page d'accueil   sommaire  

La production de la ville par ses réseaux de transport : analyse des processus de décision en matière de mobilité à Bruxelles. C. Tellier. Promoteur : F. Noël

Malgré le foisonnement des travaux scientifiques observé ces dernières décennies en études urbaines, le cloisonnement disciplinaire reste souvent de mise et de nombreuses pistes de recherche demeurent inexplorées. En s'intéressant à la problématique de l'identification, du rôle et de la place des élites dans les processus de recomposition urbaine pour les trois derniers siècles de l'histoire de Bruxelles, le projet d'ARC ''Les élites dans la ville'', qui réunit géographes, historiens et sociologues, a l'ambition de combler partiellement ces lacunes. La question des élites a en effet rarement été traitée dans l'étude de la composition de l'espace urbain. En sciences sociales et en géographie, la résurgence de la question sociale dans le champ urbain a eu pour conséquences de privilégier la recherche sur la pauvreté, délaissant les sphères sociales privilégiées. En histoire, la problématique des modes d'action de ces groupes sur la ville a souvent été étudiée pour des périodes anciennes et en utilisant le terme d'élite comme un paravent contre les anachronismes. Les élites de l'espace bruxellois n'ont donc pas encore été mises sous la loupe, bien que cette ville constitue depuis le Moyen-Age un pôle d'attraction pour des populations relevant de cette étiquette.L'objectif principal de cette recherche interdisciplinaire, débutée en octobre 2006, est d'analyser les modes opératoires (emprise foncière, résidence, production d'espaces spécifiques, mise en fonctionnement de réseaux influents, prise de position publique sur ce que devrait être la ville, insertion dans les sphères de décision, etc.) utilisés par certains groupes élitaires pour agir sur la ville, lui donner forme et signification. Si certains groupes détiennent des leviers de pouvoir et des capacités d'action sur la ville, mais aussi des libertés de choix, notamment en matière résidentielle, plus étendus que d'autres acteurs urbains, qu'en est-il exactement de ces pouvoirs spécifiques ?Pour tenter de répondre à ces questions, la recherche repose sur trois thèses de doctorat, dans chacune des disciplines concernées (Louise Babar - géographie, Anne Bauwelinckx - histoire, Céline Tellier - sociologie), ainsi que sur un vivier important de chercheurs actifs dans les études urbaines. L'orchestration du projet est assurée par un.e post-doctorant.e lui/elle-même formé à l'interdisciplinarité. [Despite the abundance of scientific work in urban studies seen in recent decades, the segregation of disciplines is often still required and many intersecting lines of research remain unexplored. 'Elites in the city' is a Concerted Research Action (CRA) project that unites geographers, historians, and sociologists. It aims to partially fill in the gaps between disciplines and establish lateral connections between them by studying the identification, role and place of elites in the urban rebuilding process that has transformed Brussels over the last three centuries.The presence of elites has rarely been broached in studies of the formation and composition of urban space. In geography and the social sciences, the social question has reappeared, usually in terms of urban settings, favouring research on urban poverty and leaving privileged social spheres unexamined. As for historians, they have often studied the ways in which powerful groups acted upon ancient cities, using the term 'elites' to avoid any anachronism. In other words, although Brussels has long been a magnet for elite groups and populations, these powerful protagonists and the role they play in the urban transformation process have yet to be scrutinised.The principal objective or aim of this interdisciplinary research, begun in October 2006, is to analyse the modus operandi of certain elite groups who influence the city and give it shape and significance (analysis of land ownership, segregation of neighbourhoods, residential patterns, production of new urban spaces, rise of influential networks, public stances on what the city should be, infiltration of decision-making spheres, etc). If certain groups indeed hold the reins of power and have a greater capacity to act on a city, a greater freedom of (residential) choice than other urban actors, then what exactly can be known about these powers?To address these questions, the CRA research project rests on three doctoral theses, one in each of the disciplines concerned (Louise Babar - geography, Anne Bauwelinckx - history, Céline Tellier - sociology), as well as on a large pool of researchers active in urban studies. The orchestration of the project is ensured by a (post)doctoral fellow with interdisciplinary training (Christian Dessourroux, Giulietta Laki, Benedikte Zitouni).]



disciplines et mots clés déclarés


Sociologie urbaine

les élites dans la ville