Horizon Recherche

Suivez-nous sur Act’ULB Recherche - Twitter - Youtube
Contacts | Archives | Imprimer

Dans l'actualité

Consommation énergétique : You Know Watt?

Le projet ECA (Energy Consumption Advisor), issu du laboratoire BEAMS (Ecole Polytechnique), est actuellement financé par Innoviris, l'Institut Bruxellois pour la Recherche et l'Innovation, dans le cadre de son programme Spin-off in Brussels. L'équipe (1 chercheur, Frédéric Klopfert, 1 business developer et 1 doctorant), développe, avec l'aide transversale de plusieurs autres centres de recherche de l'ULB, une technologie innovante qui permet de déterminer les consommations électriques des équipements en aval d'un point unique de mesure. Pour une maison ou PME, ces mesures pourraient se faire au niveau du compteur ou du tableau électrique.

Martin Melchior, le business developer du projet, s'est inscrit aux présélections de la deuxième édition de l'émission Starter de la RTBF. Au bout de 5 journées de casting, 60 projets étaient retenus par les coaches de l'émission. Après délibération, les membres du jury (composé de 5 grands entrepreneurs belges) ont sélectionné les 6 projets qui participeront à l'émission, dont le projet ECA. Grâce aux performances accomplies par son équipe, Martin a notamment pu décrocher une page de présentation de son projet dans Le Soir, et rencontrer des acteurs du secteur de l'énergie comme SIBELGA, Lampiris, mais aussi l'ABE, l'ASE et le Secrétaire d'état Melchior Wathelet.


Les activités de la spin-off se limitent, dans un premier temps, à la désagrégation des consommations électriques des divers appareils électriques présents au sein d'un domicile. Leur cible est dans un premier temps le B2B (Bureaux d'étude énergétique, sociétés de services énergétiques ESCO's, restaurants, etc.) et dans un second temps le grand public, avec feedback adapté aux consommateurs, prenant en compte les aspects sociaux et psychologiques.


La technologie You Know Watt fournit la consommation électrique d'appareils électroménagers individuels à partir d'un unique point de mesure (le compteur électrique) à travers la reconnaissance de signatures de consommation d'appareils. D'autres services basés sur la consommation individuelle d'appareils électroménagers peuvent être offerts: le conseil sur la consommation d'énergie (un conseil sur mesure peut être généré automatiquement à partir de la consommation individuelle) et la détection de défectuosité d'appareil électroménager. La technologie se développe grâce à l'aide de plusieurs labos et récemment, Martin a approché le Département Informatique de l'ULB : "Je remercie les gens qui bossent sur le projet en amont, qui développent remarquablement la technologie. Ce qu'ils font est énorme et le projet ne serait rien sans eux."

Groenland: l'écoulement des glaciers s'accélère

"Pour comprendre les effets des changements climatiques sur l'élévation du niveau des mers, nous devons comprendre comment les glaciers et les calottes glaciaires réagissent à l'augmentation des températures. Nous avons constaté récemment une dynamique accrue des glaciers émissaires du Groenland, et partant, une perte de volume spectaculaire. Il est donc essentiel que nous comprenions le phénomène pour avoir une idée précise de la hausse future du niveau des océans" explique Faezeh Nick, du Laboratoire de Glaciologie, Faculté des Sciences.

Avec ses collègues du programme européen ice2sea - dont Frank Pattyn, à l'ULB - , la chercheuse a mis au point un nouveau modèle perfectionné pour mieux évaluer la vitesse à laquelle la glace du Groenland avance et se déverse dans la mer. "Le modèle montre qu'en raison de l'écoulement plus rapide de la glace des glaciers émissaires du Groenland uniquement, le niveau de la mer montera de 4 à 9 cm d'ici 2100. Cela équivaut environ à la moitié de la contribution totale de la calotte glaciaire du Groenland à la montée du niveau de la mer au cours de la même période" précise la chercheuse.

L'étude vient d'être publiée dans la revue Nature.

Solvay au coeur de l'histoire

En 1863, Ernest Solvay développait un procédé chimique inédit et fondait l'entreprise Solvay. Passée du statut de start up à une des plus importantes entreprises chimiques au monde, l'organisation fête ses 150 ans cette année, évènement rare pour une entreprise belge !

