page d'accueil   sommaire  

Étude écocritique et comparée de la poésie anglophone (axe principal : Canada/USA) [Ecocritical and Comparative Study of Poetry in English (main focus : Canada vs USA)]

Emanant des Etats-Unis, l'écocritique ('ecocriticism') a connu une évolution et une internationalisation constante au cours des vingt dernières années. Dans les grandes lignes, ce courant de pensée ne rejette pas le postmodernisme, mais entend apporter certains correctifs importants à ce dernier, surtout vu la nécessité d'aborder les défis culturels liés au changement climatique. En particulier, la pensée écocritique reproche au postmodernisme d'avoir évacué à tort le concept de 'Nature' de ses théories et de n'avoir pas suffisamment dépassé l'anthropocentrisme et le dualisme classiques dans sa critique de l'humanisme. Initialement fort inspiré de la 'Deep Ecology' développée dans les oeuvres du philosophie norvégien Arne Naess, le courant écocritique se veut résolument biocentrique (ou écocentrique) et transhumaniste dans son étude de la représentation textuelle et culturelle de 'l'humain' et de 'l'inhumain' en interaction, ainsi que dans sa conception théorique du rôle que peuvent jouer la littérature et la culture dans le combat écologique d'aujourd'hui. Même si elle a aujourd'hui dépassé le simple cadre de la 'Deep Ecology,' la pensée écocritique considère l'espèce, la biodiversité et la biorégion, l'habitat et le monde sauvage comme étant des catégories critiques aussi pertinentes que celles de l'ethnicité, de la classe sociale ou du genre sexuel. Par ailleurs, l'approche écocritique remet aussi en question la tradition naturaliste/réaliste, doutant que celle-ci puisse vraiment interroger la nature en tant que texte ou la nature du texte. Enfin, dans sa tentative de comprendre la nature, le courant écocritique vise à entretenir un dialogue beaucoup plus étroit entre la théorie littéraire et les sciences dures. En collaboration avec d'autres spécialistes internationaux, le projet de recherche de FRANCA BELLARSI porte surtout sur l'écocritique et l'écopoésie/poétique, ainsi que sur les liens entre l'écologie et les formes de religiosités postmodernes. Son projet de recherche se situe aussi dans une optique résolument comparatiste entre le Canada et les Etats-Unis ainsi qu'entre ces deux pays et d'autres traditions littéraires anglophones. [Born in the USA, the paradigm of ecocriticism has considerably evolved and internationalized over the last twenty years. Broadly speaking, this school of thought does not reject postmodernism as such but seeks to correct some of its perceived excesses, especially in view of the need to address the cultural challenges brought on by climate change. In particular, ecocriticism believes that postmodernism has wrongly evacuated the concept of 'Nature' from its theories and has not sufficiently gone beyond the classical anthropocentrism and dualism of humanist thought. Initially heavily inspired by 'Deep Ecology' and the works of Norwegian philosopher Arne Naess, ecocriticism cultivates a resolutely biocentric (or earth-centred) and transhumanist approach in its study of the interaction between the 'human' and the 'non-human' in both literary and cultural representations, as well in its theorization of the role that literature and culture can play in today's ecological struggle. Even if its views are by now far more diversified than those of Deep Ecology proper, ecocriticism considers critical categories such as species, biodiversity and bioregion, dwelling, habitat, and wilderness to be as relevant as those of race, class, and gender. Moreover, ecocritics also question the naturalist/realist tradition, doubting that it can really satisfactorily interrogate nature as text or text as nature. Finally, when it comes to understanding nature, ecocritics aspire to a much more sustained dialogue between literary theory and the hard sciences. In collaboration with ecocritical specialists worldwide, FRANCA BELLARSI's research focuses mainly on ecocriticism and ecopoetry/poetics, as well as on the links between ecology and postmodern forms of spirituality ('ecopieties'). Her approach is a resolutely comparative one bridging Canadian and US ecopoetry/poetics, as well as bringing Canadian and US writing in dialogue with other literatures written in English. ]



disciplines et mots clés déclarés


Ecologie Histoire de l'environnement Histoire de la littérature

biodiversité et littérature changement climatique et littérature dwelling in literature ecologie et littérature le monde sauvage en littérature nature et littérature paysages en littérature représensations littéraires des espèces