Filière électronique et télécommunications

Que ce soit dans l’industrie ou dans notre vie quotidienne, des contenus multimédia sans cesse plus importants doivent être créés, traités et transportés à haute vitesse, quels que soient la distance et l'environnement. Pour relever ce défi, l'ingénieur électricien possède de solides compétences en électronique et microélectronique, en télécommunications, en automatisation des systèmes, en informatique temps réel et multimédia.

Spécificités

La formation d’ingénieur civil électricien de l’ULB vise à maintenir le tronc commun le plus polyvalent possible, puis à un choix parmi 3 options pour permettre aux étudiants d’approfondir deux domaines plus spécifiques.

Les méthodes pédagogiques utilisées, comme le projet intégré et la possibilité de stage de 12 semaines en entreprise, favorisent le développement de compétences transversales comme la gestion de projet, l’équilibre entre autonomie et capacité de travailler en équipe, ou la communication orale et écrite.

Ce Master, donné en anglais dans le cadre de BRUFACE, permet naturellement une grande ouverture internationale, y compris via les nombreuses possibilités d’échanges ERASMUS.

Les atouts professionnels

Le tissu industriel concerné par la formation d’ingénieur électricien est vaste (600 entreprises en Belgique). De nombreuses multinationales possèdent en Belgique des équipes de RD qui élaborent des produits et procédés diffusés dans le monde entier pour les télécommunications, l’électronique, l’industrie spatiale, l’automatisation… La plupart des entreprises des autres secteurs ont également un besoin croissant d’ingénieurs compétents dans les domaines de l’électronique et des technologies de l’information. Les ingénieurs électriciens trouveront encore des possibilités de carrière dans les services publics, dans la recherche et l’enseignement supérieur, dans le secteur tertiaire.

Contacts

Président: Prof. Philippe De Doncker
Vice-Président: Prof. Pierre Mathys