Plusieurs chercheurs, dont Kenneth Bertrams du centre de recherche Mondes Modernes & Contemporains, en Faculté de Philosophie et Lettres, ont mené une étude sur cette célèbre multinationale.

« Ce projet de recherche remonte à une initiative de Daniel Janssen, président honoraire de l'entreprise Solvay et de Ginette Kurgan, ancienne professeur d'histoire à l'ULB », précise Kenneth Bertrams. « Depuis 2007, une équipe de 3 auteurs-chercheurs travaille sur ce projet d'histoire basé sur des archives multiples, inédites et inexploitées ».

Ces recherches ont donné deux publications scientifiques parues chez Cambridge University Press: un ouvrage de type académique co-écrit par Nicolas Coupain (S.A. Solvay, historien diplômé de l'ULB), Ernst Homburg (Université de Maastricht) et Kenneth Bertrams et un second ouvrage rédigé par ce dernier et disponible en trois langues.

Le premier livre retrace les étapes marquantes de la vie de l'entreprise depuis sa création par Ernest et Alfred jusqu'à la fusion récente avec le groupe industriel Rhodia, tandis que le second aborde l'histoire de Solvay: «Il s'agit plutôt de faire comprendre à un large public la façon dont Solvay a vécu l'histoire du monde. Quelles ont été les relations entre Solvay et son environnement? Comment l'économie, le monde politique par exemple ont impacté l'entreprise? », conclut le chercheur.

Etats-Unis: une aide sociale limitée à 5 ans

Les mesures d'activation qui poussent, voire forcent, les bénéficiaires d'allocations sociales à réintégrer le marché de l'emploi, ne représentent-elles pas une entrave au droit au travail, lequel inclut le droit de déterminer librement son orientation professionnelle? Cette question est au cœur d'une étude menée au sein du Centre de Droit public (Faculté de Droit et de Criminologie) et présentée lors d'un récent colloque à l'Institut syndical européen.

Daniel Dumont (Centre de Droit public) s'est penché en particulier sur le cas des États-Unis, précurseur de ces politiques d'activation. « Alors que l'activation est multiple dans beaucoup de pays européens et prend par exemple la forme de l'aide à la réinsertion professionnelle, les USA procèdent à une activation très dure », explique le chercheur.

« L'aide sociale y est limitée dans le temps », poursuit Daniel Dumont. « Le dernier rempart contre la pauvreté est limité à une durée maximale de cinq ans. Après ça, les bénéficiaires d'allocations sociales n'ont plus rien ». La conséquence? Une explosion de la pauvreté: selon le chercheur, 1 Américain sur 4 vit sous le seuil de risque de pauvreté, ce qui représente un des taux les plus élevés parmi les pays occidentaux.

Un ouvrage collectif consacré à cette problématique sera publié dans le courant de l'année, sous le titre Activation Policies for the Unemployed, Right to Work and Freedom of Work.

AVATAR, un projet Biowin innovant dans le domaine de la chirurgie cardiaque

La sténose aortique affecte environ 2 % de la population au-delà de 65 ans. Cette maladie consiste en un durcissement de la valve cardiaque qui va réduire ses capacités durant l'ouverture et la fermeture. Actuellement le traitement de référence consiste en une opération à coeur ouvert pour remplacer la valve malade. Ce type d'opération est très lourd et inaccessible à une partie des patients.

Soutenu par la Région wallonne, le projet AVATAR (Aortic VAlve TransApically Resected and Replaced), d'une durée de quatre ans, a pour objectif de développer un instrument innovant dans le domaine de la chirurgie cardiaque permettant de retirer la valve malade du cœur et de poser une nouvelle valve. Cet instrument va permettre d'amener les performances de ces nouvelles techniques au niveau de la chirurgie conventionnelle tout en réduisant drastiquement les traumatismes pré et postopératoires. Ce projet BIOWIN d'une durée de 4 ans rassemble trois partenaires académiques de l'UCL et de l'ULB, dont le Centre CREATIC, en Faculté des Sciences sociales et politiques.

La pauvreté touche aussi la campagne

En Belgique, on estime que plus de 15% de la population est confrontée à un risque de pauvreté. La problématique ne se décline pas de la même manière selon que l'on habite en ville ou à la campagne. En milieu rural, le logement est moins cher mais le parc locatif est restreint. De manière générale, l'accessibilité aux services et aux emplois est moins bonne: il y a un manque de transports publics, un éloignement des écoles et des commerces ou encore une nécessité de disposer d'un véhicule...

Jusqu'ici, peu de recherches statistiques ont été menées sur la pauvreté en milieu rural: les études s'intéressent généralement aux régions urbaines où la pauvreté est plus concentrée et davantage perceptible. Xavier May et Pierre Marissal, chercheurs à l'IGEAT (Faculté des Sciences) et la KUL ont pris le contre-pied, à la demande du Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale.

« C'est dans les zones urbaines à forte densité de population que les chiffres de la pauvreté sont les plus élevés, mais les régions rurales arrivent en deuxième position », explique Xavier May. « Ce qui est aussi frappant, c'est de voir que les ménages qui font partie de la catégorie des 10% les plus pauvres sont moins représentés en milieu rural alors que ceux qui sont juste un peu moins pauvres (la catégorie entre 15 et 20% des plus pauvres) y sont, eux, surreprésentés».

Certaines catégories de ménage semblent aussi avoir des conditions de vie plus difficiles à la campagne qu'ailleurs en Belgique: c'est le cas par exemple des personnes âgées, des isolés et des familles monoparentales.

Maladie de Parkinson: nouveau gène

La maladie de Parkinson est caractérisée par la perte de neurones qui libèrent de la dopamine dans une région du cerveau appelée striatum. Celle-ci est directement impliquée dans le contrôle moteur, déficient chez les patients atteints de la maladie de Parkinson.

Alban de Kerchove d'Exaerde et Serge Schiffmann (UNI - laboratoire de Neurophysiologie, Faculté de Médecine) viennent de mettre en évidence le rôle d'un nouveau gène dans le contrôle moteur.

Par différentes approches in vivo permettant l'inactivation ou la répression spécifique de ce gène, les chercheurs ont montré que celui-ci avait un rôle essentiel dans l'apprentissage et le contrôle moteur. Ces découvertes laissent entrevoir des possibilités de traitements plus ciblés et mieux adaptés dans la maladie de Parkinson.

Leur recherche est publiée dans le Journal of Neuroscience.

Un incubateur "i-Tech"

L'incubateur d'entreprises situé sur le site du Biopark, à Gosselies, change de nom. Le désormais "i-Tech Incubator" élargit ses cibles: il accompagnera et/ou hébergera des projets d'entreprise non seulement en sciences du vivant mais aussi en sciences de l'ingénieur et en technologies de l'environnement. Toujours avec le même but: faciliter la transformation d'une idée en un réel business.

Le lancement officiel de ce nouveau champ d'activités s'est déroulé le mardi 14 mai en présence de Paul Magnette, bourgmestre de Charleroi, et de nombreux acteurs liés à l'incubateur. L'occasion d'un bilan, un an après l'ouverture du second bâtiment, en avril 2012, et deux ans après la création de la structure. Depuis sa création, l'incubateur a accompagné 30 projets, dont 3 ont abouti à la création d'une entreprise. Il héberge actuellement 18 PMEs, soit 68% de ses 6.000 m² de superficie.

Ces entreprises bénéficient notamment de "l'écosystème" développé au sein du Biopark Charleroi Brussels South, mais également des partenariats noués entre l'incubateur et plusieurs acteurs en sciences du vivant et de l'ingénieur. Afin de mieux accompagner ces nouveaux projets high-tech et green, l'i-Tech incubator a d'ailleurs noué mi-2012 une nouvelle collaboration avec l'incubateur wallon WSL.

La Fondation contre le cancer soutient 6 équipes de l'ULB

La Fondation contre le cancer a attribué ses grants, des bourses pour soutenir des projets de recherche fondamentale et clinique et provenant des dons récoltés par la Fondation auprès du public. Parmi les 57 équipes belges soutenues, 6 sont de l'ULB.

