Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Philippe DE BRABANTER (Chargé de cours - 2012)

Parcours

Philippe De Brabanter s'intéresse au néerlandais et à l'anglais depuis son adolescence. " L'anglais m'intéressait particulièrement car j'aimais écouter de la musique anglo-saxonne ", précise-t-il. En parallèle de cet attrait pour les langues, Philippe De Brabanter développe un intérêt pour la littérature au cours de ses années de secondaire. D'où le choix plutôt évident d'études universitaires en philologie germanique. " Ma passion pour la linguistique est arrivé plus tard, quand j'ai entamé mon doctorat ", indique-t-il. Après huit années à travailler dans l'enseignement et la traduction, il décide de se lancer dans une thèse de doctorat en traductologie en tant que doctorant-assistant. " Là, je me suis rendu compte que je ne disposais pas d'outils suffisamment riches et définis pour traiter les questions auxquelles je désirais répondre ", explique Philippe De Brabanter. A la même époque, l'ULB commence à proposer à ses étudiants une licence en linguistique. " J'ai alors décidé de faire cette licence en même temps que mon doctorat et de me pencher dans le cadre de celui-ci sur le métalangage ordinaire ", indique-t-il.

A la fin de sa thèse, Philippe De Brabanter a envie d'explorer d'autres horizons et postule pour un post-doctorat au CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) en France. Il intègre alors l'Institut Jean Nicod à Paris où il poursuit ses recherches de 2003 à 2005. " A l'issue de ces années de pure recherche, j'avais envie de revenir vers l'enseignement et j'ai été engagé comme Maître de Conférences à l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV) où je suis resté jusqu'en septembre 2012 ", explique Philippe De Brabanter. En octobre 2012, il rejoint l'ULB comme Chargé de cours au Département de Langues et Lettres de la Faculté de philosophie et lettres où il enseigne la linguistique anglaise.

" Le cadre général de mes recherches est la manière dont les destinataires d'un message comprennent ce message ", explique Philippe De Brabanter. " Dans un message, il y a un certain nombre d'aspects de la signification qui sont encodés dans la langue et d'autres aspects qui sont inférés à partir d'éléments du contexte. C'est la différence entre le dit et le vouloir dire ". Plus précisément, Philippe De Brabanter s'intéresse au métalangage ordinaire, c'est-à-dire à la manière dont nous parlons de la langue et du discours dans la vie de tous les jours. " Ce qui me passionne c'est le contraste entre la facilité avec laquelle n'importe quel locuteur réalise les processus permettant de délivrer ces messages et la difficulté que nous avons à décrire et à expliquer ces processus d'un point de vue scientifique ", reprend le chercheur.

A côté de ses activités de recherche et d'enseignement, Philippe De Brabanter reste discret sur ses hobbys, révélant toutefois qu'il aime consacrer du temps à faire de la musique.

Contacts

Philippe DE BRABANTER

Fac Lettres, Traduction et Communication

tel 02 650 3812,

Campus du Solbosch

ULB CP175, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles