Présentation des derniers chercheurs engagés à l'ULB
sommairesommairepage précédentepage précédentepage suivantepage suivanteimprimerimprimerenvoyerenvoyermarquermarquer

Esteban MARTINEZ-GARCIA (Chargé de cours à titre définitif - 2012)

Parcours

Certains chercheurs semblent suivre une voie tracée depuis l'enfance. Le parcours d'Esteban Martinez-Garcia, docteur en sciences politiques et sociales, est quant à lui plus atypique. Pour bien le comprendre, il faut remonter le temps jusqu'au début de ses études universitaires : " Mon inscription à l'université est un peu le fruit du hasard. Je suis issu d'un milieu social qui ne m'y prédestinait pas mais, à la fin de mes études secondaires, j'ai voulu suivre plusieurs amis inscrits à l'ULB ". Son choix se porte vers des études en sciences économiques, " afin de mieux comprendre la société et ses enjeux ", précise-t-il. Rapidement, il s'intéresse davantage aux questions liées à l'histoire économique et sociale qu'à la macro ou la micro-économie. Son engagement pour le monde social, plus particulièrement pour celui du travail, représente d'ailleurs le fil rouge présent tout au long de sa carrière professionnelle.

En 1982, son diplôme d'économie en poche, il est engagé à la Formation pour l'Université Ouverte de Charleroi (FUNOC), un centre de formation pour adultes, où il dispense des cours d'alphabétisation. Il enseigne également l'économie au sein de l'Institut supérieur de culture ouvrière à Mons. Il n'avait jamais envisagé de travailler à l'université jusqu'à ce que le professeur Mateo Alaluf lui propose d'intégrer le Comité pour l'Étude des Problèmes de l'Emploi et du Chômage (CEPEC), abrité par l'Institut de sociologie de l'ULB. " Ce travail, que l'on peut qualifier de recherche-action, consistait à accompagner différents projets visant l'insertion socio-professionnelle ", explique le chercheur. Suite à cette recherche, il rejoint le Centre de Sociologie du travail, de l'emploi et de la formation (TEF) où il se consacre notamment à l'étude du développement régional et du marché du travail. Fin des années 80, ses travaux s'orientent davantage vers des projets européens d'emploi et de formation qui l'ont amené à travailler en étroite collaboration avec les entreprises.

La seconde moitié des années 90 est marquée par une volonté de redynamiser l'Institut du travail de l'université, notamment en développant la recherche multidisciplinaire. Cette période s'est avérée déterminante dans la vie professionnelle d'Esteban Martinez-Garcia : " Jusque-là, je doutais encore de poursuivre à l'université mais cette nouvelle dynamique m'a enthousiasmé et m'a convaincu de m'engager dans une thèse de doctorat parallèlement à mes recherches contractuelles ". Sous un mandat d'assistant à mi-temps, le chercheur consacre sa thèse aux conditions de travail, plus précisément à la question de la flexibilité et de l'aménagement du temps de travail.

En 2009, les autorités de la Faculté des Sciences politiques et sociales de l'ULB ouvrent une chaire universitaire en sociologie du travail et des relations professionnelles. Esteban Martinez-Garcia se porte candidat et décroche le poste. Aujourd'hui, il dispense les cours de Sociologie du travail, d'Organisation du travail, de Structures de l'entreprise, relations de travail et théorie de la négociation, d'Exercices sur des questions de sociologie du travail, et enfin de Méthodes de recherche en sciences humaines.

En parallèle, Esteban Martinez-Garcia cherche à développer, dans une perspective pluridisciplinaire, un pôle de recherche autour du syndicalisme et de la conflictualité sociale. Il conduit également plusieurs projets de recherche, parmi lesquels une étude sur le syndicalisme de réseaux dans la sous-traitance, menée en collaboration avec l'Université de Séville et d'autres partenaires européens : " Ce projet vise à déterminer de quelle manière l'organisation syndicale peut se réorganiser de façon à pouvoir faire face au développement de la sous-traitance ", indique le chercheur. A côté de ses activités d'enseignement et de recherche, Esteban Martinez-Garcia apprécie visiter des musées, se balader au grand air et lire des romans historiques.

Contacts

Esteban MARTINEZ-GARCIA

Faculté de Philosophie et Sc. sociales

tel 02 650 3433, fax 02 650 3335,

Campus du Solbosch

ULB CP124, avenue F.D. Roosevelt 50, 1050 Bruxelles