Ranking Shanghai

Le Ranking Shanghai est un classement établi par des chercheurs de l'Université Jiao-Tong de Shanghai en Chine qui dresse le palmarès des universités au niveau mondial. Les institutions sont classées suivant différents critères notamment le nombre de publications dans de prestigieuses revues scientifiques et les citations ou distinctions attribuées aux membres de l'université. Les derniers résultats viennent d'être publiés.

Dans le domaine des sciences, l'ULB et la KUL se placent en tête du classement des universités belges, avec pour l'ULB une jolie place dans le top 75 mondial en physique, ce qui la hisse en tête du classement belge dans ce domaine. Ces résultats démontrent la qualité du travail et l'investissement de nos chercheurs au quotidien.

Prix Sanofi-Pasteur pour Etienne Pays

Etienne Pays (Laboratoire de Parasitologie Moléculaire, Faculté des Sciences) s'est vu attribuer le prix Sanofi-Pasteur "Senior", pour ses nombreuses découvertes concernant les trypanosomiases.

Le jury international cite notamment la compréhension des divers moyens de résistance du trypanosome et l'éclaircissement des mécanismes de résistances innées observées chez l'homme contre certains de ces parasites.

SIDA/VIH : un de nos chercheurs récompensé

Chercheur au laboratoire de Virologie Moléculaire (Faculté des Sciences), Gilles Darcis a reçu le "IAS/ANRS Young Investigator Award" pour ses recherches portant sur les réservoirs du virus HIV-1.

Ce prix, décerné lors de la session de clôture de la conférence mondiale sur le SIDA, qui s'est tenue à Melbourne ce mois-ci, récompense les chercheurs de moins de 35 ans menant une recherche originale, innovante et rationnelle dans le domaine de la recherche sur le VIH.

Aspirant clinicien chercheur FNRS, Gilles Darcis a été sélectionné pour son travail intitulé "Synergistic activation of HIV-1 expression by compounds releasing active positive transcription elongation factor b (P-TEFb) and by inducers of the NF-kB signaling pathway".

Naissance du soleil

Processus de captures de neutrons, les processus s et r sont responsables de l'origine de près de la totalité des éléments plus lourds que le Fer dans l'Univers. En s'appuyant sur ces deux processus, des chercheurs européens - dont ceux de l'Institut d'Astronomie et d'Astrophysique, Faculté des Sciences ULB - et australiens ont réussi à expliquer de façon cohérente les derniers événements qui auraient pollué le Système Solaire avant sa naissance: lors de la phase prénatale, le processus r aurait contaminé la nébuleuse solaire quelque 100 millions d'années avant son isolation, alors que le processus s l'aurait enrichie quelque 10-30 millions d'années avant son isolation.

Les chercheurs de l'ULB - emmenés par Stéphane Goriely, IAA -, et d'universités allemande, australiennes, britannique et hongroise éclairent ainsi les circonstances qui ont donné naissance à notre Soleil. Après l'ingestion des éléments lourds par les processus s et r, la nébuleuse solaire est rentrée dans une phase d'incubation pendant laquelle le nuage moléculaire pré-solaire s'est formé et s'est effondré sur lui-même pour donner naissance à notre Soleil. Cette période d'incubation ne peut dès lors pas avoir duré plus de 30 millions d'années.

Ces résultats sont publiés dans la revue Science du 8 août.


Breaking Science

Ce vendredi 29 août, se tenait à l'Expérimentarium de Chimie de l'ULB le lancement de www.breakingscience.be, un site web destiné aux jeunes et à leurs professeurs. Mis sur pied par Essenscia, la fédération belge des industries chimiques et des sciences de la vie, Breaking Science propose des articles, des vidéos et des anecdotes destinés à faire découvrir l'application des sciences dans notre quotidien.

Cette initiative vise aussi à attirer les jeunes dans les filières techniques et scientifiques en les informant sur les études et les possibilités d'emplois dans ce secteur . Malgré la tendance à la hausse constatée ces dernières années, le nombre d'étudiants demeure insuffisant dans ces filières, notamment celle de de la chimie où les entreprises devront recruter en Wallonie et à Bruxelles près de 4.000 personnes pour remplacer les départs à la retraite endéans les 10 ans.

Toutes les photos de l'évènement ici.


LIBRE ECHANGE accueille François Englert

« Libre Echange » est le rendez-vous événementiel de la RTBF, produit en partenariat avec le Parlement Européen de Bruxelles, au cœur de ses Institutions. L'émission consiste en un dialogue entre un invité d'envergure internationale et des jeunes âgés de moins de 25 ans, venus l'interroger sur sa carrière, ses passions, ses convictions, ses idéaux mais aussi sur son actualité. Il s'agit d'un programme dynamique et participatif qui a pour volonté d'impliquer les jeunes à tous les niveaux.

