Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Sylvie VANSEVEREN (Chercheur Qualifié - 2001)

Parcours

La grammaire comparée des langues indo-européennes a pour objet de définir une aire linguistique, de l'Inde à l'Europe occidentale, par le biais de deux procédures fondamentales, la comparaison (des formes historiquement attestées) et la reconstruction (d'un prototype, langue source). Au-delà du concept purement linguistique qu'est celui d'"indo-européen" se dessine celui d'une aire mythologique et culturelle dont l'étude se fonde sur le contenu des textes. Ces définitions, strictement linguistique d'une part, et plus large de l'autre, se rattachent à deux aspects de mes recherches.

L'une concerne les formes nominales du verbe dans les langues indo-européennes anciennes, l'autre l'aspect méthodologique et idéologique de la reconstruction. Alors que comparaison et reconstruction tendent le plus souvent à poser un prototype unique à l'origine des diverses formes attestées, les formes nominales du verbe (infinitifs, participes, adjectifs verbaux) échappent à la reconstruction traditionnelle, par la diversité des types de formations et de leurs emplois. Or toutes les langues indo-européennes anciennes se sont dotées de formes nominales, plus ou moins intégrées dans le système verbal (la situation peut varier considérablement d'une langue à l'autre), selon des processus de "grammaticalisation", qui relèvent de faits morphologiques et syntaxiques et aboutissent à l'intégration de certains types de formation dans le système du verbe. L'analyse de ces différentes types de processus et de phénomènes de grammaticalisation dans les langues indo-européennes constitue l'objet de mes recherches.

Un deuxième aspect concerne des questions d'histoire et de méthode dans les études indo-européennes. La science linguistique, comme toute science, n'est jamais indépendante des lieux et du contexte historique dans lesquels elle se déploie. Elle n'est pas non plus exempte d'idéologie (comprise en tant que système d'idées), quelle que soit la volonté de neutralité et d'objectivité de la recherche. Les études indo-européennes ont connu et connaissant encore certains fléchissements idéologiques, qui, lorsqu'ils s'alimentent à des thèses raciales, suscitent des questions méthodologiques et épistémologiques, cruciales dans ce domaine mais qui s'appliquent aussi bien à l'ensemble des sciences humaines.

Thèse

Recherches comparatives sur l'origine casuelle des infinitifs du grec ancien (publiée le 26/01/1998)

Contacts

Sylvie VANSEVEREN

Fac Lettres, Traduction et Communication

tel 02 650 3852,

Campus du Solbosch

ULB CP175, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles