n° 34 20/08/2009

Sommaire

> À la une ...
> Enseignement
> Recherche
> International
> Culture et vie sur les campus


Le coin presse

- Les communiqués
- Contacts presse


S'informer au quotidien?

- Esprit libre, le magazine de l'ULB
- La Une du site Web de l'ULB

L'agenda de l'ULB

- Culture
- Sport
- Congrès et Colloques
- Autres événements


Vous recherchez un ancien article ? Tapez un mot clé :

 

À la une ...

ERC: Frédéric Bourgeois primé

es premiers résultats de l'appel ERC lancés en 2008 sont connus: Frédéric Bourgeois, chercheur en géométrie symplectique au sein de la Faculté des sciences obtient la prestigieuse bourse européenne. [suite]

Enseignement

De nouveaux cursus à Charleroi
Dès la rentrée prochaine, l'ULB offre deux nouveaux cursus d'enseignement à Charleroi: le BA en Sciences humaines et sociales en horaire de jour, et le MA en Sciences du travail à horaire décalé. Deux formations qui ont pour vocation de combiner l'excellence scientifique et académique et une offre de proximité. [suite]


Recherche

Gène INPP5E: l'IRIBHM décèle l'origine de deux maladies rares
L'origine de deux maladies génétiques rares vient d'être mise au jour par des chercheurs de l'IRIBHM (IBMM) de la Faculté de Médecine de l'ULB. En cause: des mutations du gène INPP5E. Ces recherches ont été publiées dans Nature Genetics du 9 août. [suite]

Mars: mantle overturn
Le Département des Sciences de la terre et de l'environnement - Faculté des Sciences ULB - met en évidence un "mantle overturn" lors des premiers stades de formation de la planète Mars. Leur recherche est publiée dans Nature Geosciences. [suite]

Physique: équation de Dirac testée
Le Centre interdisciplinaire de phénomènes non-linéaires et de systèmes complexes - Faculté des Sciences de l'ULB - propose la mise en place d'un dispositif expérimental permettant de tester la théorie relativiste de Dirac avec des atomes froids confinés par des lasers. Publication dans Physical Review Letters. [suite]

Finance: petits portefeuilles parcimonieux
Publication dans PNAS: des chercheurs du centre ECARES en collaboration avec l'Université de Princeton proposent une alternative aux portefeuilles de Markowitz. [suite]

Décider sans réfléchir?
Une recherche menée au sein de l'Unité de Psychologie sociale (Faculté des Sciences psychologiques et de l'Éducation, ULB) décrypte l'impact des mécanismes conscients et inconscients sur la prise de décision. [suite]

Les thèses défendues à l'ULB
Nous vous présentons ici les dates de soutenances publiques de thèses de doctorats défendues à l'ULB dans les prochains jours. [suite]


International

Erasmus Mundus gloriosus
La candidature Erasmus Mundus de doctorat conjoint sur la "Globalisation, l'Europe et le multilatéralisme" (EMJD-GEM), initié par l'Institut d'études européennes de l'ULB (IEE-ULB) vient d'être validée par la Commission Européenne, parmi 13 projets sélectionnés. [suite]

Polytech à Ouagadougou: le soleil sous toutes les coutures
Dix étudiants de Master en Polytechnique et de l'École interfacultaire de Bioingénieurs se sont envolés début juillet pour Ouagadougou au Burkina Faso dans le cadre des projets de coopération au développement de la Faculté des Sciences appliquées. [suite]

L'Université libre de la Méditerranée
Huit étudiants de l'ULB ont participé, début juillet, à Casablanca à l'Université libre de la Méditerranée, organisée par le Réseau euro-méditerranéen universitaire. Thème principal de cette université d'été: "La paix en Méditerranée, à quelles conditions?" [suite]


Culture et vie sur les campus

Koter chez un senior? Une alternative originale
Pour cette nouvelle rentrée académique, l'Office du logement de l'ULB s'associe avec l'asbl "1 toit 2 âges" pour offrir une formule de logement innovante: une collocation entre seniors et étudiants. [suite]


La lettre rss

Le coup d'oeil

Dix étudiants de Polytech se sont envolés début juillet pour Ouagadougou au Burkina Faso dans le cadre des projets de coopération au développement de la Faculté des Sciences appliquées. [Cliquer sur l'image pour l'agrandir]



En quelques lignes

Colloques et conférences

Le Capitaine Baudin: l'explorateur méconnu
Les voyages de découvertes de Nicolas Baudin, l'un aux Antilles (1796-1798) l'autre aux Terres australes (1800-1804), marquèrent profondément les esprits à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles. Les périples du Capitaine Baudin et de ses compagnons étaient hors du commun et les défis soulevés enflammaient l'imagination: préciser les contours de terres inconnues, étudier les mœurs de leurs habitants, ramener vivants des plantes et animaux encore ignorés… Il ne s'agissait rien moins que d'achever l'inventaire géographique de la planète et d'approcher scientifiquement la diversité des ressources qu'elle offre. L'heure était à la conquête: celle de la connaissance du monde! Le colloque organisé du 2 au 5 septembre prochain au Palais des Académies sera l'occasion de (re)découvrir non seulement le Capitaine Baudin, ses voyages expéditionnaires et leurs contributions aux sciences naturelles mais aussi ceux qui l'accompagnèrent et ce qui, dans la société d'alors, permit l'avènement de ces expéditions naturalistes. Les intervenants sont issus d'universités françaises, des Canaries, de la Réunion, d'Adélaïde, de Canberra, de Sydney… "Portés par l'air du temps: la vie et les voyages du Capitaine Baudin", du 2 au 5 septembre, au Palais des Académies (1 rue Ducale à 1000 Bruxelles). Infos et inscriptions

L'université: école de la réussite, école de l'exigence
Le Comité des professeurs des universités francophones de Belgique propose un colloque sur le thème "L'université: école de la réussite, école de l'exigence", ce lundi 24 août à la Fondation Universitaire (11 rue d'Egmont à 1000 Bruxelles). Au programme: "Réussite ou échec à l'université - Nouveaux outils d'analyse", par les prof. Catherine Vermandele et Jean-Jacques Droesbeke (ULB); "Études secondaires et réussite à l'université: biais de sélection ou effet direct?", par la prof. Catherine Dehon (ULB; et "Le métier d'étudiant, le rapport aux études et la qualité de l'enseignement", par le prof. Marc Romainville (FUNDP). Inscription: 10 EUR/pers. à verser sur le compte 271-0618177-28 (CPUFB) en mentionnant, en référence, votre courriel académique. Infos: Marjorie Dequenne, 065 37 45 07



Culture

Découvrir Bruxelles néoclassique
L'architecture néoclassique est omniprésente à Bruxelles; elle marque de son empreinte l'ensemble du tissu urbain. Après plusieurs années de recherches et en liaison avec son ouvrage à paraître: "Bruxelles néoclassique: mutation d'un espace urbain 1775-1840", Christophe Loir (chercheur fnrs-ULB) fait découvrir lors de visites guidées organisée en collaboration avec CFC Éditions et la librairie Quartiers Latins, ce remarquable patrimoine architectural en le replaçant dans le contexte de la mutation des villes au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. Trois promenades sont prévues entre août et octobre, sur des thèmes chaque fois renouvelés. L'occasion de montrer ainsi comment l'architecture néoclassique inaugure de nouvelles pratiques et expériences visuelles. En pratique: visite du 22 août: "La monumentalisation des équipements collectifs, du quartier de la Monnaie à celui du Grand Hospice". Plus d'infos

Nuit européenne des chauves-souris au CCS
Envie d'émotions et de mystères pour la fin de l'été? Le Centre de culture scientifique (CCS) de l'ULB participe à la Nuit européenne des chauves-souris. C'est l'occasion pour petits et grands, curieux et amateurs de faire la connaissance d'un mammifère injustement mal aimé et particulièrement fascinant (et pas méchant!). Le CCS propose le 29 août à partir de 17h30 des visites, exposés, jeux, laboratoires axés autour de la chauve-souris afin d'en appréhender le mode de vie et faire comprendre notamment pourquoi elle est nécessaire à la survie de notre écosystème et pourquoi on doit la protéger. Le clou de l'évènement sera une ballade de nuit à la rencontre de ces petits animaux dans leur habitat naturel. En pratique: le samedi 29 août à partir de 17h30 au Centre de culture scientifique, campus de Parentville. Entrée et participation gratuite. Plus d'infos



À voir, à lire, à écouter

Dernières sorties aux EUB
Pendant les vacances, les Éditions de l'Université de Bruxelles ne chôment pas! Quatre nouveaux ouvrages sont à signaler. Dans la collection Études européennes: "Une gauche contre l'Europe? Les critiques radicales et altermondialistes contre l'Union européenne en France", par Sophie Heine, et "L'avenir de la reconnaissance mutuelle en matière pénale dans l'Union européenne", par Gisèle Vernimmen, Van Tiggelen, Laura Surano et Anne Weyembergh (éd.). Dans la collection Science politique: "La politique étrangère roumaine (1990-2006)", par Ivan Ruxandra, et "Réformer la justice dans un pays post-communiste. Le cas de la Roumanie", par Ramona Coman. Les deux derniers numéros de la collection UBlire sont: "Méthodologie du droit international public", par Olivier Corten, et "La naissance de la physique moderne, racontée au fil des Conseils Solvay", par Pierre Marage et Grégoire Wallenborn. Retrouvez toutes les nouveautés (et plus) sur le site des http://www.editions-universite-bruxelles.be/.

Esprit libre... aussi sur le web
L’université virtuelle est au cœur du dernier dossier d’Esprit libre, la revue de l’ULB. Également au sommet de ce numéro d’avant-rentrée: la promotion de la réussite; l’indépendance académique dans le domaine médical; Waleo 3, l’ULB et la prolifération bactérienne; les salaires sous la loupe de nos chercheurs; l’Antiquité comme objet d’étude; Benoît Vanhollebeke & le Human Frontier Science Program; l’influence du sommeil sur le cerveau; les sciences naturelles & les fabuleux voyages du capitaine Baudin; sans oublier les portraits (Albert Art, Jacques E. Dumont, Jean Van Wetter) ainsi que les rubriques habituelles (livres, agenda). A lire d’ores et déjà via sa version Web. Téléchargez l’Esprit libre, n°7



Mais aussi...

Nouvelle classe, nouveaux académiciens
L'Académie royale de Belgique compte désormais une nouvelle classe. On trouve ainsi désormais, à côté des classes des Sciences, des Lettres et des Sciences morales et politiques, et des Arts, la classe Technologie et Société. Dix "ulbistes" rejoignent cette nouvelle classe en qualité de membres: Hugues Bersini, Philippe Bourdeau, Véronique Cabiaux, Nicolas Cerf, Xavier Dieux, Carine Doutrelepont, Alain Eraly, Michel Hambersin, Jean-Noël Missa, André Preumont. Le professeur émérite René Winand rejoint, quant à lui, la même classe en qualité d'associé. Rappelons également que les professeurs Axel Cleeremans et André Helbo ont été élus membres la classe des Lettres et des Sciences morales et politiques.

Nouvelle distinction pour le Prof. Michel Meyer
Le 14 juillet dernier Michel Meyer a été promu au rang de Chevalier des Arts et des Lettres de la République française en reconnaissance de sa contribution à la création littéraire et ce notamment pour ses réflexions sur la rhétorique et la création de la théorie philosophique de la problématologie. Professeur de philosophie à l'ULB et à l'UMH, président du Centre européen pour l'étude de l'argumentation, directeur de la Revue internationale de philosophie et directeur de la collection "L'interrogation philosophique" aux Presses Universitaires de France, Michel Meyer est également économiste de formation et maître ès arts de l'Université John Hopkins. Il vient d'être choisi comme "James Mc Gill Distinguished Lecturer" pour la prochaine rentrée académique de l'université idoine de Montréal.

Aimer à l'ULB.be fait peau neuve
Le centre de planning familial Aimer à l'ULB est fier de présenter son tout nouveau site web. Vous y trouverez toute sorte d'informations pour vous accompagner dans votre vie intime et sociale, tout au long de l'année. Médecins, psychologues, psychothérapeutes et juristes-médiatrices vous informent et vous soutiennent dans un lieu dédié à l'écoute, à la prévention et à l'épanouissement. Les écoles, associations et autres institutions y trouveront également toutes les informations nécessaires sur les animations proposées par Aimer à l'ULB et son équipe. www.aimeralulb.be




Rédaction:
Sophie François (communication générale)
Nathalie Gobbe (communication recherche)

Développement et mise en page:
Cellule Web



 

À la une ...

ERC: Frédéric Bourgeois primé

Visant à stimuler l'excellence scientifique, le Conseil européen de la recherche (ERC) récompense des projets de recherche d'envergure, touchant tous les domaines, reconnus internationalement comme de très haut niveau scientifique et innovants.

