Horizon Recherche

Suivez-nous sur Act’ULB Recherche - Twitter - Youtube
Contacts | Archives | Imprimer

Le dossier à la Une

Chercheurs en Antarctique. Sur les traces...

Direction la station Princesse Elisabeth en Antarctique avec le Laboratoire de Glaciologie: Frank Pattyn y coordonne le projet IceCon (Constraining Ice Mass Change in Antarctica) soutenu par la Politique scientifique fédérale, Belspo. En collaboration avec l'Observatoire d'Uccle, l'University of Wales Aberystwyth (UK) et le Norwegian Polar Institute, le projet IceCon vise à mieux comprendre la déglaciation passée et présente de la calotte glaciaire dans la Terre de la Reine-Maud, une région de l'Antarctique de l'Est, soit une superficie d'approximativement 2.500.000 km2.

Six chercheurs y travaillent jusque la Noel. Parmi eux, trois chercheurs du Laboratoire de Glaciologie: Morgane Philippe (doctorante), Frank Pattyn (directeur) et Jean-Louis Tison (co-directeur), à peine de retour de l'expédition Yrosiae à Cape Evans (Ross Island, Antarctique) où il se trouvait notamment avec Jiayun Zhou, doctorante dans son laboratoire.

Réunissant plusieurs équipes belges et étrangères, le projet Yrosiae étudie l'impact de la formation de la glace de mer sur les échanges entre l'atmosphère et l'océan.

Enfin, troisième expédition en Antarctique pour le Laboratoire de Glaciologie: le projet Be:Wise, The Buttressing Effect: Why ice shelves are essential. Grace à une prestigieuse bourse InBev-Baillet Latour Antarctica, le chercheur Reinhard Drews accompagné de Denis Callens (doctorant) est sur le terrain jusque fin décembre. Il étudie la plateforme de glace Roi Baudouin qui contraint l'écoulement de la glace provenant de la calotte de l'Antarctique de l'Est. Son projet devrait aider à comprendre les variations rapides de l'écoulement de la glace et fournir des données pour améliorer les performances des modèles d'écoulement des glaces. De quoi permettre d'affiner les prévisions sur l'évolution du bilan de masse de la calotte glaciaire antarctique dans un contexte de réchauffement planétaire...

Suivez les expéditions et découvrez leur album photos sur leur blog : IceCon, Yrosiae.

... des neutrinos

En cours de construction au Pôle sud non loin de l'expérience IceCube à laquelle l'ULB participe également, l'expérience ARA (Askar'yan Radio Array) s'appuie sur un détecteur de neutrinos de ultra-haute énergie en radiofréquence. En 2016, le dispositif complet comptera 37 stations de détection, avec des antennes enfouies dans la glace à 200 mètres de profondeur, sur une superficie d'environ 200km2.

Doctorant au Laboratoire de Physique des particules élémentaires, Thomas Meures se trouve actuellement là-bas, en Antarctique avec une quinzaine de chercheurs américains, australiens, japonais, allemands... Ensemble, ils mettent en place les détecteurs de la deuxième et de la troisième stations avant de pouvoir commencer à récolter, gérer informatiquement et analyser les premières données sur ces neutrinos de ultra-haute énergie tellement discrets (moins d'une interaction par km3) qu'il est nécessaire de développer un équipement sophistiqué dans des lieux peu perturbés - tel que l'Antarctique - pour observer leurs interactions.

L'Institut interuniversitaire des hautes énergies (IIHE) ULB-VUB est le seul partenaire belge de la collaboration ARA, la Belgique étant un des trois partenaires européens aux côtés du Royaume-Uni et de l'Allemagne.

Signalons également le départ d'Erik Verhagen, doctorant à l'IIHE pour une mission de trois mois à la station belge Princesse Elisabeth. Ingénieur de formation, attiré par les missions extrêmes - il a déjà séjourné 14 mois à la Amundsen-Scott South Pole Station et 4 mois à la station Princesse Elisabeth -, Erik Verhagen y prend en charge notamment la gestion de l'énergie.

... des météorites

Les météorites sont riches en informations sur les 4,5 milliards d'années d'évolution du système solaire et des planètes, y compris bien entendu la Terre: en les étudiant, les chercheurs réussissent à mieux comprendre la formation et l'âge du système solaire, des planètes, des astéroïdes et des comètes.

Une équipe belgo-japonaise - cinq scientifiques belges (dont quatre femmes) menés par Vinciane Debaille, Laboratoire G-Time (ULB) et trois scientifiques japonais du National Institute for Polar Research (Tokyo) - sillonera en ski-doo le champ de glace bleue de Nansen, au sud de la station Princesse Elisabeth, du 3 décembre au 12 février.

A une température ressentie de -37°C et avec de forts blizzards attendus, les chercheurs vont collecter des météorites de taille normale - ils espèrent notamment retrouver un morceau de Mars ou de la Lune ! - ainsi que des micrométéorites d'un diamètre inférieur à 2mm. Lors des précédentes expéditions, près de 800 météorites avaient été collectées.

