fermerclose

Programme des cours en 1834
fermerclose

Palais Charles-Alexandre de Lorraine
fermerclose

Palais Granvelle
fermerclose

Marie Popelin
fermerclose

Henri La Fontaine
fermerclose

Le bâtiment U. Les maisons que l'on aperçoit bordent la future Avenue Buyl.
fermerclose

Le bâtiment A en construction. Son cahier des charges prévoit explicitement qu'il devra cacher le bâtiment U, dont la laideur faisait l'unanimité.
fermerclose

Le campus du Solbosch en 1930. Il était alors composé uniquement des bâtiments U et A. En haut de la photo, le quartier du cimetière d'Ixelles.
fermerclose

Le campus du Solbosch à la fin des années 1930. Le terrain de sports a partiellement laissé sa place à un parking en 1994.
fermerclose

Le bâtiment H au début des années 1970, à l'époque où l'avenue Héger était encore un grand parking.
fermerclose

Au début des années nonante, la construction de la bibliothèque des Sciences humaines, au carrefour des bâtiments U, A et H, va bouleverser toute la physionomie du campus du Solbosch.
fermerclose

fermerclose

Quelques dates

1834

Fondation de l'Université libre de Belgique. Les "Facultés de Droit et des sciences politiques et administratives" voient le jour, ainsi que celles de Philosophie et Lettres, de Sciences et de Médecine.

Le programme des cours tient en quelques lignes…

Il n'existe pas, alors, d'année de candidature en Droit. Les étudiants désireux de faire des études de Droit doivent commencer leur cursus par deux années de candidature à la Faculté de Philosophie et Lettres. Ensuite, seulement, ils peuvent entamer leur trois années d'études à la Faculté de Droit. Ce système perdurera jusqu'en 1967.


Les locaux de l'ULB se situent au Palais Charles-Alexandre de Lorraine, à proximité de la Place Royale.


1836

L'Université libre de Belgique devient l'Université libre de Bruxelles.

Création d'un cours de Notariat.


1841

Les "Facultés de Droit et des sciences politiques et administratives" se nomment désormais "Faculté de Droit".
Toutefois, les cours de sciences politiques et administratives s'y donneront encore, jusqu'à leur détachement en 1897.


1842

En 1842, l'ULB déménage vers le Palais Granvelle. Ce palais de la Renaissance, qui fût détruit dans les années 1950 (travaux de la jonction Nord-Midi), se situait rue des Sols à l'emplacement exact de la Galerie Ravenstein, en face de la Gare Centrale.

L'ULB y restera jusqu'en 1928.


1880

Les femmes sont autorisées à s'inscrire à l'ULB. Deux ans plus tard, Marie Popelin devient la première étudiante de la Faculté de Droit. En 1888, elle obtient, avec distinction, le grade de Docteur en Droit, mais n'est pas autorisée à devenir avocate. Ce n'est qu'en 1922, soit 9 ans après sa mort et 34 ans après l'obtention de son diplôme, que les femmes seront enfin admises au Barreau.


1890

La Faculté de Droit est la première à l'ULB à dispenser un enseignement néerlandophone. Le cours de droit pénal est le premier concerné.
À partir de 1919, tous les cours de Droit seront progressivement dédoublés en néerlandais. Ce bilinguisme fut de mise jusqu'en 1969, année de la scission linguistique de l'ULB et de la création de la "Vrije Universiteit Brussel".


1913

Henri La Fontaine, Docteur en Droit de l'ULB, professeur de droit international, reçoit le Prix Nobel de la Paix.

La Fontaine consacra sa vie à construire une société meilleure en se fondant sur le principe d'un accès à la connaissance pour tous. Avec Pierre Otlet, un autre juriste de l’ULB, il développe le Mundaneum, centre de documentation à caractère universel, et met au point la Classification Décimale Universelle, un système de classement de documents toujours en vigueur de nos jours.

Il fut le fer de lance de nombreux combats, et en particulier, le féminisme et le pacifisme. C’est ainsi qu’il cofonda la Ligue Belge du Droit des Femmes ou encore la Société belge pour l’Arbitrage et la Paix. Il deviendra président du Bureau International de la Paix et travaillera sur les mécanismes de fonctionnement d’une justice internationale capable de régler les conflits entre États. Il militera également pour le droit à l’autodétermination des peuples, pour le droit des minorités et pour le partage équitable des ressources naturelles.


1921

L'ULB, à l'étroit dans le Palais Granvelle, entame la construction d'un premier bâtiment sur le site du Solbosch. Il s'agit du bâtiment U, dédié aux sciences exactes et appliquées. Il sera inauguré en 1924 et trône toujours aujourd'hui au milieu du campus du Solbosch.


1922

Création de la première licence spéciale accessible aux docteurs en droit: la licence en droit maritime.


