Concours Ecotrophelia

Développer de nouveaux produits alimentaires éco-innovant, c'est le challenge que propose chaque année le concours Ecotrophelia organisé par la FEVIA, la fédération de l'industrie alimentaire.

Cette année, dans le cadre de leur projet d'année, deux groupes d'étudiants du bachelier bioingénieurs ont relevé le défi. Le premier a présenté au jury, composé de chefs d'entreprises et d'acteurs clés du secteurs, des croquettes de légumes oubliés. Le second groupe a utilisé du pain invendu pour réaliser des cornets de glace au spéculoos, baptisé specornoos.

Sur 19 produits en lice, le jury a décidé de décerner le premier prix à l'équipe de l'ULB pour leur cornet de glace specornoos réalisé à partir de restes de pain. Nos étudiants représenteront donc la Belgique au concours européen qui se déroulera à Paris début octobre.


Prix Africa Quizz 2016

L'équipe gagnante de la quatrième édition de l'Africa Quizz 2016 est l'équipe des Sénégaliterre composée de Roxane Beyns de la Faculté des Sciences et Anyssa Karafi de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales.

La deuxième place revient à l'équipe des Baobabs avec Florence Van Geel de la Faculté des Sciences et Marie Hélène Tissarchontou de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales.

L'objectif de ce jeu organisé par notre ONG "ULB-Coopération" est de sensibiliser les étudiants de l'ULB aux réalités des relations Nord-Sud. Le jeu consiste en un voyage virtuel de 5 semaines où les équipes traversent, virtuellement, plusieurs pays (cette année, ils sont passés par la Belgique, l'Italie, le Maroc, le Burundi et le Sénégal). Il alterne les questions et les défis tels que la création d'une vidéo. Il traite de questions comme la migration, la gouvernance, la sécurité alimentaire, l'environnement, etc.

L'équipe gagnante partira deux semaines dans l'association Am Bé Koun - Solidarité, au Sénégal.


PAI Combinatorial Optimization

Face à des choix complexes, nos machines modernes ont besoin de méthodes de calcul performantes. A la croisée des mathématiques, de l'informatique et de l'économie, le projet de recherche PAI "Combinatorial Optimization: Metaheuristics and Exact methods" s'intéresse à l'optimisation combinatoire.

Les problèmes d'optimisation combinatoire peuvent être définis par la recherche au sein d'un ensemble fini de solutions, de la meilleure d'entre elles. Ces problèmes apparaissent partout dans notre monde moderne et globalisé. Le GPS de notre voiture résout un problème d'optimisation combinatoire lorsqu'il calcule le plus court chemin jusqu'à la destination. Un système de planification de la production détermine la séquence optimale dans laquelle fabriquer les produits et assigne les lots de productions aux différentes machines. Les compagnies de transport utilisent l'optimisation combinatoire pour déterminer quel camion visite quelle client et dans quel ordre tout respectant les délais et en minimisant la consommation de fioul. Les horaires de bus et de train, les tournées de récolte des ordures et distribution de courrier sont développés en utilisant l'optimisation combinatoire, de même que les réseaux de télécommunication et de distribution pour le gaz naturel, l'eau et l'électricité. La production, la distribution, les télécommunications, la gouvernance, la gestion du trafic, la gestion environnementale, les soins de santé, la finance, il est difficile de trouver un aspect de notre économie moderne dont le design, la gestion et le contrôle ne font pas appel pour une part critique à la solution d'un ou plusieurs problèmes d'optimisation combinatoire.

Il existe un spectre assez large de méthodes de résolution de ces problèmes qui vont des algorithmes exacts à une variété d'approches heuristiques. Les méthodes exactes garantissent de terminer avec la solution finale en un temps fini, mais cette garantie a souvent un coût prohibitif en temps calcul. Les méthodes exactes sont donc généralement utilisées pour des problèmes dont la taille est relativement limitée, ou pour obtenir une caractérisation de la structure mathématique d'un problème d'optimisation. A l'autre bout du spectre, les méthodes heuristiques ne garantissent pas de trouver la solution optimale en un temps fini, mais ont plutôt comme but de trouver une bonne solution en un temps relativement court. En d'autres termes, les heuristiques sacrifient la garantie d'optimalité dans le but d'obtenir une bonne solution dans le temps limité imparti.

De nombreux problèmes d'optimisation combinatoire sont encore résolus de manière insatisfaisante à l'heure actuelle et constituent un défi pour les méthodes de résolution actuelle. La puissance de calcul énorme dont nous disposons actuellement rend potentiellement possible la résolution de problèmes impossibles à traiter dans le passé, mais cette puissance seule est rarement suffisante pour compenser la complexité et la taille de beaucoup de problèmes pratiques. Au contraire, la complexité et la taille des problèmes d'optimisation posés par les nouvelles données disponibles requièrent le développement de nouvelles méthodes qui peuvent exploiter efficacement la la puissance de calcul disponible.