En recherche fondamentale, 3 projets seront soutenus durant 4 ans:

  • L'équipe de Marc Parmentier (IRIBHM) se penchera sur l'effet anti-inflammatoire et anti-tumoral des chemerines, des molécules attirant les globules blancs sur le site d'inflammation, et de leurs récepteurs;
  • Le laboratoire de Cédric Blanpain (IRIBHM) étudiera la régulation des cellules souches lors de l'initiation et la progression des tumeurs de la peau;
  • François Fuks et ses chercheurs (laboratoire d'Epigénétique du cancer) tenteront d'établir le profil épigénétique des tumeurs du sein.

En recherche translationnelle et clinique, la Fondation contre le cancer a retenu 2 projets issus de nos hôpitaux universitaires:

  • Christos Sotiriou (Institut Bordet) tente d'éclaircir les mécanismes de sensibilité ou résistance de certains cancers du sein à certains médicaments anticancéreux et bénéficiera d'une bourse d'1 an ;
  • Enfin, la Fondation soutient pour 3 ans un essai clinique de phase I/II d'immunothérapie pour traiter le cancer colorectal. Cette étude est menée par Jean-Luc Van Laethem (Hôpital Erasme) et ses collègues Bart Neys (UZBrussel) et Wim Van Criekinge (UGent).

Les compositeurs-auteurs

Les écrits des compositeurs forment des objets particuliers: l'écriture est parfois devenue incontournable pour certains musiciens au cours des 19e et 20e siècles. « Les traités, essais critiques, correspondances ou mémoires ont d'ailleurs jalonné l'histoire de la musique », précise Valérie Dufour, du centre de recherche MuCiA (Musique, Cinéma et Arts de la scène), en Faculté de Philosophie et Lettres, qui a mené une étude (avec Michel Duchesneau et Marie-Hélène Benoit-Otis, de l'Université de Montréal) sur l'activité d'auteur que les compositeurs peuvent avoir à côté de leur travail de créateur.

Les enjeux du travail d'écriture des compositeurs sont nombreux: la nécessité pour certains de faire autorité devant une critique musicale imposante au 19e siècle, le besoin pour le public de disposer d'un mode d'emploi pour mieux comprendre les œuvres au 20e siècle...

« Liszt a publié des essais sur de nombreux sujets musicaux d'actualité, souvent avec l'aide de ses compagnes, ce qui fait de lui un cas particulier d'auteur », poursuit Valérie Dufour. « Quant à Wagner, il est sans doute le cas le plus connu de compositeur qui a accompagné sa création musicale de textes théoriques indispensables à la compréhension de son œuvre et de son projet artistique ».

Cette recherche a donné un ouvrage, Écrits de compositeurs: Une autorité en questions qui aborde également les cas de Berlioz, Debussy, Stravinski, Messiaen, Boulez, Nono, Berio, Sciarrino...

Binge drinking: un premier pas vers l'alcoolisme?

Le binge drinking, c'est ce mode de consommation d'alcool excessif et ponctuel, très usité notamment dans le milieu des fêtes estudiantines. « Cela existe depuis de nombreuses années. Beaucoup d'étudiants l'adoptent durant leur cursus scolaire. Par après, lorsqu'ils trouvent un boulot, qu'ils se marient, cette façon de boire devient plus rare », explique Salvatore Campanella, du laboratoire de Psychologie médicale et d'Addictologie (UNI), Faculté de Médecine.

Le risque? Le binge drinking pourrait être un premier pas vers l'alcoolisme, une transition entre une consommation excessive et la dépendance. « Il induit des pertes neuronales », précise le chercheur. « Si ce mode de consommation perdure, de plus en plus de neurones sont atteints et des déficits de performance peuvent surgir. Si, en plus, on est fortement soumis au stress, que l'on perd son travail ou encore que l'on doit faire face à un décès par exemple, la probabilité de basculer dans la dépendance est plus grande ».

