Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Myriam DE SPIEGELAERE (Chargé de cours - 2012)

Parcours

Née au Congo belge en 1957, Myriam De Spiegelaere est arrivée toute petite en Belgique, pour vivre à Bruxelles et c'est là, à l'ULB, qu'elle a décroché sa licence. Le moins que l'on puisse dire est que son parcours sur le terrain sur le plan social, pour aider les plus faibles, est riche ! " J'ai étudié la médecine dans cette optique, choisissant l'ULB pour pouvoir travailler dans les hôpitaux de CPAS. Mon diplôme de médecin en poche, j'ai alors suivi un stage en maison médicale dans le vieux Molenbeek, quartier très pauvre. "

Après 3 ans - et 2 enfants plus tard - Myriam De Spiegelaere s'est alors envolée avec toute la famille pour les régions rurales du Guatemala, dans le cadre d'un programme d'ATD Quart-Monde. Projet qui durera trois ans, et qui verra la naissance de son troisième enfant. " Notre but consistait à amener les habitants les plus isolés à faire confiance aux structures médicales. Nous étions aussi chargés de former les promoteurs de santé locaux à la malnutrition chez les jeunes enfants. "

Ensuite, retour en Europe, plus précisément en Alsace, pour un an. Mais pas dans une pratique routinière de médecin en pays riche ! " Toujours avec ATD, nous sommes allés à la rencontre des familles Yéniches, des populations semi-nomades qui vivent dans un grand désoeuvrement, sous bâche dans les bois, non-scolarisées, dans une misère très destructrice de leur qualité d'êtres humains… Mon but était de stimuler l'enfant via les mères, histoire de les aider tous à reprendre confiance en eux, et à les raccrocher dans une dynamique de vie... L'idéal étant d'amener les enfants vers l'école et d'inciter les adultes à reconstruire un projet socioprofessionnel." Et évidemment de s'accorder une importance, notamment par les soins médicaux…

Cet investissement épuisant a poussé Myriam De Spiegelaere à rentrer à Bruxelles et reprendre contact avec une réalité moins rude. Quoique… Elle a travaillé en médecine scolaire, mais aussi à l'ONE… du Petit Château.

Puis c'est une rencontre qui va l'amener à l'Ecole de Santé Publique : le Pr Hennart lui propose une thèse de doctorat qui interroge : les services préventifs pour les enfants permettent-ils de réduire les inégalités sociales ? Un thème qui bénéficié de son expérience de terrain, récoltant deux prix, ainsi qu'une bourse.

Après avoir occupé un poste de chargée d'exercices à l'ULB et son dernier enfant né, elle s'est tournée vers l'Observatoire de la Santé et du Social, à Bruxelles duquel elle a été directrice scientifique durant 13 ans, pour ensuite passer le témoin à d'autres, histoire de souffler un peu de ces lourdes responsabilités. " Je n'avais pas pensé revenir à l'université que je considérais un peu comme une tour d'ivoire. Grâce à ma collaboration avec le CEMUBAC, ONG de l'ULB, j'ai su qu'un poste qui me convenait s'ouvrait, j'ai décidé de postuler. Et je dirige aujourd'hui de jeunes chercheurs tout en enseignant à nouveau. "

Ses recherches portent sur l'évaluation des politiques publiques d'une part sur la pauvreté - recherche qui s'inscrit dans la volonté du Parlement bruxellois d'imposer à toutes les politiques d'étudier leur impact sur la pauvreté, comme cela se fait dans d'autres pays - et d'autre part sur les inégalités sociales de santé chez les enfants à Montréal et à Bruxelles. Myriam De Spiegelaere est un exemple-type de ce que le terrain peut apporter à la connaissance. Artiste graveur à son temps perdu, elle expose quelquefois. " C'est un besoin vital, en plus du temps passé en famille ! "

Contacts

Myriam DE SPIEGELAERE

Ecole de Santé publique

tel 02 555 4019,

Campus Erasme

ULB CP594, route de Lennik 808, 1070 Bruxelles