Une récompense prestigieuse que vient d'obtenir Frédéric Bourgeois, chercheur et chargé de cours au sein du Département de Mathématique de la Faculté des Sciences de l'ULB. Son projet soutenu par l'ERC porte sur la géométrie symplectique, un domaine de recherche qu'il étudie depuis sa thèse de doctorat à l'Université de Stanford (États-Unis). Discipline spécialisée faisant partie de la géométrie différentielle, la géométrie symplectique ou de contact est l'étude d'espaces géométriques équipés de structures de contact (plutôt que, par exemple de distances et d'angles, comme en géométrie euclidienne). C'est en particulier le cadre de l'optique géométrique. Outre son rôle-clef en mathématiques, la géométrie symplectique croise l'intérêt de nombreux physiciens et polytechniciens.

Intitulé "Legendrian contact homology and generating families", son projet porte sur des objets remarquables et importants en géométrie de contact (qui correspondent aux fronts d'onde en optique), les sous-variétés legendriennes. Plus précisément, Frédéric Bourgeois va étudier deux invariants sophistiqués pour les sous-variétés legendriennes: l'homologie de contact legendrienne et l'homologie pour familles génératrices. Le but principal de ce projet est d'établir une correspondance entre ces invariants qui sont pourtant définis de manière fort différente. Ce lien présente un intérêt double: d'une part, il permettra d'étudier les sous-variétés legendriennes plus systématiquement, voire d'en ébaucher la géographie; d'autre part, il mènera à des informations structurales permettant de mieux comprendre l'homologie de contact, un invariant très puissant récemment développé, ce qui devrait permettre d'importantes avancées en géométrie de contact.

Rappelons que lors du 1er appel ERC, l'ULB s'était déjà distinguée, avec deux chercheurs primés: Estelle Cantillon de l'European Centre for Advanced Research in Economics and Statistics (ECARES) et Cédric Blanpain de l'Institut de recherche interdisciplinaire en biologie humaine et moléculaire (IRIBHM). L'ensemble des résultats du 2e appel devraient être connus dans les prochains jours.


Enseignement

De nouveaux cursus à Charleroi

À partir de la rentrée prochaine, l'ULB offre deux nouveaux cursus d'enseignement à Charleroi: le BA en Sciences humaines et sociales en horaire de jour, et le MA en Sciences du travail à horaire décalé. Ces formations ont pour vocation de combiner l'excellence scientifique et académique et une offre de proximité. Dans le cadre de l'Académie universitaire Wallonie-Bruxelles, elles se feront dans les locaux de l'Université de Mons.

Le Bachelier en Sciences humaines et sociales
Cursus de trois années, le BA en Sciences humaines et sociales forme des étudiants dans les domaines des sciences sociales et politiques. Il comprend donc une formation de haut niveau dans les disciplines des sciences humaines et sociales, combinée à une formation aux méthodes de travail et de recherche et à un développement des connaissances linguistiques en anglais. En fonction du module qu'ils choisiront en troisième année, les étudiants ayant réalisé un Bachelier en Sciences humaines et sociales pourront prolonger leurs études à l'ULB dans pas moins de 10 Masters à Bruxelles ou à Charleroi.

Le Master en Sciences du travail
Les MA en Sciences du travail à Charleroi sont dispensés à horaire décalé. Ils ont pour objectif de former des spécialistes en organisation et gestion du travail. En relation directe avec le monde du travail, les programmes de ces Masters sont avant tout marqués par leur aspect pluridisciplinaire. La problématique du travail y est abordée dans les domaines juridique, sociologique, psychologique, économique, social ou médical. À Charleroi, l'étudiant pourra choisir quatre spécialisations: finalité développement social, finalité européenne en développement social, finalité gestion de la formation et de la transition professionnelle et finalité gestion et administration dans le secteur non marchand.

Plus d'infos: http://www.soco-ulb.be




Recherche

Gène INPP5E: l'IRIBHM décèle l'origine de deux maladies rares

Depuis plus de 10 ans, le groupe de Stéphane Schurmans à l'Institut de recherche interdisciplinaire en biologie humaine et moléculaire (IRIBHM) de la Faculté de Médecine de l'ULB étudie la fonction de plusieurs gènes impliqués dans la signalisation intracellulaire. Parmi ceux-ci, l'INPP5E.

