page d'accueil   sommaire  page suivante   page précédente  

recherche  


(Chercheur qualifié)


coordonnées



Cédric GOVAERTS
Faculté des Sciences
tel 02 650 53 77, Cedric.Govaerts@ulb.ac.be
Campus de la Plaine
ULB CP206/02, boulevard du Triomphe, 1050 Bruxelles


unité de recherche



Structure et Fonction des Membranes biologiques


sujet de recherche


Tout se joue avant six ans ! Pour Cédric Govaerts, le déclic se fit plus tôt encore, grâce à l'Ecole Decroly où il fait ses gammes de la maternelle à la fin des études secondaires. C'est là qu'il glane ses premiers outils intellectuels. " L'environnement au jardin d'enfants était exceptionnel et tout était fait pour favoriser l'éveil, la curiosité, le regard extérieur ".

En 1991, il entre à l'ULB pour une licence en physique, toujours taraudé par les disciplines d'ouverture d'esprit. Il y découvre " la beauté de la science ", un nouveau défi intellectuel fondé sur une appréhension du monde naturel comme une ?uvre d'art. La recherche s'imposait comme un prolongement logique de cet émerveillement. De la physique qui le dote à vie de capacités d'analyse, il passe à la biophysique et finalement à la biologie.

Cette évolution l'amène à frapper à la porte de l'Institut de Recherche Interdisciplinaire en Biologie Humaine et Nucléaire - IRIBHN, chez Jacques Emile Dumont et Gilbert Vassart et à s'investir dans une thèse en biologie théorique. Ses travaux s'inscrivent dans l'étude des mécanismes d'activation des récepteurs couplés aux protéines G, via modélisation moléculaire.

Son approche pluridisciplinaire, par son parcours et sa créativité de collaborations - biochimie, radiocristallographie, bioinformatique notamment - constitue un atout majeur dans la compréhension des mécanismes moléculaires à la base du fonctionnement d'une série de protéines membranaires d'intérêt biomédical. Il étudie en particulier des transporteurs impliqués dans la résistance aux chimiothérapies. Ces " pompes moléculaires " sont capables de rejeter, hors de la cellule, divers types de composés toxiques et joueraient un rôle dans l'échec des chimiothérapies avéré en cancérologie. Comprendre comment ces protéines reconnaissent des agents thérapeutiques différents pour les expulser ensuite devrait ouvrir la voie à la conception de molécules inhibant ce rejet, voire, un jour, à obtenir des médicaments permettant d'éviter ces résistances.

" Collaborer " est, en effet, la réponse de Cédric Govaerts à un contexte scientifique marqué par de faibles masses critiques. Très rapidement, outre ses nombreux contacts et co-publications au sein de son Alma Mater, il va chercher, à l'extérieur, ce qu'il ne trouve pas in loco.

Dès sa formation doctorale, il travaille avec les équipes des professeurs Weinstein (Mount Sinai School of Medicine, New York) et Pardo (Universitat Autonoma, Barcelone). Il fera ensuite un long séjour postdoctoral à San Francisco, University of California, grâce à deux bourses - BAEF et John Douglas French Alzheimer's Foundation. Basé dans le groupe du bioinformaticien Fred Cohen, son travail axé sur des modèles moléculaires du prion s'effectuera en étroite collaboration avec Stanley Prusiner, Prix Nobel.

Ses recherches le conduisent à une co-publication qui fait date, en 2004, dans PNAS(1). De cette immersion à San Francisco, dans l'un des meilleurs centres pour le biomédical, il aime à dire : " j'ai construit mes outils intellectuels et scientifiques pendant mes études, j'ai acquis ma formation de scientifique durant ma thèse et j'ai appris la science en postdoctorat, dans ce lieu exceptionnel en termes de masse critique, 5.000 étudiants parmi les meilleurs et 1.100 chercheurs nommés ! Dans un tel terreau, il y a toujours quelqu'un qui trouvera une piste de réponse à une question donnée. " L'expérience américaine, c'est aussi, à côté d'une pression constante, un cadre physique conçu pour le dialogue entre chercheurs, entre disciplines. Et pourtant, Cédric Govaerts rentre au pays natal ! " C'est un devoir moral, souligne-t-il, on revient parce qu'on est redevable ? de la formation reçue, des efforts consentis pour vous ".

Il rentre en Belgique en 2006, pourvu de deux mandats : il utilise pour les deux premières années la bourse BELSPO et ensuite le mandat de Chargé de recherche FNRS. Le 1er octobre 2009, il sera Chercheur qualifié du FNRS, intégré dans le laboratoire d'Erik Goormaghtigh et conduira une équipe de 9 personnes. Les partenariats comptent toujours dans son modus operandi : avec Jan Steyaert (VUB) et Bob Stroud (UCSF, San Francisco) en matière de cristallisation des protéines, avec Geoffrey Chang (The Scripps Research Institute à San Diego) sur la cristallisation des transporteurs impliqués dans la résistance aux chimiothérapies, et en résonance paramagnétique de spin avec Hassane Mchaourab de Vanderbilt University à Nashville.

Gageons que ce nouveau tournant dans sa carrière devrait lui permettre de renforcer encore ses réseaux fondés sur des liens interpersonnels forts (et qui en font à ses yeux le prix et la clé de voûte) et l'interdisciplinarité. Ce croisement des regards et des analyses si instructif pour tous

(1) GOVAERTS, Cédric, WILLE, Holger, PRUSINER, Stanley B., COHEN, Fred E. - Evidence for assembly of prions with left-handed beta-helices into trimers. In : "Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A.", 101, 2004, pp. 8342-8347.