] La Lettre de l'ULB [

Lire toute la lettre | Archives | Contacts | Imprimer 

Publications ULB

Luminet Olivier
Curci Antonietta
Hottois Gilbert
Glansdorff François
Van den Haute Erik
Anciaux Robert
Jangoux Michel
Telò Mario
Ding Chun
Xiaotong Zhang
Corten Olivier
Dubuisson François
Koutroulis Vaios
Lagerwall Anne
Berns Thomas
Lafosse Juliette

] Recherche [

ERC Starting Grants: deux chercheurs ULB parmi les lauréats

Deux de plus ! Deux nouveaux chercheurs viennent de se voir attribuer une bourse de l'European Research Council (ERC) pour financer leurs recherches.

Nathan Goldman (Service de physique des systèmes complexes et mécanique statistique, Faculté des Sciences) reçoit un ERC Starting Grant pour son projet en physique quantique. Intitulé "TopoCold: Manipulation of topological phases with cold atoms", le projet s'intéresse aux états topologiques de la matière, un domaine à cheval entre les mathématiques et les applications technologiques. Le projet vise à exploiter les propriétés des gaz ultra-froids (des atomes piégés et manipulés artificiellement par de la lumière) et à identifier les propriétés topologiques spécifiques à ces nuages atomiques. Le chercheur et son équipe vont mettre au point des outils théoriques permettant l'identification de ces signatures au laboratoire, mais aussi la manipulation de nouvelles phases de la matière accessibles aux très basses températures (proche du zéro absolu).

Alessandro Parente (Service d'aéro-thermo-mécanique (ATM), École Polytechnique de Bruxelles, et Combustion and Robust Optimization (BURN) Joint Research Group) obtient également un ERC Starting Grant pour le projet de recherche "VADEMECOM (VAlidation driven DEvelopment of Modern and Efficient COMbustion technologies)". Le projet a pour but de mener le développement de nouvelles technologies de combustion, au moyen d'approches expérimentales, théoriques et de simulations numériques. Le chercheur s'intéresse particulièrement à la combustion "MILD", une méthode de combustion très flexible vis-à-vis du combustible, hautement efficace et présentant virtuellement un niveau de pollution nul, mais dont les mécanismes ne sont pas encore totalement compris.

OMICRON: le TIPs joue aux billes

Le monde pharmaceutique est en pleine mutation, les médicaments chimiques classiques faisant progressivement place aux biomolécules comme les anticorps thérapeutiques issus d'organismes vivants. La purification de ces biomolécules est une étape complexe qui peut représenter à elle seule jusqu'à 80% du coût de production de ces médicaments dits "bio". Des innovations importantes sont donc attendues dans ce domaine afin d'augmenter les rendements de manière significative, notamment au travers des matériaux utilisés comme matrice d'échange dans les procédés de purification.

C'est dans ce contexte que le projet OMICRON, mené au laboratoire TIPs (École Polytechnique de Bruxelles) par Adrien Dewandre sous la direction de Benoit Scheid, a récemment obtenu un financement First-Spin-Off de la Région Wallonne pour le développement de nouveaux matériaux obtenus au moyen d'outils microfluidiques, et destinés à la purification de biomolécules.

Ces nouveaux matériaux dont le procédé de fabrication en continu a été développé au service TIPs se présentent sous forme de billes micrométriques et hautement monodisperses (distribution en taille très étroite), dont la taille et la porosité peuvent être contrôlées sur de larges plages, permettant d'atteindre des résolutions inégalées de purification. L'aspect novateur de ces matériaux et surtout la possibilité de les produire à hauts débits laissent entrevoir de nombreuses possibilités de fonctionnalisation, dépassant même le cadre de la purification de biomolécules.

Burundi: les effets du programme de démobilisation

Le programme de Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) au Burundi a démobilisé et réintégré 30 000 anciens combattants entre 2005 et 2010. Ce programme est une aide donnée aux pays qui transitent entre une période de guerre et de paix: il offre une série de services et d'aides financières à d'anciens combattants, dans le but de leur permettre de se réinsérer dans la société civile.

Des chercheurs de la Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management - Philip Verwimp et Olivia D'Aoust –, accompagnés d'un collègue de l'Université d'Oxford, viennent de réaliser la première solide évaluation quantitative de l'impact de ce programme sur les communautés, à partir du suivi de ménages.

Dans cette étude parue dans le World Bank Economic Review, les chercheurs observent que les bénéficiaires directs d'un programme de DDR voient leur bien-être s'accroître, tandis que le village bénéficie aussi indirectement du retour des bénéficiaires. Ces conditions facilitent probablement le retour des ex-combattants dans leurs villages. Cependant, cet effet de bien-être disparait après quelques années. Un retour dans une situation précaire peut dès lors encourager ces ex-combattants à reprendre les armes.

Un constat interpellant alors que le Burundi est dans une situation très fragile depuis la campagne présidentielle de 2015. Les chercheurs préconisent un support additionnel sur le long terme aux allocations de DDR pour permettre aux ex-combattants de mieux profiter du programme et de favoriser l'amélioration de leur pouvoir d'achat.

Vous souhaitez recevoir plus d'actualités Recherche ?
Abonnez-vous à la newsletter Horizon Recherche ULB en envoyant un mail à com.recherche@ulb.ac.be.

Plus d'actualités Recherche sur Act'ULB