Le chercheur et son équipe ont généré des souris déficientes pour le gène INPP5E. Ils ont ainsi découvert qu'elles présentaient de nombreuses altérations du développement embryonnaire. Autant d'indices qui ont permis aux scientifiques de reconnaître des ciliopathies. Cette nouvelle classe de pathologies rares est caractérisée par un défaut de construction du cil, sorte d'antenne qui prolonge la cellule afin de sonder le milieu extracellulaire. Les chercheurs de l'IBMM ont démontré que la protéine INPP5E est effectivement localisée dans le cil des cellules et que l'inactivation du gène INPP5E entraîne un manque de stabilité du cil.

Sur base des résultats obtenus, le groupe belge a contacté deux équipes de chercheurs en Angleterre (Dr. Geoffrey Woods, Addenbrooke's Hospital, Cambridge) et aux USA (Dr. Joseph Gleeson, University of California, San Diego) qui avaient publié que le syndrome de MORM et le syndrome de Joubert étaient probablement des ciliopathies causées par une anomalie génétique située sur le bras long du chromosome 9, ce qui correspond à la localisation du gène INPP5E chez l'homme.

Des mutations dans le gène INPP5E ont ensuite été cherchées et trouvées par les laboratoires anglais et américains dans l'ADN des patients souffrant de ces deux maladies rares. Les expériences sur ces enzymes INPP5E humains mutés effectuées dans le laboratoire de l'ULB ont confirmé, comme chez la souris, une instabilité du cil des cellules.

Ces recherches ont été publiées dans la revue Nature Genetics le 9 août dernier.



Mars: mantle overturn

Lorsqu'une planète de type terrestre (donc rocheuse) se forme, elle est une boule de magma. Le manteau terrestre est visqueux mais solide, tel de la plasticine; alors que ce n'était pas le cas au début de la formation du système solaire. Lorsque cet océan magmatique cristallise, les premiers cumulas formés à la base du manteau sont riches en magnésium (Mg). Au fur et à mesure de la cristallisation, les liquides résiduels sont enrichis en fer (Fe) et sont plus denses que les premiers cumulas riches en Mg. Un gradient de densité instable apparaît qui peut résulter en un mantle overturn, c'est-à-dire une inversion à très large échelle des cumulas afin de rétablir un gradient de densité stable.

Le Département des Sciences de la terre et de l'environnement de la Faculté des Sciences de l'ULB a mis en évidence l'existence d'un mantle overturn lors des premiers stades de formation de la planète Mars. S'appuyant sur deux outils différents (géochimie et modélisation numérique), leur recherche coordonnée par Vinciane Debaille, chargée de recherche FNRS à l'ULB, est publiée dans la revue Nature Geosciences du mois d'août.

De manière intéressante, les chercheurs ont estimé que cet événement s'est produit 100 Myr (Million Year) après la formation de Mars. Étant donné que le mantle overturn se produit juste à la fin de la solidification de la planète, ce résultat rejoint de manière indépendante le résultat d'une étude précédente dirigée par Vinciane Debaille dans laquelle la fin de la solidification de Mars avait été estimée à 100 Myr. Il semble donc que la solidification des planètes et le mantle overturn en résultant ait été un processus plus tardif que précédemment proposé (< 30 Myr).



Physique: équation de Dirac testée

Contrairement aux objets macroscopiques qui nous entourent, les particules microscopiques qui composent la matière ne sont pas correctement décrites par la mécanique classique développée par Newton: les atomes et leurs constituants vérifient les lois de la mécanique quantique introduite au 20e siècle par Planck, Einstein, Heisenberg et Schrödinger. Lorsque les particules atteignent des vitesses proches de la vitesse de la lumière, elles deviennent relativistes. La théorie qui décrit convenablement ces particules hautement énergétiques a été introduite par Dirac autour de 1930: elle concilie la mécanique quantique et la relativité restreinte d'Einstein.

L'équation de Dirac prédit de nombreux phénomènes fascinants dont l'existence d'antiparticules - aujourd'hui étudiées dans les grands collisionneurs comme celui du CERN.

L'étude de l'équation de Dirac - qui décrit les particules relativistes - s'avère fondamentale mais nécessite souvent des moyens importants. Des chercheurs du Centre interdisciplinaire de phénomènes non-linéaires et de systèmes complexes - Nathan Goldman, Pierre Gaspard - de la Faculté des Sciences de l'ULB proposent d'étudier des effets quantiques relativistes, non pas au régime des hautes énergies mais aux très basses températures. A priori, ceci semble paradoxal vu que les particules deviennent relativistes aux très hautes températures. Mais les chercheurs qui ont publié leur recherche dans la revue Physical Review Letters démontrent qu'en manipulant des atomes froids avec des lasers, la dynamique de ces particules reproduit celle des particules relativistes. L'avantage de cette méthode est que les technologies actuelles permettent de contrôler et de manipuler les atomes froids avec une très grande précision et que ces systèmes ne présentent aucune impureté ou défaut.

Les chercheurs démontrent comment le système d'atomes froids reproduit le comportement relativiste de type Dirac; ils suggèrent également comment de nouveaux effets fondamentaux peuvent être mis en évidence avec de tels dispositifs.



Finance: petits portefeuilles parcimonieux

À l'heure actuelle, la théorie classique du portefeuille en finance est largement dominée par l'influence des travaux de son fondateur, Harry Markowitz. Au lieu de sélectionner parmi un ensemble d'actifs financiers celui qui permet d'espérer le rendement le plus élevé, Markowitz propose de tenir compte de la notion de risque (ou volatilité) de façon globale pour l'ensemble du portefeuille. Les rendements et risques peuvent être estimés sur base de données "historiques", c'est-à-dire sur les fluctuations des cours observés pendant une certaine période dans le passé. La méthode de construction de portefeuilles proposée par Markowitz prend également en compte les corrélations entre les différents actifs, ce qui permet de "diversifier" et d'éviter d'avoir un portefeuille où tous les actifs bougent de concert. Le chercheur, Prix Nobel d'économie, fournit donc une méthode pour choisir un portefeuille "optimal", c'est-à-dire présentant un risque minimal pour un rendement fixé.

Malheureusement, la théorie de Markowitz se heurte à plusieurs difficultés lorsqu'on essaie de la mettre en pratique.

Trois chercheurs du European Center for Advanced Research in Economics and Statistics de l'ULB (ECARES), en collaboration avec l'Université de Princeton aux États-Unis, proposent une modification du cadre classique de Markowitz qui permet de remédier à ces difficultés: Christine De Mol (également professeur au Département de Mathématique de la Faculté des Sciences), Domenico Giannone, Ignace Loris (actuellement à la VUB) et leurs collègues de Princeton proposent un modèle qui tient compte des frais de transaction et permet également de stabiliser le calcul des poids du portefeuille. La nouveauté consiste à ajouter à l'idée de diversification celle de "parcimonie", ce qui permet de choisir automatiquement un petit nombre d'actifs bien diversifiés parmi un grand nombre à disposition. Les performances de ces petits portefeuilles parcimonieux (donc plus faciles à acquérir et à gérer) ont été simulées sur des données empiriques et semblent prometteuses en termes de rapport entre le rendement et le risque.

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans la revue PNAS, Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, du 6 juillet dernier.



Décider sans réfléchir?

Devrions-nous nous fier à notre inconscient pour l'achat de notre maison ou de notre prochaine voiture? Dans un article publié dans Science (2006), Dijksterhuis, Bos, Nordgren et Van Baaren répondaient par l'affirmative. En effet, d'après ces chercheurs, effectuer une tâche de distraction, comme résoudre des anagrammes pendant quelques minutes, permettrait de "penser inconsciemment" et d'améliorer la qualité des décisions complexes. Avant de prendre une décision complexe, il faudrait donc s'abstenir de réfléchir à l'ensemble des avantages et inconvénients que présenterait chaque option. Étant donné les implications de ces résultats dans divers domaines tels que le management, la politique ou encore la justice, ils ont suscité un vif intérêt au sein de la communauté scientifique ainsi que dans les médias.

Dans le cadre d'une thèse de doctorat menée sous la direction du Pr. Olivier Klein au sein de l'Unité de Psychologie sociale de la Faculté des Sciences psychologiques et de l'Éducation, Laurent Waroquier a réexaminé et passé au crible la méthodologie des expériences de l'équipe de Dijksterhuis. À l'issue d'une série d'études (menées en collaboration avec le Pr. Axel Cleeremans et David Marchiori), il s'avère que l'apparente supériorité des décisions prises après une période de distraction n'est pas le fruit de la "pensée inconsciente" mais résulte en fait d'un effet néfaste de l'excès de réflexion consciente. En effet, bien que l'équipe de l'ULB ait reproduit le résultat principal des études originales en montrant que les décisions prises après une période de distraction étaient parfois meilleures qu'après réflexion, les décisions prises immédiatement après avoir consulté l'information s'avéraient équivalentes.

Ceci suggère qu'avec la méthodologie originale, les décisions sont souvent prises pendant la consultation des informations relatives aux différentes alternatives, qu'effectuer une tâche de distraction ne permet pas de "penser inconsciemment", tout du moins de façon efficace et que ressasser trop longuement une décision déjà prise peut être préjudiciable. De façon remarquable, en modifiant les instructions de l'expérience afin d'éviter que les participants ne prennent leur décision avant d'être distraits ou de réfléchir, ces chercheurs ont obtenu un pattern de résultats inversé. En effet, dans ce cas, les décisions réfléchies étaient supérieures aux décisions impulsives et à celles effectuées après une période de distraction. En d'autres termes, avant d'acheter une nouvelle voiture, s'abstenir de réfléchir n'est guère recommandable même si notre choix peut souffrir d'une rumination excessive.



Les thèses défendues à l'ULB

Nous vous présentons ici les dates de soutenances publiques de thèses de doctorats défendues à l'ULB dans les prochains jours.

Faculté des Sciences sociales et politiques/SBS-EM
- Laura Coroneo, "Essays on Modelling and Forecasting Financial Time Series." Le 28 août à 17h (campus du Solbosch, bât. A, local AY2.107)

Faculté de Médecine
- Yves Sznajer, "Étude des manifestations cardiovasculaires chez les patients présentant un syndrome de Noonan porteurs de mutation au sein du gène PTPN11; rôles des gènes de la voie de signalisation des MAP kinases pour les syndromes apparentés." Le 31 août à 17h (campus Erasme, bât. F, auditoire F2.303)

Institut des Sciences de la motricité
- Benjamin Pasquet, "Étude de la spécificité de la commande motrice et de sa régulation pendant différents types de contractions musculaires." Le 7 septembre à 18h (campus Erasme, bât. F, auditoire F2.103)
- Séverine Abellaneda, "Contribution à l'étude des modifications structurelles de l'unité myotendineuse lors de l'étirement. Comparaison des méthodes de neurofacilitation et du mode de contraction excentrique." Le 7 septembre à 19h (campus Erasme, bât. F, auditoire F2.103)




International

Erasmus Mundus gloriosus

La candidature Erasmus Mundus de doctorat conjoint sur la "Globalisation, l'Europe et le multilatéralisme" (EMJD-GEM), initié par l'Institut d'études européennes de l'ULB (IEE) vient d'être validée par la Commission Européenne.

L'EMJD (Erasmus Mundus Joint Doctoral) est un programme de coopération de l'enseignement supérieur visant à soutenir la mobilité des universitaires et des doctorants à l'échelle internationale.

À la lumière d'une concurrence féroce - seuls 13 projets ont été sélectionnés sur 135 présentés, dont seulement 3 issus des sciences sociales - le succès de la candidature de l'EMJD-GEM témoigne de la qualité exceptionnelle du doctorat et du consortium qui l'épaule.

Ce doctorat, le premier bénéficiant d'un Erasmus Mundus, sera piloté par un consortium regroupant des universités phares des quatre coins du monde. Outre l'IEE, qui coordonne le projet, les universités de Warwick (Royaume-Uni), Genève (Suisse), LUISS (Italie), Fudan (Chine), Waseda (Japon), Boston (États-Unis), ITAM (Mexique) et l'UNU-cris (Belgique) offriront ensemble un programme de formation et de recherche d'exception. Leurs travaux se focaliseront sur les défis majeurs auxquels font face les efforts de gouvernance et de coopération initiés tant au niveau de l'Union Européenne, que du reste du monde.

28 doctorants de toutes origines seront invités lors des 5 prochaines années à former une équipe pluridisciplinaire internationale qui se rendra dans chaque université membre du consortium afin de couvrir les champs d'études européennes et de relations internationales. Magnificus!



Polytech à Ouagadougou: le soleil sous toutes les coutures

Dix étudiants de Master en Polytechnique et de l'École interfacultaire de Bioingénieurs se sont envolés début juillet pour Ouagadougou au Burkina Faso dans le cadre des projets de coopération au développement de la Faculté des Sciences appliquées.

Après le vif succès du séchoir à tomates 'Tomatosek' au Mali, les projets, cette année, élaborés sous le double thème de la santé publique et de l'énergie solaire, ont amené les jeunes coopérants à construire un réfrigérateur solaire et un extracteur solaire d'huiles essentielles.