Et quand on met fin au binge drinking, que se passe-t-il? Est-ce que les dommages disparaissent? Ou les déficits sont-ils permanents et irréversibles? Voilà des questions auxquelles Salvatore Campanella et son équipe aimeraient répondre dans le futur.

L'étude de Salvatore Campanella a été publiée dans la revue PLOS ONE. Retrouvez également Salvatore Campanella dans l'émission O Positif de la RTBF.

InSilico Genomics: levée d'1,2 millions d'euros

InSilico Genomics est une spin-off conjointe de l'ULB et de la VUB qui ont reçu le support de la Région Bruxelloise pour le développement de ce projet. La société, constituée en 2012 pour commercialiser ce projet, a obtenu une licence mondiale exclusive sur la plateforme en ligne InSilico DB développée par les fondateurs David Weiss et Alain Coletta, au sein du laboratoire CODE Iridia (Ecole Polytechnique de Bruxelles).

InSilico Genomics SA, active dans la gestion du génome humain, vient de procéder à une première augmentation de capital de €1,2 Millions auprès d'investisseurs privés dépassant de loin l'objectif initial prévu de €500.000. Parmi les investisseurs, figurent des acteurs importants des secteurs IT et biopharmaceutique.

L'objectif de cette levée de fonds est de pérenniser l'entreprise et de lui permettre de commercialiser sa plateforme informatique de gestion de données génomiques InSilico DB.

Les progrès médicaux dus à la génomique permettent une médecine plus proactive, efficace et dédiée aux besoins spécifiques de chaque patient. Toutefois, malgré la baisse vertigineuse du coût du séquençage, ces progrès restent actuellement confinés aux instituts de recherche de pointe, ceci en raison de la manipulation de données confidentielles, très volumineuses, et l'organisation de leur traitement, transmission et consultation.

InSillico DB, un outil online qui simplifie la gestion de l'information génomique en la rendant plus accessible aux chercheurs et médecins. Il s'agit d'une solution simple d'usage et peu coûteuse qui permet aux laboratoires de lire les données génomiques provenant de technologies différentes, de machines de séquençage différentes, d'ordonner, partager et entreposer ces informations de manière simple et sécurisée et enfin de traduire ces données dans le langage des principaux outils d'analyses existants, facilitant ainsi considérablement le travail des chercheurs.

" Nous considérons que la Société InSillico Genomics a la capacité de devenir la plate-forme d'échange de données génomiques au niveau mondial" soulignent les fondateurs, David Weiss-Solis et Alain Coletta.

Le dossier à la Une

À la découverte de l'Europe

Au lendemain de la Fête de l'Europe, focus sur trois chercheurs qui ont choisi de venir à l'ULB grâce à une Bourse Marie Curie de l'Union européenne. Découvrez leur recherche aussi en vidéo, avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale. [suite]

"Obtenir un postdoctorat en Europe est un plus"

Son doctorat en poche, Basab Chattopadhyay a quitté l'Inde pour poursuivre sa recherche sur la cristallographie structurale dans le laboratoire de Chimie des polymères, en Faculté des Sciences. [suite]

"J'ai l'opportunité d'apprendre de nouvelles techniques"

Développer de nouvelles approches de modélisation, mieux comprendre le comportement collectif des poissons et leurs interactions avec la pêche: ce sont les objectifs de Manuela Capello, du laboratoire d'Écologie sociale. [suite]

Défi

Comment les jeunes entrent-ils dans la vie active? Des chercheurs du centre METICES étudient la question. Ils viennent de publier de premiers résultats, ciblés sur les diplômés des sections pédagogiques des Hautes écoles.

3 questions à...

Financement des hôpitaux en Belgique... Trois questions à Magali Pirson, responsable du centre de recherche Economie de la santé, Gestion des institutions de soins et sciences infirmières, à l'Ecole de Santé publique.

> Découvrez toute l’actualité de la recherche à l’ULB


Rédaction: Nathalie Gobbe, Natacha Jordens, Mathieu Léonard, Communication Recherche, Département des relations extérieures

Développement et mise en page: Cellule Web

Vous souhaitez d'autres informations sur l'Université, ses enseignements ou son rayonnement international ?
Abonnez-vous à La Lettre.