Cette mission s'inscrit dans un programme de recherche VUB-ULB financé par la Politique scientifique fédérale (BELSPO) avec le support logistique de la Fondation polaire internationale.

Suivez l'expédition sur son blog.

... des oursins

Les fonds marins situés sous les plateformes glaciaires forment des environnements parmi les moins connus sur terre. Victimes dès maintenant du réchauffement climatique et de la fonte des plateformes glaciaires qui en résulte, ils constituent un fabuleux laboratoire d'observation pour appréhender le devenir des écosystèmes marins en Antarctique.

En 1995 et en 2002, les plateformes Larsen A et B situées à l'est de la péninsule antarctique se sont disloquées, entraînant la disparition de près de 3.250 kilomètres de surface de glace et éradiquant la faune des fonds marins sur de vastes étendues... Une troisième plateforme, Larsen C est actuellement déstabilisée mais encore relativement intacte.

C'est à l'emplacement de ces plateformes que le brise-glace allemand Polarstern prospectera les fonds marins du 20 janvier au 19 mars. A son bord, plusieurs dizaines de chercheurs du monde entier, parmi lesquels Chantal De Ridder et Philippe Dubois, du Laboratoire de Biologie marine de l'ULB.

En collaboration avec des chercheurs de l'Université de Bourgogne (Dijon), ils vont observer la présence et le rôle des échinidés (plus simplement des oursins) dans le processus de colonisation. Leur étude aidera à prédire les modifications de la biodiversité attendues à plus grande échelle spatiale autour de l'Antarctique, au cours de ce siècle.

Défi

Le programme d'excellence CIBLES arrive à son terme. Coordonné par l'ULB, ce programme aura permis de grands pas en avant vers la définition de nouvelles cibles thérapeutiques.

3 questions à...

Trois questions à David Jamar, chercheur du centre METICES, Faculté des Sciences sociales et politiques.

Dans l'actualité

Pour devenir cancéreuse, la cellule se reprogramme

Sous la direction de Cédric Blanpain, des chercheurs de l'IRIBHM découvrent que les cellules à l'origine des carcinomes basocellulaires se reprogramment progressivement en cellules proches de leurs progéniteurs embryonnaires. [suite]

Produits d'entretien dangereux ?

L'Ecole de Santé publique, en partenariat avec l'IBGE/BIM vient d'organiser la première Journée de santé environnementale. Chercheurs et praticiens y ont notamment débattu de l'utilisation de produits d'entretien et de désinfectants. [suite]

Paris-Gosselies : une collaboration fructueuse

Des chercheurs français, en collaboration avec une équipe de l'IBMM, découvrent une nouvelle protéine impliquée dans le transport des acides aminés en dehors du lysosome. [suite]

Littérature et guerres au Soudan

Comment les "nouvelles" guerres sont-elles représentées en art et littérature et perçues par les citoyens? Question centrale lors du colloque "La représentation de la guerre". Xavier Luffin y a présenté sa recherche sur la fiction soudanaise. [suite]

Cellules nerveuses: facteur-clef identifié

Emmenés par Pierre Vanderhaeghen (Welbio, IRIBHM), des chercheurs ont identifié BCL6, un gène de cancer du sang, comme un facteur-clef de la différenciation des cellules nerveuses du cortex cérébral. [suite]

De la technologie ULB dans les moteurs Rolls Royce

Une licence avec Rolls Royce vient tout juste d'être signée: le logiciel AGMG va permettre à la célèbre entreprise de réaliser des simulations liées au développement de ses moteurs [suite]

Eurosyndicalisme: forces et faiblesses

A l'occasion du colloque "Le syndicalisme dans sa dimension internationale", Corinne Gobin, maitre de recherche FNRS du Département de Science politique évoque le syndicalisme européen. [suite]

Entre 700.000 et un million d'espèces marines

Une étude coordonnée par l'UNESCO évalue le nombre total d'espèces marines entre 700.000 et un million, dont près de 226.000 connues. Le Laboratoire d'Ecologie des systèmes et Gestion des ressources participe au projet. [suite]

Villes et habitat

Autour du colloque "Habitat durable. Le rôle des villes" se dessine un axe de recherche fort de la Faculté d'architecture La Cambre-Horta: le questionnement des enjeux normatifs qui encadrent la réflexion sur la ville, l'habitat, l'espace public... [suite]

Fonds de maturation: une transition vers la commercialisation

15 projets sont actuellement soutenus par le programme "Fonds de maturation". Ce fonds soutient la réalisation de "preuves de concept", sur base de résultats issus de la recherche scientifique, en vue d'une commercialisation. [suite]

> Découvrez toute l’actualité de la recherche à l’ULB


Rédaction: Nathalie Gobbe, Natacha Jordens, Mathieu Léonard, Communication Recherche, Département des relations extérieures

Développement et mise en page: Cellule Web

Vous souhaitez d'autres informations sur l'Université, ses enseignements ou son rayonnement international ?
Abonnez-vous à La Lettre.