Vendredi l 31-03-2017
Synthétiser des molécules de manière plus simple

La chimie organique permet de fabriquer et d'étudier les molécules du vivant. Elle est devenue une science centrale ayant des implications dans de multiples domaines scientifiques tels que, à titre d'exemples, la biologie, la médecine, l'énergie et les sciences des matériaux. La synthèse de molécules organiques possédant des propriétés spécifiques demeure cependant souvent un processus complexe et généralement long : plusieurs étapes sont nécessaires pour, à partir d'un squelette central, ajouter progressivement les éléments structurels responsables des propriétés chimiques désirées. Il y a par conséquent une demande croissante pour des procédés de synthèse efficaces permettant l'assemblage de molécules complexes à partir de briques élémentaires simples. Le développement de réactions et de réactifs plus respectueux de l'environnement pose en outre de nouveaux jalons et nécessite la mise au point de nouvelles approches permettant la production de molécules organiques en minimisant l'impact environnemental tout en maximisant leurs efficacités.

Professeur au Laboratoire de Chimie Organique de la Faculté des Sciences, Gwilherm Evano a conçu un procédé permettant de simplifier certaines synthèses et d'obtenir très aisément des molécules aromatiques – une des classes les plus importantes de molécules organiques à la base d'un très grand nombre de produits d'utilisation quotidienne – difficilement accessibles auparavant ou dont la préparation nécessitait un nombre d'étapes de synthèse trop important et une mise en œuvre laborieuse. Le chercheur et deux doctorants ont mis au point un système catalytique général basé sur des complexes de cuivre générant des intermédiaires réactifs permettant d'ajouter, en une seule étape et avec une sélectivité quasi-chirurgicale, divers groupements fonctionnels sur des molécules aromatiques de départ simples, voire commerciales. Les avantages de ce procédés sont nombreux : outre son efficacité et sa généralité qui permettent d'avoir accès de façon remarquablement simple et divergente à une grande diversité de molécules sans devoir recommencer le procédé de synthèse depuis le début, ce procédé s'inscrit en outre dans un contexte de développement durable important puisqu'il permet de minimiser le nombre d'étapes de synthèse, et donc la quantité de déchets générés, et repose sur l'utilisation d'une quantité catalytique du complexe de cuivre permettant la réaction.

Ce procédé, détaillé dans le journal Chemical Science, présente un intérêt majeur aussi bien en milieu académique que pour l'industrie qui pourrait dès lors accéder à des molécules encore peu étudiées, moduler les propriétés de nombreuses molécules en modifiant leurs structures via ce procédé de synthèse, et réduire également les coûts et le temps de production de ses produits. Menée dans le cadre d'un projet ARC, cette recherche se poursuit à l'heure actuelle, notamment dans l'optique d'étendre l'applicabilité du procédé pour le généraliser à d'autres familles de molécules et de développer des conditions moins énergivores en remplaçant notamment l'apport thermique nécessaire au procédé par une activation avec de la lumière.

Copper-catalyzed direct alkylation of heteroarenes
Cédric Theunissen, Jianjun Wang et Gwilherm Evano
Chemical Science. 2017. DOI: 10.1039/C6SC05622A

Vendredi l 31-03-2017
Floraison rare au Jardin Botanique Jean-Massart

Phénomène rare à observer : Les lathrées clandestines (Lathraea clandestina) sont en fleurs au Jardin Massart - ULB ! Ne cherchez pas en l'air, cette floraison se déroule au ras du sol. A l'instar des champignons, cette plante est entièrement souterraine et invisible toute l'année, sauf au moment de sa reproduction. Au printemps, pendant quelques jours, les fleurs violettes se développent au ras du sol en coussins volumineux ! Cette espèce, commune au sud-ouest de la Loire, possède une belle population naturalisée au Jardin Massart.

Des plantes sans feuilles ni tiges ?

Les lathrées ne possèdent pas de chlorophylle et ne font pas la photosynthèse. Pour leur nutrition, elles fixent des suçoirs sur les racines de certains arbres et leur « volent » de la sève ! Au cours de l'évolution, les feuilles de certaines Orobanchaceae ont progressivement régressé. Les seuls organes aériens encore visibles sont les organes reproducteur : les fleurs, visibles uniquement durant la période de reproduction. La partie souterraine peut peser plusieurs kilos et consiste essentiellement en un réseau de tiges charnues blanchâtres portant des écailles.

Cette floraison s'étale de la mi-mars à début mai. Profitez des belles journées du printemps pour venir vous promener dans l'arboretum du Jardin Massart et avoir la chance d'apercevoir ces vampires du monde végétal !

> plus d'informations

Vendredi l 31-03-2017
Mission "PIPERS": départ pour l'Antarctique

Nos glaciologues préparent actuellement leurs bagages pour une nouvelle mission en Antarctique. 4 chercheurs du Laboratoire de Glaciologie (Faculté des Sciences), un collègue de l'ULg et une doctorante en cotutelle ULB-ULg embarqueront en avril prochain à bord d'un brise-glace américain pour une mission de presque 3 mois.

