification : neighbourhood renewal process in Brussels and Montreal. In: "Urban Studies", 40, 12, 2003, pp. 2451-2468. VAN CRIEKINGEN, Mathieu - Moving In/Out of Brussels' Historic Core in the Early 2000s: Migration and the Effects of Gentrification. In: "Urban Studies", 46, 4, 2009, pp. 825-848.

Contacts

Mathieu VAN CRIEKINGEN

Faculté des Sciences

tel 02 650 6825, fax 02 650 6830,

Campus du Solbosch

ULB CP130/03, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles