Ecole polytechnique de Bruxelles

Historique: page 1

Fondée en 1873, l'École polytechnique de l'Université Libre de Bruxelles devait "contribuer à fournir à l'industrie belge des hommes qui fussent à la hauteur des progrès de la Science".

L'Université, sensible aux développements qu'avaient pris à l'étranger les instituts polytechniques (notamment la Technische Schule de Charlottenburg et l'École Polytechnique Fédérale de Zürich) et consciente de la pénurie d'ingénieurs dans un pays dont l'industrie connaissait une expansion inouïe, décidait de créer cette École, qui serait, selon les mots de l'ancien Recteur N.C. Schmit, en 1873, le "digne pendant de la Faculté de Médecine et mettra, à côté des applications des sciences de la vie humaine, leurs applications aux arts et à l'industrie".

Les fondateurs tenaient essentiellement à former des ingénieurs qui ne soient pas des "spécialistes" dans le sens étroit du mot, mais à leur assurer une formation réellement "polytechnique". À l'époque, les études étaient réparties sur quatre années: deux premières années de formation théorique et deux années spéciales. Un examen d'admission était imposé aux futurs étudiants.

En 1890, l'École polytechnique devenait la Faculté des Sciences appliquées et était admise à délivrer les deux seuls diplômes légaux de l'époque: celui d'Ingénieur civil des Mines et celui d'Ingénieur civil des Constructions. La durée des études était portée à cinq ans.

La jeune Faculté continua toutefois à décerner, comme diplômes scientifiques, d'autres titres d'ingénieurs.

Suite à la réforme de la loi sur la collation des grades académiques, en 1929, la Faculté ajouta aux grades légaux décernés celui d'Ingénieur civil Mécanicien et Électricien, également après cinq ans d'études. Elle devait encore élargir cette liste: en 1956, par la création de la section des Ingénieurs civils Chimistes (grade légal), en 1958, de celle des Ingénieurs civils Métallurgistes (grade légal), en 1962, du titre d'Ingénieur civil Physicien (grade scientifique) et en 1972, du titre d'Ingénieur civil Informaticien (grade scientifique).

Le décret de la Communauté française, adopté le 28 juin 1994, entraîna une modification importante au régime des grades: tous les grades décernés le devenaient au titre de "grades académiques". La Faculté décida, en 1995, de remplacer le grade d'Ingénieur civil Mécanicien et Électricien par les trois grades distincts d'Ingénieur civil Mécanicien, d'Ingénieur civil Électricien et d'Ingénieur civil Électromécanicien. En outre, elle créa le grade d'Ingénieur civil en Science des matériaux.



L'Ecole polytechnique est un organe vivant, en fonction des besoins du marché et de ses compétences internes, des formations se créent et d’autres meurent, d’autres sont mises en veilleuse pendant un certain temps et puis se réveillent. C’est ainsi que le titre d’Ingénieur civil des Mines a été supprimé en 1999 et celui d’Ingénieur civil Métallurgiste en 2000, et que l’année 2002 a vu l’ouverture d’une nouvelle formation d’ingénieurs civils : les Ingénieurs civils Architectes tandis que 2004 a vu la naissance de la formation d'Ingénieur civil Biomédical.

Aujourd’hui, l'Ecole polytechnique délivre (encore transitoirement) 9 titres d’ingénieurs civils, à savoir :

  • Ingénieur civil Architecte ;

  • Ingénieur civil des Constructions ;

  • Ingénieur civil en chimie et science des Matériaux ;

  • Ingénieur civil Mécanicien ;

  • Ingénieur civil Électricien ;

  • Ingénieur civil Électromécanicien ;

  • Ingénieur civil Informaticien ;

  • Ingénieur civil Physicien ;

  • Ingénieur civil biomédical.

En outre, elle assure, en collaboration avec la Faculté des Sciences, la formation des Bio-Ingénieurs.