Faculté des sciences de la motricité

Bref historique

Dès la fin du 19e siècle, le souhait de voir instaurer une formation de niveau supérieur en éducation physique est apparent. En 1904 il se concrétise à Bruxelles par la fondation, à l'initiative d'Ernest Solvay, de l'École Supérieure d'Éducation Physique de Bruxelles. Après la première guerre mondiale, Paul Héger poursuit l'idée au sein de l'Université.

En 1934, la Fondation Andriesse est créée et aboutit à la construction du premier bâtiment, qui accueillera Lars Sandberg et la Ling Universitas puis, peu avant la deuxième guerre mondiale, l'enseignement de médecins licenciés en éducation physique.

La fermeture de l'Université retardera le processus mais dès 1945 l'Institut Supérieur d'Éducation Physique, annexé à la Faculté de Médecine et de Pharmacie, ouvrira ses portes.

Les enseignements de candidature sont ceux de sciences naturelles et médicales mais avec toutefois des titulaires propres en anatomie par exemple. Les enseignements pratiques sont assurés par Yves Gérard, Inspecteur de l'enseignement secondaire, assisté par Jean Van Albroeck pour les garçons et par Madame DethayeRaeymaeckers pour les filles. On trouve dans le Corps professoral des noms bien connus dans le monde des éducateurs physiques, en particulier ceux de Paul Spehl et Albert Govaerts. En 1949, deux couples d'enseignants suédois prennent en charge la pratique d'éducation physique: M. et Mme Ljunggren, qui rejoindront cinq ans plus tard leur pays d'origine et M. et Mme Sjöstedt qui poursuivront leur carrière à l'Institut jusqu'en 1984.

En 1957, apparaît la kinésithérapie. À ses débuts, complément de la licence en éducation physique, elle deviendra complète en 1965 par la création d'un enseignement propre pour le premier cycle.

1961 voit la création du H.I.L.O.V.U.B dans le cadre du dédoublement linguistique de l'Université.

En 1964, la construction d'un nouveau bâtiment offre un magnifique outil de travail: une grande salle modulable, des auditoires, des surfaces pour les laboratoires.

Le Laboratoire de l'Effort que crée le Professeur Segers en 1964 regroupe des chercheurs confirmés hébergés jusque-là dans des institutions extérieures et offre un cadre aux jeunes chercheurs.

Congrès nationaux et internationaux se succèdent, de nouvelles unités de recherche se créent. Leurs activités apportent une contribution importante au développement des sciences aussi bien en éducation physique qu'en kinésithérapie et réadaptation.

L'Institut, devenu autonome en 1973, devient I.S.E.P.K. (Institut supérieur d'Éducation physique et de Kinésithérapie) en 1975.

Répondant à l'évolution du monde extérieur, des enseignements spécifiques de 3e cycle voient le jour: en loisirs, en sports, en milieu du travail (1965), en médecine sportive (1969), en kinésithérapie en milieu sportif (1974), en kinésithérapie ostéopathique (1989), en activités physiques adaptées (1991).

Plus récemment (1994), afin de répondre aux besoins du marché de l'emploi, l'Institut crée au sein de son 2e cycle, trois spécialisations en éducation physique ainsi que des pré-spécialisations en kinésithérapie (voir programme des cours).

La création (1980) d'installations sportives mixtes U.L.B. A.D.E.P.S., le Centre Sportif de la Forêt de Soignes, offrent des possibilités nouvelles, bienvenues lors de la disparition de certains terrains de sport au Solbosch.

En 1995, l'Institut fête ses 50 années d'existence, maturité qui lui permet d'affronter avec confiance les défis du 21e siècle.

Parmi ceux-ci, il faut relever la création d’un cursus en ostéopathie dont les premiers diplômés sont sortis en 2009-2010 ou encore le déménagement sur le Campus Erasme dans des locaux flambants neufs.

En 2007, l’Institut change de nom. Désormais, on parlera de l’Institut des Sciences de la Motricité (I.S.M.) et depuis septembre 2010, de la Faculté des Sciences de la Motricité (F.S.M.).

Liste des anciens Présidents/Doyens

Albert Hustin (directeur) (1945-1948)

Pierre Rijlant (directeur) (1948-1970)

Marcel Segers (1970-1973)

Léon Lewillie (1973-1976)

Hélène Levarlet-Joye (1976-1979)

Karl Hainaut (1979-1982)

Léon Lewillie (1983-1985)

Hélène Levarlet-Joye (1985-1989)

Karl Hainaut (1989-1990)

Renée Vanfraechem-Raway (1990-1994)

Albert Leduc (1994-1996)

Jacques Duchateau (1996-2001)

Guy Cheron (2001-2005)

Jean-Jacques Moraine (2005-2009)

Nathalie Guissard (2009-2013)

Alain Carpentier (2013- )