Depuis juin 2016, les chercheurs ont planifié et préparé leurs expériences scientifiques, emballé et expédié tout le matériel nécessaire par conteneur à destination de la Nouvelle-Zélande. Le 3 avril, les chercheurs décolleront de Zaventem à destination de Christchurch. De là, le brise-glace se rendra dans les zones où se forme la glace de mer, aux large des côtes de l'Antarctique. Le but de la mission PIPERS est notamment d'étudier et de comprendre comment les gaz à effet de serre (méthane, CO2, oxyde nitreux,...) sont formés et stockés dans cette glace afin de mieux appréhender l'impact de la fonte de la banquise sur l'évolution de notre climat.

Les missions se déroulant durant l'hiver austral sont rares: les chercheurs travailleront de nuit la majeure partie du temps, dans un froid mordant et sous des vents prononcés.

Suivez leurs aventures, les préparatifs, les expériences et la vie à bord sur le blog de Célia Sapart, chercheuse au laboratoire de Glaciologie, et découvrez quelques volets des préparatifs en vidéo sur ULBTv.

Jeudi l 09-03-2017
Capture The Flag 2017

Dans le cadre du master en cybersécurité, le concours Capture The Flag 2017 https://ctf.ulb.ac.be a été organisé à l'ULB pour les étudiants de ce master mais aussi ceux du master en sciences informatique et du master en sciences appliquées en informatique. Il s'est déroulé en deux phases : les qualifications du 17 au 20 février et une finale (qui a eu lieu dans les locaux de Proximus) le 27 février passé.

Lors de ce challenge, des équipes de quatre étudiants devaient résoudre des problèmes de sécurité informatique et réaliser des attaques informatiques de plus en plus difficiles. L'équipe gagnante est composée d'étudiants du master en cybersécurité.

Plus d'informations sur les études en cybersécurité sur https://masterincybersecurity.ulb.ac.be/

Lundi l 13-02-2017
Antarctique oriental plus fragile que prévu

L'inlandsis (glacier de très grande étendue) de l'Antarctique oriental semble plus vulnérable qu'on le croyait, en raison d'un vent fort apportant de l'air chaud et balayant la neige. Ce sont du moins les conclusions d'un groupe de chercheurs en climatologie, impliquant plusieurs chercheurs du Laboratoire de Glaciologie, Faculté des Sciences, leur recherche combine des modèles climatiques, des observations par satellite et des mesures sur le terrain.

Dans les dernières projections du GIEC, la contribution de l'Antarctique à la montée du niveau marin est hautement incertaine, en raison de lacunes dans la connaissance des processus d'évolution des plateformes de glace. Cependant, selon cette recherche parue dans Nature Climate Change, les plateformes de glace situées dans certaines régions de l'Antarctique oriental fondent plus vite qu'ils ne l'avaient anticipé.

La fonte de surface ainsi que la diminution de la quantité d'air dans le névé qui s'en suit, peuvent mener à la désintégration des plateformes de glace en Antarctique. Une telle désintégration entraine à son tour une accélération des glaciers en amont qui les alimentent et contribue in fine à l'augmentation du niveau marin. Dans la péninsule Antarctique, les vents de Foehn augmentent la fonte près de la ligne d'ancrage, ce qui a déjà mené à la désintégration de plusieurs plateformes de glace du nord de la péninsule.

Dans ce nouvel article les chercheurs montrent – en combinant observations et modélisation – un appauvrissement de l'air du névé proche de ligne d'ancrage en Antarctique de l'est (qui est réputée plus stable). Contrairement à la péninsule Antarctique où les vents de Foehn sont plus épisodiques, en Antarctique de l'Est ce sont les vents catabatiques qui contrôlent la fonte de surface et l'appauvrissement en air du névé. Ces vents, qui proviennent du centre de la calotte mélangent et réchauffent l'air proche de la surface tout en balayant balayant la neige à la surface. L'air plus chaud (de plus >3K) et l'exposition de glace moins réfléchissante (glace bleue) entrainent une rétro-action glace-albédo qui double la fonte de surface près de la ligne d'ancrage, par rapport aux alentours. Des rivières supra-glaciaires et des lacs d'eau liquide emprisonnés dans la glaces observés sur le terrain suggèrent que les zones d'ancrage d'Antarctique de l'est sont vulnérables à l'hydrofacturation, tout comme leurs pendants de la péninsule.

Meltwater produced by wind–albedo interaction stored in an East Antarctic ice shelf

J. T. M. Lenaerts, S. Lhermitte, R. Drews, S. R. M. Ligtenberg, S. Berger, V. Helm, C. J. P. P. Smeets, M. R. van den Broeke, W. J. van de Berg, E. van Meijgaard, M. Eijkelboom, O. Eisen & F. Pattyn, Nature Climate Change 7, 58–62 (2017)