4 Prix quinquennaux à l'ULB

Jeudi le 02-07-2015

Le FNRS a attribué les prestigieux Prix quinquennaux 2011-2015 et la recherche de l'ULB se distingue puisque 4 des 5 Prix vont à des chercheurs de notre Université. "Cela n'était encore jamais arrivé depuis le lancement de ces prix en 1959", souligne le magazine Daily Science...

Les lauréats sont :

  • Marc Henneaux, service de Physique théorique mathématique, Faculté des Sciences. Marc Henneaux a joué un rôle majeur dans la compréhension des symétries en théorie quantique des champs et en gravitation. Il a profondément contribué à la connaissance des propriétés quantiques des interactions fondamentales, à la théorie des trous noirs et à la structure des singularités de l'espace-temps, mettant au jour des symétries tout à fait inédites qui semblent régner dans un domaine situé à la limite de notre connaissance.

  • Axel Cleeremans, centre de recherche Cognition et Neurosciences, UNI, Faculté des Sciences psychologiques et de l'éducation.Précurseur dans le domaine de la psychologie cognitive, Axel Cleeremans a apporté une contribution majeure à l'étude des mécanismes cognitifs impliqués dans les apprentissages avec et sans conscience, et, d'une manière plus générale, à notre compréhension des mécanismes de la conscience. Ses travaux ont également contribué, internationalement, au développement méthodologique de la psychologie expérimentale

  • Cédric Blanpain, IRIBHM, Faculté de Médecine. Cédric Blanpain est reconnu dans le monde entier comme l'un des meilleurs dans le domaine de la biologie des cellules souches grâce à son travail précurseur tant sur les cellules souches épidermiques que sur les cellules souches cancéreuses. Nous lui devons par ailleurs des découvertes relatives au développement, au maintien et à la réparation de divers organes (cœur, prostate, glandes mammaires).

  • Christos Sotiriou, laboratoire JC Heuson de recherche translationnelle en cancérologie mammaire, Faculté de Médecine.Christos Sotiriou est à l'origine de l'imagerie moléculaire du cancer du sein. Ses découvertes ont ouvert la voie aux concepts de traitement personnalisé dont bénéficient aujourd'hui les patientes atteintes de cette maladie. Ses travaux en faveur de la caractérisation moléculaire de cette forme de cancer ont considérablement fait progresser les connaissances et ont permis aux patientes de bénéficier de traitements à la fois moins agressifs et plus efficaces en fonction des tumeurs diagnostiquées.

    Les Prix scientifiques quinquennaux du FNRS seront officiellement remis le 30 novembre au BOZAR.

Rafraichissez-vous au Jardin botanique Jean Massart

Mardi le 30-06-2015

Rien de tel qu'une promenade (guidée ou libre) au frais et à l'ombre par ces temps caniculaires... Destinées à la recherche, à l'enseignement universitaire et à la vulgarisation scientifique, les collections vivantes du Jardin botanique Jean Massart comprennent près de 2000 espèces végétales.

Le Jardin des plantes médicinales et aromatiques, comptant 300 espèces, est l'un des plus riches de Belgique. Dans le Jardin évolutif, plus de 600 espèces de plantes à fleurs sont rassemblées par famille, suivant les grandes lignes de l'évolution, depuis les types primitifs (comme le Magnolia) jusqu'aux types les plus évolués (comme la marguerite).

Au Jardin des plantes cultivées, les plantes domestiquées par l'Homme, accompagnées de leurs ancêtres sauvages, sont classées selon leur utilisation. Dans le Verger sont cultivées diverses variétés anciennes de pommiers, poiriers, pruniers, pêchers et cerisiers. L'Arboretum comporte de nombreuses essences exotiques, parmi lesquelles dominent les conifères.

Le Jardin comporte une zone humide érigée en réserve naturelle et incorporée au réseau Natura 2000. Fougères, iris jaune, grande prêle, phragmite, menthe aquatique et bien d'autres plantes de notre région s'y développent à l'état spontané, bordant les sources et mares voisines des étangs du Rouge-Cloître.

Consultez les infos pratiques d'ouverture, ateliers, visites, etc du Jardin botanique Jean Massart.

Prix Socrate pour Gilles Geeraerts

Mercredi le 03-06-2015

Créés en 2005, les Prix de pédagogie Socrate sont décernés chaque année par le recteur et les étudiants de l'ULB à des membres du corps enseignant qui se distinguent particulièrement par la qualité de leur enseignement, leur créativité et leur investissement dans le domaine didactique ainsi que par leur écoute de l'étudiant.

Cette année, le jury a choisi d'attribuer sa distinction à Marjorie Castermans (Solvay Brussels School of Economics and Management) et Gilles Geeraerts (Faculté des Sciences).

Docteur en Sciences informatique, Gilles Geeraerts dispense, lui, plusieurs enseignements en Faculté des Sciences. Ses cours portent sur des matières fondamentales en informatique mais également sur le thème plus pointu de la conception des systèmes informatiques embarqués, qui est également son domaine de recherche.

Pédagogue hors pair, Gilles Geeraerts a à cœur d'aider et de stimuler ses étudiants en multipliant les méthodes d'apprentissage (des séances ex cathedra à la pédagogie par projet) et en offrant des supports diversifiés. Ces dernières années, il s'est fortement impliqué dans les guidances en informatique, entrainant une hausse significative des fréquentations. Attentif, disponible, enthousiaste, il sait éveiller l'intérêt de ses étudiants et rendre ses cours passionnants.

Outre ses activités d'enseignement, Gilles Geeraerts s'investit également dans la diffusion des sciences vers le grand public et les écoles. En collaboration avec des collègues, il a développé plusieurs outils dans ce sens et participe activement à des conférences et des évènements de vulgarisation. Il est membre fondateur et administrateur de l'asbl be-oi qui organise depuis 2010 les premières olympiades belges d'informatique et qui rencontre un beau succès avec l'envoi de candidats aux olympiades internationales.

Les prix seront remis lors des séances académiques de remise des diplômes en Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management et en Faculté des Sciences.

Plus d'information sur les Prix Socrate:
www.ulb.be/enseignements/prixsocrate


Nouvel espace sur le site de l'ancienne villa Capouillet

Un projet participatif et collaboratif va prendre forme, dès le 26 juin prochain, sur le site de l'ancienne villa Capouillet du campus du Solbosch.

Porté par des étudiants et des membres du personnel, et soutenu par l'ULB, les 800m2 à disposition vont être aménagés en quatre espaces:

  • l'espace nature dont l'objectif est d'accroître la biodiversité du campus. Il sera composé d'un pré-fleuri, d'hôtels à insectes et des panneaux d'information,
  • l'espace recherche, petit jardin expérimental qui permettra aux différents laboratoires, qui en feront la demande, d'effectuer des expériences en pleine terre ou en bac,
  • l'espace convivialité qui accueillera du mobilier de détente (bancs, tables) construit avec du matériel de récupération,
  • l'espace culture divisé en parcelles potagères urbaines et en arbres fruitiers ouvert aux membres de la communauté universitaire qui ont envie de potager !

Envie d'en savoir plus, de partager un moment de convivialité avec les porteurs de projet ? Rendez-vous à l'apéro convivial sur le site de la Villa Capouillet le 26 juin dès 16h.


Plus d'information sur www.ulb.be/environnement


L'ULB et la VUB créent un campus du futur à la Plaine

L'ULB et la VUB ont formé un partenariat en vue de développer un concept innovant et visionnaire: profitant de l'hébergement de leurs facultés de sciences et d'ingénierie sur un seul campus - le campus la Plaine -, elles souhaitent maximiser leur complémentarité, dans un nouvel ensemble reposant sur une infrastructure d'avenir. Le Science & Technology Park se compose d'un Engineering & ICT Center et d'un Library & Learning Center (L&LC) à la pointe de la technologie.

L'Engineering & ICT Center de Bruxelles intégrera peu à peu sur un seul campus tous les niveaux de l'enseignement supérieur en sciences fondamentales et appliquées. Il fournira les ressources intellectuelles nécessaires à la société belge pour être compétitive à l'échelle internationale et créera un environnement de collaboration accessible à l'ensemble des parties prenantes.

Le Library & Learning Center, en particulier, a retenu l'attention de Proximus. Ce centre d'apprentissage numérique vise à élargir le concept classique de bibliothèque en intégrant les dernières technologies de l'information et de la communication.

"Les technologies de l'information et de la communication sont en plein essor. Elles nous permettent de repenser complètement l'intégration de la technologie dans notre manière d'enseigner", souligne Didier Viviers, recteur de l'ULB. "Nos bibliothèques doivent désormais offrir des supports à la fois réels et virtuels, des lieux de partage et de recherche ainsi que des services de support aux étudiants et aux enseignants. Les Library & Learning Centers réunissent tous ces aspects. Dans les universités à l'étranger où ils ont été mis en place et ont atteint leurs objectifs, ce sont les endroits où se focalisent toutes les énergies: là où les étudiants travaillent jour après jour et où les enseignants viennent régulièrement se former."

Le L&LC du campus la Plaine reposera ainsi sur une vision plus intégrée, plus globale de l'acquisition et du partage de connaissances. Il inclura une bibliothèque ainsi que des salles multimédias, des espaces de travail et des salles de réunion et de formation dotées d'équipements multimédias et de visioconférence.

Proximus dotera le Science and Technology Park de l'infrastructure ICT, de l'équipement et de la connectivité avec le reste du monde. Autre étape majeure qui permettra de développer ce projet en centre de connaissances ICT de référence au coeur de l'Europe: l'installation de l'Innovation Lounge de Proximus au L&LC. Cet espace deviendra un lieu de rencontre inspirant pour les étudiants et les chercheurs, un lieu où ils pourront se familiariser avec les dernières innovations technologiques et les étudier.

Grâce au soutien du fonds Beliris, fruit de la collaboration entre l'État fédéral et la Région bruxelloise, ce bâtiment, à la fois prodige architectural et exemple de basse consommation, verra le jour en 2018.


Quand le neutrino muonique devient tauique

L'expérience internationale OPERA installée dans le laboratoire souterrain de l'INFN sous le Gran Sasso (Italie) a détecté un cinquième exemple d'interaction de neutrino tau.

Le neutrino a pris son vol au CERN comme neutrino mu et, après un périple de 730 km à travers la terre, il est arrivé au Gran Sasso sous la forme d'un neutrino tau. Laurent Favart, Pierre Vilain et Gaston Wilquet du Service de Physique des Particules, Faculté des Sciences ont activement participé à cette expérience.

Il s'agit de la cinquième détection du genre depuis 2010. Elle permet pour la première fois, l'observation de la transition de neutrino mu en neutrino tau avec une précision statistique de plus de 5 sigmas. La difficulté extrême de cette expérience résulte dans la nécessité de concilier deux obligations antagonistes : d'une part, une cible dont la masse s'élève à 1200 tonnes, d'autre part, une résolution spatiale micrométrique.

Cette expérience démontre de manière définitive que les neutrinos muoniques « disparus » ont en fait oscillé en neutrinos tauiques.


Le filtre cérébral

Les vaisseaux sanguins cérébraux jouent un rôle de filtre, s'ils fournissent le cerveau en oxygène et en nutriments, ils bloquent aussi l'infiltration de cellules et de composés potentiellement toxiques. C'est la barrière hématoencélaphique qui assure cette double fonction et garantit l'homéostasie cérébrale.

Benoit Vanhollebeke, IBMM, Faculté des Sciences étudie le couplage fonctionnel entre l'angiogénèse cérébrale et le développement de la barrière hématoencélaphique. Dès le stade d'embryon, seuls les vaisseaux sanguins en phase de maturation pourront envahir le cerveau. Les molécules qui gèrent ce processus sont méconnues et font l'objet de recherches intenses.

L'équipe de Benoit Vanhollebeke vient de révéler un facteur clé de ce processus. L'existence d'un complexe membranaire à la surface des vaisseaux cérébraux capable de fixer et d'interpréter de manière adéquate les signaux angiogéniques inducteurs dérivés du cerveau. Ce complexe assure un contrôle sévère sur les cellules candidates à l'invasion cérébrale.

Publiées dans le journal eLife, ces recherches annoncent d'importantes perspectives dans le traitement des maladies neurologiques à composantes vasculaires (épilepsie, accident vasculaire cérébral...).


Solvay Awards 2015

Chaque année, le groupe Solvay décerne des Prix, dénommés «Solvay Awards» à des diplômés scientifiques clôturant un deuxième cycle universitaire (Master) ou un troisième cycle (Thèse de Doctorat) par un travail de grande qualité réalisé au sein des Facultés des Sciences ou de l'Ecole polytechnique de l'Université libre de Bruxelles ou de la Vrije Universiteit te Brussel.

Les travaux sont présentés oralement devant un jury scientifique composé de représentants de Solvay, et d'un membre du corps académique de chacune des deux Universités (ULB/VUB), habituellement durant le mois d'avril ou mai.

Cette année, Quentin Labtani et Quentin Rayée, étudiants en master à la Faculté de Sciences font partie des lauréats. Six doctorants de la Faculté de Sciences ont également été récompensés. Il s'agit de Souhaib Ben Taeib, Marie Collard, Kassem Ghaddat, Ludovic Troian-Gautier, Stéphane Vranckx et Lionel Marcelis.

Le montant des Prix attribués aux lauréats est fixé à 3.000€ pour les thèses de doctorat et de 1.500€ pour les Mémoires et Travaux de fin d'études.

 

Clin d'oeil

A vos agendas !

  • Les activités de l'Expérimentarium de Physique