Ces deux projets sont partie intégrantes d'un programme de formation plus vaste organisé par l'Université de Ouagadougou (UO) afin de former des spécialistes des technologies solaires appliqués. Un tel programme permettra au pays de disposer de personnel qualifié pour établir des structures de base intégrées en énergie solaire et d'améliorer les conditions de vie des populations locales.

[En savoir plus]



L'Université libre de la Méditerranée

Le Pôle Bernheim d'études sur la paix et la citoyenneté (IEE-ULB) soutient depuis quelques années des initiatives en faveur de rencontrer d'étudiants dans l'espace euro-méditerranéen. En 2007, il a ainsi soutenu la mise sur pied d'une délégation d'étudiants de l'ULB pour participer à la conférence "EuroMed: la parole à la jeunesse", accueillie par l'Université Hassan II Aïn Chock de Casablanca. Depuis, chaque année, le Pôle participe à cette rencontre qui rassemble une centaine d'étudiants de l'Euro-Méditerrannée et qui a conduit à la création d'un Réseau euro-méditerranéen des universitaires (REMU).

Outre l'ULB, le REMU rassemble l'Université Hassan II de Mohamedia (Maroc), l'Université de Liège (Belgique), l'Université de Cergy Pontoise (France), l'Université libanaise de Beyrouth (Liban), l'Université de Dusseldorf (Allemagne), l'Université de Zarka (Jordanie), le Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes, l'Université de Sienne (Italie), l'Université de Jaén (Espagne), l'Université française du Caire (Égypte), l'Université de Tizi-Ouzou (Algérie), l'Université de Bir-Zeit (Palestine), l'Université Paris 3 (France), l'Université Pierre Mendes-France de Grenoble (France), l'Université de Tunis 2 (Tunisie).

Devant le succès suscité par les premières rencontres, le REMU développe l'Université libre de la Méditerranée (ULM): une université d'été d'au moins une semaine rassemblant entre 100 et 150 étudiants accompagnés de professeurs pour notamment débattre de grandes questions politiques méditerranéennes.

La première session de l'ULM a eu lieu du 5 au 12 juillet de cette année à Casablanca. Huit étudiants de l'ULB y ont participé (sur 10 qui composaient la délégation belge): Elise Broyard, Margaux Dauby, Sidney Leclerq, Christophe Majastre, Annette Neumann, Florence Thibaut de Maisières, Margaux Vaghi et Marieke Zwartjes. Ils étaient accompagnés du professeur Eric Remacle et d'Amaya Ubeda de Torres, chercheuse à l'IEE.

Cette première université d'été du REMU était placée sous le thème central de: "La paix en Méditerranée, à quelles conditions?". À travers ateliers, conférences, débats et visites de terrain, les étudiants ont ainsi approfondi pendant une semaine différentes sous-thématiques: le théâtre, les médias et l'écriture journalistique; les crises environnementales et alimentaires; les conflits au Proche-Orient; l'inter-culturalité et le dialogue des cultures; ainsi que les enjeux de sécurité en Méditerranée.




Culture et vie sur les campus

Koter chez un senior? Une alternative originale

Trouver un logement bon marché à Bruxelles est loin d'être une sinécure pour les étudiants. Le projet de logement intergénérationnel lancé dès la rentrée académique par l'asbl "1 toit 2 âges" en partenariat avec l'Office du logement de l'ULB risque donc fort de les intéresser.

Le principe? Les seniors (à partir de 55 ans) disposant de chambres libres accueilleront un étudiant pour un loyer très modéré (voire gratuitement selon la formule choisie). En contrepartie, l'étudiant apportera à son hôte une présence et, dans certains cas, un partage des tâches quotidiennes.

C'est l'avantage d'un logement bon marché dans des quartiers proches de l'ULB offrant un environnement convivial et propice à la réussite. Pour les personnes âgées, c'est un moyen de se sentir en sécurité tout en faisant une rencontre enrichissante.

Ce projet, déjà mis en place avec succès dans d'autres pays, a reçu le soutien des communes d'Auderghem, d'Ixelles et d'Etterbeek. En tant que partenaire, l'Office du logement de l'ULB servira de relais à "1 toit-2 âges" vers les étudiants et les propriétaires.

Les personnes intéressées peuvent également contacter la responsable de l'Office du logement: Antoinette Bage par email ou par téléphone au 02 650 21 73.

[En savoir plus]







ULB - Département des relations extérieures - Service de communication