Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Chloé DELIGNE (Chercheur qualifié - 2006)

Parcours

Mon parcours a quelque chose d'atypique. Je ne peux pas dire que j'ai suivi une vocation, je me suis plutôt spécialisée au gré de mes plaisirs et de mes passions. Je me suis d'ailleurs inscrite en histoire un peu « par hasard » ; j'y voyais l'opportunité de me confronter à l'écrit qui a toujours occupé une place importante dans ma vie. Je me suis spécialisée en histoire médiévale parce que les sources de cette période sont clairsemées et exigent un travail de détective privée? J'ai toujours adoré le genre de l'enquête, pour l'alliance d'imagination et de logique qu'il suppose ! Ceci dit, je travaille sur la plupart des périodes car je souhaite inscrire mon action dans de longues perspectives temporelles.

Mon mémoire s'est penché sur l 'aménagement d'une vallée m a r é c a g e u s e du Nord de la France à l'époque médiévale. Au cours de cette tâche, j'ai découvert la richesse de « l'histoire de l'eau » et les lacunes des études en la matière, ce qui est d'ailleurs devenu un des fils conducteurs de ma recherche. Désireuse d'ouvrir mes horizons et de mieux comprendre les dynamiques environnementales auxquelles me confrontaient mes sources, j'ai réalisé un DES en gestion de l'environnement à l'IGEAT. En travaillant sur les discours politico-urbanistiques contemporains de la jonction Nord-Midi, je me suis engagée dans un nouveau type d'enquête relative aux perceptions et transformations de l'espace urbain.

J'ai ensuite réalisé une thèse au FNRS en combinant mes deux spécialités, l'eau et l'espace urbain, et travaillé sur les dynamiques (socio-économiques, environnementales,?) qui, depuis le Moyen Âge, lient la gestion de l'eau aux évolutions urbaines dans le bassin de la Senne (en particulier à Bruxelles). L'historicisation des questions environnementales fut au centre de ma démarche. Puis, j'ai mené des recherches post-doctorales dans le cadre d'un PAI consacré aux villes des Pays-Bas médiévaux en collaboration avec des chercheurs d'universités flamandes et néerlandaise. J'ai dans le même temps accompli un cursus en géographie qui m'a permis d'enrichir mes outils d'analyse de la structuration des espaces.

Si je ne suis pas de nature anxieuse, je suis surprise de l'effet que la nomination au FNRS a sur moi. Bénéficier de temps pour travailler sur des sujets qui nous passionnent constitue un réel bonheur. Dans les années qui viennent, j'espère pouvoir mener un projet ambitieux relatif au réseau urbain de nos régions et montrer comment, depuis le Moyen Âge, ces villes se sont nourries des expériences des unes et des autres dans les transformations des réseaux hydrographiques ou, en d'autres mots, comment l'eau a été au centre des dynamiques (inter)urbaines. Je compte également continuer à investiguer un champ ouvert récemment : l'histoire de la pollution. Enfin, comme je prends plaisir à donner cours et que j'accorde beaucoup d'importance au contact avec des « grands publics », j'espère pouvoir à terme m'investir dans des charges pédagogiques. Il y a quelques années encore, je ne me sentais pas à l'aise dans l'exercice mais au fil de l'élaboration de mes questionnements et connaissances, j'ai ressenti une réelle envie de les confronter et de les transmettre.

Le problème des inondations et la question des bassins d'orages dans la région bruxelloise apparaissent souvent comme une donnée récente. Or, on peut établir que des vallées comme le Maelbeek ou la Woluwe sont sujettes aux débordements destructeurs depuis le XIVe siècle et montrer que leur aménagement est l'objet de conflits répétés depuis lors. Le phénomène s'est certes amplifié à partir du XVIIIe siècle suite à la disparition de nombreux étangs qui assuraient un rôle régulateur des cours d'eau mais la perspective historique permet de penser qu'il est illusoire de vouloir trouver des solutions définitives aux inondations et qu'il est sans doute plus porteur de penser à des solutions provisoires et réversibles. Il vaut mieux tenter de minimiser les conséquences des inondations que de vouloir à tout prix les contenir.

Thèse

Bruxelles et le bassin de la Senne. Gestion hydraulique et dynamiques urbaines (Moyen Âge-XIXe siècle) (publiée le 22 mai 2001)

Contacts

Chloé DELIGNE

Faculté de Philosophie et Sc. sociales

tel 02 650 3801, fax 02 650 3919,

Campus du Solbosch

ULB CP133/01, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles