Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Isabelle MASSAT (Chercheur qualifié - 2005)

Parcours

En tant que psychiatre, j'ai toujours été attirée par la recherche, et tout particulièrement par les neurosciences qui questionnent l'organe le plus complexe et le plus fascinant qui soit : le cerveau. Les maladies mentales suscitent de multiples interrogations scientifiques sur les mécanismes biologiques cérébraux qui sous-tendent les fonctions cognitives, émotionnelles, affectives, les réactions comportementales et leurs interactions avec des facteurs environnementaux (affectifs, sociétaux, culturels?).

La recherche se heurte néanmoins à de nombreux obstacles, notamment parce qu'il n'existe pas de marqueurs biologiques pour ces pathologies. La génétique constitue une des voies d'accès les plus importantes pour la compréhension certains troubles. J'ai eu la chance d'effectuer cinq années de recherche en psychiatrie génétique dans le service du Pr. Mendlewicz qui est l'un des rares experts européens dans le domaine des troubles affectifs (maniaco-dépression et dépression), et qui bénéficie d'une reconnaissance internationale. Cette période correspondait par ailleurs à une grande évolution scientifique dans le domaine des neurosciences et à la formidable avancée de la génétique moléculaire par le décryptage du génome humain.

Notre équipe de recherche a coordonné des études multicentriques européennes dont l'objectif était d'explorer des gènes " candidats ", dans les troubles affectifs, qui sont des maladies dites " à déterminisme complexe ". Cela signifie qu'elles sont favorisées par l'interaction de facteurs environnementaux et génétiques. Les études génétiques dans ce domaine durant les dix dernières années ont été décevantes. Aucun gène n'a été clairement identifié. Cela est dû probablement au fait que les gènes impliqués ont un effet mineur ou très modéré et que leur identification est rendue difficile par les phénotypes cliniques très hétérogènes.

Après ma thèse, je me suis plus particulièrement intéressée aux pathologies d'origine précoce. J'ai donc complété ma formation clinique dans le domaine des pathologies infanto-juvéniles. Durant quatre années, j'ai été responsable de l'unité des adolescents du Service de psychiatrie d'Erasme. Outre la maniaco-dépression d'apparition précoce qui s'inscrivait dans la continuité de mes travaux, je me suis particulièrement intéressée au TDA/H (trouble du déficit de l'attention/hyperactivité, plus communément appelé le syndrome hyperkinétique), également considéré comme un trouble multifactoriel à déterminisme complexe.

Mes recherches actuelles ont comme objectif d'identifier des gènes de susceptibilité dans ces deux pathologies et d'explorer la nature de leur relation. Dans les cas sévères, elles présentent en effet certaines similitudes. L'identification de gènes pourrait être le point de départ de la compréhension physiopathologique de certaines caractéristiques du comportement affectif, émotionnel cognitif, moteur? d'où peuvent découler de nouvelles approches thérapeutiques. Un autre objectif repose sur l'exploration de l'interaction gène-environnement en testant des variables comme certains facteurs de stress.

On peut légitimement s'interroger sur l'augmentation d'enfants et d'adolescents souffrant de TDAH. Ce trouble englobe un déficit de l'attention mais aussi des troubles comportementaux liés à une hyperactivité et à une impulsivité " anormales ". La frontière entre le normal et le pathologique est très ténue, d'autant qu'elle est modulée par des critères sociétaux. Il ne s'agit pas de considérer comme pathologiques tous les enfants turbulents qui ne se concentrent pas à l'école. La surmédiatisation que suscite ce trouble témoigne des questions complexes qu'il soulève. La recherche scientifique peut permettre une meilleure compréhension du TDAH et contribuer à éviter les dérives d'une tendance à " surdiagnostiquer " tout en aidant efficacement ceux qui sont réellement atteints.

Thèse

Étude de gènes candidats dans les troubles affectifs, affections à déterminisme complexe (publiée le 13 février 2002)

Contacts

Isabelle MASSAT

Faculté de Médecine

tel 02 555 6119,

Campus Erasme

ULB CP601, route de Lennik 808, 1070 Bruxelles