Coordonné par l'ULB (Bernard Fortz, UR Graphes et optimisation mathématique, Faculté des Sciences), ce projet a pour but de combiner les avantages de deux méthodes de calculs (méthodes exactes ou méthodes métaheuristiques), avec des débouchés concernant des secteurs multiples comme ceux des transports, des télécommunications, de l'économie etc.

Les objectifs principaux du projet sont :

  • Rassembler l'expertise en optimisation combinatoire disponible en Belgique, entre les différents groupes de recherche, et créer un réseau et une masse suffisante pour attirer des scientifiques débutants et expérimentés en Belgique, et par effet levier obtenir plus des financements internationaux.

  • Former de jeunes chercheurs dans le domaine de l'optimisation combinatoire. Ces profils sont en demande constante, tant dans le milieu universitaire que privé et au niveau mondial.

  • Développer de nouveaux modèles, techniques algorithmiques et implémentations capables de résoudre des problèmes d'optimisation combinatoire de taille industrielle.

  • Développer de nouvelles collaborations internationales avec d'autres équipes dans le même domaine.

A découvrir dans la vidéo "Images de Sciences".


Nouvelle molécule dans le domaine de la catalyse

Une étroite collaboration entre le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et l'ULB a permis le développement d'une nouvelle famille de molécules qui s'avère prometteuse dans le domaine de la catalyse.

Les groupes du Professeur R. R. Schrock (Prix Nobel de Chimie en 2005 et récipiendaire de la Chaire internationale Solvay de Chimie en 2014) et des Professeurs I. Jabin (Laboratoire de Chimie Organique, LCO, ULB) et G. Evano (LCO, ULB) ont préparé et caractérisé une molécule dont la structure tridimensionnelle est inspirée des sites catalytiques de métalloprotéines. Cette molécule, nommée Calix[6]AzaCryptand (CAC, en bleu sur l'image), est capable d'enfouir un ion métallique (en jaune sur l'image) comme le molybdène, le zinc ou le cuivre au sein d'une cavité qui reste cependant ouverte vers le milieu extérieur. L'ion métallique, ainsi protégé, n'est alors accessible qu'aux seules molécules pouvant pénétrer dans la cavité du CAC. Ce design moléculaire original permet d'envisager la mise au point de systèmes catalytiques efficaces dans des domaines où les enjeux sociétaux sont importants (production d'énergie notamment). C'est vers de telles applications que les travaux sont maintenant dirigés au sein des deux équipes.

L'équipe de l'ULB a synthétisé la molécule CAC en utilisant un calixarène, une famille de composés possédant une structure 3D concave et dont l'étude est l'un des axes de recherche principaux du LCO. La capacité du CAC à complexer un ion métallique a ensuite été démontrée par spectroscopie de Résonnance Magnétique Nucléaire (RMN) à l'ULB et par diffraction des rayons X au MIT. Les travaux ont été en grande partie effectués dans le cadre de la thèse de Sara Zahim (doctorante FRIA au LCO) et ont été publiés dans Organic Letters, le meilleur journal de communications en Chimie Organique.

A Calix[6]azacryptand Ligand with a Sterically Protected Tren-based Coordination Site for Metal Ions. S. Zahim, L. A. Wickramasinghe, G. Evano, I. Jabin,* R. R. Schrock,* P. Müller Org. Lett., 2016, 18, 1570-1573.


Mapathon: Succès inédit

Le Mapathon vient d'avoir lieu samedi sur les campus des universités belges et les organisateurs - les départements de géographie de ces universités, soutenus par les volontaires d'OpenStreetMap - affichent un grand sourire: l'opération de cartographie collective a mobilisé plus de 200 volontaires, étudiants, chercheurs, professeurs et citoyens de tous âges et tous horizons.

Les participants se sont concentrés sur la cartographie de deux régions d'Afrique.

D'abord, le Sud-Kivu sur l'île d'Idwji en RDC où sévit actuellement une épidémie de rougeole. Médecins Sans Frontières doit rapidement vacciner la population; mais faute de cartes détaillées de l'île, ils ne pouvaient pas localiser la population avec la précision nécessaire. Samedi matin, les volontaires du Mapathon ont donc cartographié quelque 23.244 bâtiments sur l'île; les cartographes expérimentés ont ensuite validé leur travail. Muni de ces informations, MSF a pu commencer les visites de vaccination dès cette semaine.

Autre pays cartographié ce samedi, notamment à l'ULB: le Swaziland où le Global Health Group de l'Université de Californie soutient le gouvernement dans son programme d'éradication de la malaria. Cette cartographie se poursuit: si vous souhaitez y participer, vous pouvez vous inscrire ici.

 

Clin d'oeil

A vos agendas !

  • Les activités de l'Expérimentarium de Physique