Le prochain invité de « Libre Echange » est le Professeur François Englert, Prix Nobel de physique 2013 conjointement avec le Britannique Peter Higgs, pour ses travaux sur le mécanisme de Brout-Englert-Higgs, un élément clé du Modèle Standard de la physique des particules.

La RTBF invite donc des étudiants âgés de moins de 25 ans à participer au prochain enregistrement de « Libre Echange », qui aura lieu le mercredi 10 septembre au Parlement Européen (Rue Wiertz 1047 Bruxelles). Envie de faire partie du public de « Libre Echange » et de poser une question à François Englert ? Rien de plus simple: il suffit de s'inscrire sur le site web de l'émission: www.rtbf.be/libreechange (onglet « Inscrivez-vous »)


"Ma thèse en 180 secondes" envahit le petit écran

Les 18 finalistes du concours interuniversitaire "Ma thèse en 180 secondes" envahissent le petit écran dès la rentrée! Pour ce concours, les jeunes chercheurs doivent expliquer leurs recherches au grand public en 3 minutes, top chrono.

La finale interuniversitaire avait lieu le 22 mai dernier. Ce sont les exposés de ces finalistes que vous pourrez retrouver sur La Trois, du lundi au vendredi à 20h25 entre le 1er et le 24 septembre. Notons, pour l'ULB, les passages de:

  • Sandrine Detandt (Facultés des Sciences psychologiques et de l'éducation) "Tous addicts. Petite physiologie de notre jouissance", le 3 septembre;
  • Stéphane Vranckx (Faculté des Sciences) "Comprendre l'univers grâce à la chimie computationnelle", le 8 septembre;
  • Aria Ronsmans (Faculté des Sciences) "L'assimilation de l'azote chez la levure du boulanger", le 9 septembre;
  • Xavier Taton (Faculté de Droit et de Criminologie) "Quel rôle pour le juge dans l'économie d'aujourd'hui ?", le 11 septembre;
  • et Yasmina Serroukh (Faculté de Médecine) "Un globule blanc programmé pour tuer !", le 24 septembre.

Cette dernière a été sectionnée avec François Claine (UNamur) et Edwine Goldoni (UCL) pour représenter la Belgique lors de la finale internationale francophone à Montréal le 25 septembre prochain.

Au passage, vous pouvez également revoir la vidéo tournée lors de la finale ULB, en mars dernier.


L'adaptation, la réponse aux changements climatiques

Face aux changements climatiques, l'adaptation sera une dimension incontournable. C'est le postulat que des chercheurs de l'IGEAT (Institut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire, Faculté des Sciences) exposent dans un ouvrage récemment paru.

Valentine van Gameren, Roman Weikmans et Edwin Zaccai y expliquent que les émissions passées de gaz à effet de serre d'origine humaine et l'inertie du système climatique entraineront un réchauffement global de l'ordre de 2°C à l'horizon 2040 (par rapport à la période préindustrielle), quels que soient les efforts entrepris en matière de réduction des émissions. Et les bénéfices des efforts actuels concernant les émissions ne se feront pas sentir avant trois décennies.

L'adaptation à ces hausses de températures constitue dès lors une stratégie irremplaçable, dès à présent et pour les années à venir. Mais ses enjeux restent cependant largement méconnus : à quels risques les sociétés humaines et les écosystèmes vont-ils être confrontés ? Quels rôles auront les entreprises, les assurances, les individus ? Comment se matérialisent les politiques en ce domaine, du niveau le plus local à l'international ?

Telles sont les questions traitées par les auteurs dans l'ouvrage de synthèse "L'adaptation au changement climatique", paru aux éditions La Découverte.


Un problème ? L'ordinateur conçoit le programme pour y répondre

Un ordinateur qui conçoit lui-même le programme nécessaire pour résoudre un problème donné, c'est le but des chercheurs du projet inVEST. Depuis 2012, ce projet financé par le European Research Council (ERC) a pour but de définir les bases théoriques nécessaires au développent d'algorithmes de synthèse automatique.

À partir d'une description logique (mathématique) de ce que doit faire un programme, l'algorithme conçoit automatiquement un programme pour résoudre le problème décrit. L'avantage d'un tel système est double : il permet de se concentrer sur la description du problème à résoudre et non plus sur le développement complexe de l'algorithme pour le résoudre, et la synthèse automatique ne présente pas de 'bugs' de programmation.

Sous la direction du Pr. Jean-François Raskin (Faculté des Sciences), une équipe de l'ULB a participé au "Vienna Summer of Logic 2014", un congrès mondial sur la logique et l'informatique. Ils y ont gagné la médaille d'argent de la Kurt Gödel Society (image) pour un prototype de synthèse automatique développé dans le cadre de ce projet ERC inVEST

 

Clin d'oeil

A vos agendas !

  • Les activités de l'Expérimentarium de Physique