1924

Les travaux du futur bâtiment A débutent. Celui-ci accueillera les services administratifs de l'Université, la grande bibliothèque, la Faculté de Droit ainsi que la Faculté de Philosophie et Lettres. Ce bâtiment, qui grâce à sa tour-campanile deviendra rapidement l'emblème de l'ULB, sera inauguré en 1928.


1928

L'ULB quitte le centre-ville et s'installe au Solbosch. Ce site, laissé libre après l'exposition universelle de 1910, n'accueille pour l'instant que les bâtiments U et A. L'avenue Héger n'existe pas encore, et l'Avenue Franklin Roosevelt, fraîchement dessinée, s'appelle alors Avenue des Nations.


1935

Léon Cornil, juriste spécialisé en droit pénal et professeur à l'ULB, fonde l'École des Sciences criminologiques. Elle est annexée à la Faculté de Droit.

Son règlement d'origine stipule qu'y seront enseignées "les sciences auxiliaires du droit pénal", à savoir les matières suivantes: prophylaxie criminelle, médecine sociale, psychologie, philosophie morale, pénologie, psychiatrie, protection de l'enfance, médecine légale…


1937

Création de la deuxième licence spéciale: la licence spéciale en droit administratif.

Le développement du campus du Solbosch se poursuit: l'auditoire Paul-Émile Janson n'existe pas encore (construit en 1956), mais le bâtiment J auquel il est accolé est construit dès 1928. Une Cité étudiante (actuel bâtiment F) voit le jour (1931), ainsi qu'un bâtiment d'Éducation physique (1935) et une plaine des sports.


1946

Création du "Centre d'études de la Faculté de Droit" par le professeur René Marcq. Ce Centre, selon la documentation de l'époque, "a pour but de compléter la formation scientifique des docteurs en Droit en les faisant participer à des travaux et à des recherches sur des sujets d'ordre juridique."

Création d'une licence spéciale en droit des assurances.


1964

Inauguration du "Centre de droit international et de sociologie appliquée au droit international". Initialement, ce Centre dépendait de l'Institut de Sociologie, et ce n'est qu'en 2001 qu'il sera exclusivement rattaché à la Faculté de Droit.

Toujours au milieu des années soixante, de nouvelles licences spéciales voient le jour: droit économique, droit social, sciences fiscales.


1967

Inauguration du "Centre de philosophie du droit". Initialement ce Centre dépendait directement de l'Université. En 1982, il sera exclusivement rattaché à la Faculté de Droit et prendra en 2006 le nom de "Centre Perelman" en hommage à l'un de ses fondateurs, Chaïm Perelman, l'un des leaders de l’École de Bruxelles et le fondateur de la "Nouvelle rhétorique".

Une réforme fondamentale du programme entre en vigueur: d'une part deux années de candidature sont créées, et d'autre part, les trois années préexistantes se transforment en licence. Ainsi les étudiants en Droit passeront dorénavant l'intégralité de leur cursus au sein de la Faculté.

À la fin des années soixante, le bâtiment H sort de terre. Cet immeuble est conçut à l'origine comme provisoire pour faire face au manque de place sur le campus. Il deviendra rapidement, et ce jusqu'à aujourd'hui, le nouveau siège de la Faculté de Droit, ainsi que de la Faculté SOCO (appelée aujourd'hui Faculté de Philosophie et Sciences sociales).


1992

Les travaux de construction de la nouvelle bibliothèque des Sciences humaines (bâtiment NA) débutent. Ils seront suivis d'un réaménagement profond du campus du Solbosch: l'avenue Héger devient un piétonnier, la plaine des sports disparaît entièrement pour devenir un parking, l'habillage du bâtiment de l'Institut de Sociologie est complètement refait et une extension, le nouveau bâtiment des inscriptions, lui est accolée.


2004

Début de la mise en œuvre du processus de Bologne: abandon du système des candidatures et des licences au profit des Bacheliers et Masters, mise en place du système ECTS, harmonisation des cursus afin de faciliter le passage d'une université à l'autre…

Création de l'Académie universitaire Wallonie-Bruxelles qui regroupe l'ULB, l'Université de Mons-Hainaut et la Faculté Polytechnique de Mons (ces deux dernières sont désormais associées en une seule entité: UMONS). Dans ce cadre, un premier cycle de Droit (Bachelier) est organisé à Mons et débouche naturellement sur les Masters à l'ULB.


2010

La Faculté de Droit et l'École des Sciences criminologiques Léon Cornil se regroupent sous une même appellation facultaire: "Faculté de Droit et de Criminologie". C'est l'occasion de se munir d'un nouveau logo.


2013

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles adopte le décret redéfinissant le paysage de l'enseignement supérieur en Communauté française. L'Académie universitaire Wallonie-Bruxelles disparait et une nouvelle structure de supervision et de pilotage de l’enseignement supérieur en Communauté française est créée: l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES).
Parallèlement, l'organisation des études universitaires est profondément modifiée: Réforme du paysage de l'enseignement supérieur.




Toutes les images présentées dans cette section sont issues des Collections des Archives de l'ULB.

©ULB