] La Lettre de l'ULB [

Lire toute la lettre | Archives | Contacts | Imprimer 

Podcasts ULB

Portraits

Publications ULB

Petit Pierre
Rubbers Benjamin
Vanherweghem Jean-Louis
André Valérie
Willemarck Patrick
Lossignol Dominique
Vandermotten Christian
Marissal Pierre
Van Hamme Gilles
Tsuyoshi Hasegawa
Telo Mario
Meunier Françoise

] Recherche [

Vu d'Antarctique


Le projet YROSIAE a pour objectif de comprendre l'impact de la formation de la glace de mer sur les échanges entre l'atmosphère et l'océan. Les chercheurs s'intéressent plus particulièrement aux échanges de gaz à effet climatique (dont le CO2) et de nutriments.

Il a notamment été montré que la glace de mer représente un puits pour le CO2 atmosphérique en été. Cependant, pour que ce puits soit efficace, une partie du CO2 absorbé doit être consommé dans la glace et transféré vers le fond océanique. Le laboratoire de glaciologie de l'ULB tente de savoir si cela se produit et si cela change au cours de l'année.

"Afin de dresser un schéma général des échanges entre l'atmosphère, la glace et l'eau de mer, des mesures sont nécessaires dans chacun de ces trois réservoirs. Nous avons donc installé une tour permettant de mesurer les flux de CO2 entre l'atmosphère et la glace de mer et 2 tours pour collecter les dépôts atmosphériques. Ensuite, nous échantillons périodiquement de la glace de mer et de l'eau de mer sur lesquelles nous analysons des paramètres physico-chimiques (tels que la température, la salinité, la texture, les nutriments, l'alcalinité totale, la composition gazeuse, etc) et biologiques (tels que la chlorophyll-a, la spéciation algale et bactérienne). Enfin, pour étudier les transferts glace-océan, nous avons déployé trois pièges à sédiments et un courantomètre; le tout allant jusqu'à 75m de profondeur", explique Jianyun Zhou, chercheuse au laboratoire de glaciologie, à peine rentrée de l'Antarctique.

Le projet se déroule à Cape Evans (Ross Island, Antarctica) jusqu'en décembre. Ambitieux et de grande envergure, il rassemble différentes équipes belges (ULB, ULg, VUB, UCL) et étrangères (LOCEAN-France, AWI-Germany, NIOZ-Holland, Princeton University-USA, IRL-New Zealand).

Blog et album photos:
yrosiae.blogspot.be

www.facebook.com/Yrosiae

Revendications et contestations politiques dans le monde musulman

C'était en décembre 2010: les manifestations tunisiennes marquaient le début de ce que l'on allait appeler "le printemps arabe". Pourtant, une révolte similaire avait déjà eu lieu quelques mois plus tôt, sans un tel retentissement médiatique: il s'agissait du mouvement vert, des manifestations suite à la réélection contestée du président Ahmadinejad en 2009.

Cette constatation marque le point de départ d'une Action de recherche concertée (ARC) consacrée aux revendications politiques et aux formes de contestation au sein du monde musulman. Le but est de comparer les contestations armées, sociales et "non-conventionnelles" au Burkina Faso, en Tchétchénie, en Egypte et en Iran. La typologie établie permettrait de mieux comprendre les contextes propres à chaque pays étudié et pourrait ensuite être appliquée à d'autres pays manifestant des revendications politiques similaires.

Coordonnée par Firouzeh Nahavandi, l'ARC réunit des chercheurs du Centre d'étude de la coopération internationale et du développement (CECID), du Centre d'étude de la vie politique (Cevipol) et du Laboratoire d'anthropologie des mondes contemporains (LAMC), tous trois en Faculté des Sciences sociales et politiques.

Regardez la vidéo dans laquelle Firouzeh Nahavandi explique les objectifs de cette recherche.

Contrôle des réponses immunitaires

Un système immunitaire en bonne santé réagit à des signaux de danger (bactérie, virus ou cellules cancéreuses): une première phase d'inflammation lance l'alerte et stimule le corps à réagir à l'attaque. Lorsque le danger est écarté, il est indispensable que la phase inflammatoire s'arrête pour éviter toute réaction excessive. Le contrôle de la durée de l'inflammation est donc essentiel. Il est pourtant perturbé dans nombre de maladies et peut conduire à un choc septique endotoxique, potentiellement mortel ou contribuer au développement de maladies telles que le cancer, l'arthrite, l'asthme ou la sclérose en plaques.

L'équipe de Véronique Flamand à l'Institut d'immunologie médicale (IMI) de la Faculté de Médecine – ainsi qu'Abderrahman Hachani de l'Imperial College London, ancien doctorant de l'ULB - ont collaboré à l'étude d'Ezra Aksoy alors en doctorat à l'IMI et actuellement chercheuse au Barts Institute of Cancer (University of London).

Ils viennent de marquer une belle avancée en découvrant l'enzyme qui contrôle les réponses inflammatoires du corps. Appelée PI3K p110delta, cette kinase lipidique-clef règle avec précision la réponse inflammatoire, permettant d'éviter toute réaction excessive dommageable pour l'organisme. L'enzyme PI3K P110delta équilibre la réaction immunitaire en réglant un type particulier de cellules immunitaires, les cellules dendritiques.

Publiées dans la revue Nature Immunology, cette découverte ouvre d'intéressantes perspectives pour la vaccination, l'immunothérapie du cancer ou encore les maladies inflammatoires chroniques.

Vous souhaitez recevoir plus d'actualités Recherche ?
Abonnez-vous à la newsletter Horizon Recherche ULB en envoyant un mail à com.recherche@ulb.ac.be.

Plus d'actualités Recherche sur Act'ULB