Car-sharing de voitures électriques

Le car-sharing de voitures électriques est souvent présenté comme une réponse aux problèmes de mobilité et de pollution en ville. Mais comment optimiser cette solution? La question est au cœur d'un projet Urban Europe qui réunit depuis quelques semaines, des partenaires autrichiens, italiens et belges: le projet e4-Share – Models for Ecological, Economical, Efficient, Electric Car-Sharing – auquel participe Bernard Fortz, service Graphes et Optimisation Mathématique, Faculté des Sciences.

« Notre groupe va développer des algorithmes pour optimiser la gestion de voitures électriques partagées, avec un système flexible, c'est-à-dire sans réservation des véhicules. Nous tenterons de répondre mathématiquement à des questions aussi concrètes qu'Où installer les stations de recharge pour ces voitures électriques? ou Comment réguler les stocks et les déplacements des véhicules entre parcs automobiles, en prenant en compte notamment les besoins des utilisateurs ou le temps de recharge des voitures? » explique Bernard Fortz, « Grâce au soutien d'Innoviris, nous étudions ces questions à Bruxelles, où nous collaborons avec une société bruxelloise qui gère des voitures électriques, ce qui nous permet d'être au plus près du terrain ».


Nombres magiques

Branche des mathématiques, la topologie permet de classifier des objets géométriques. Les physiciens l'exploitent eux aussi, dans le but de prédire et de décrire de nouvelles phases de la matière, les états topologiques.

Ces phases étonnantes, généralement accessibles aux basses températures, présentent des propriétés de conduction électrique uniques, particulièrement robustes sous l'effet de perturbations extérieures. Elles laissent donc entrevoir des applications technologiques prometteuses.

La stabilité des états topologiques de la matière est établie par des nombres magiques, les nombres de Chern qui demeurent invariants en présence de défauts et de déformations. Pour la première fois, une équipe internationale a réussi à mesurer le nombre de Chern avec précision dans une expérience d'atomes froids.

Publiée dans la revue Nature Physics, cette expérience a réuni des chercheurs allemands, belges, français et britanniques dont Nathan Goldman, Center for Nonlinear Phenomena and Complex Systems, Faculté des Sciences.


Le risque de métastases analysé par infrarouge

Les rayons infrarouges permettraient de déterminer la gravité d'un mélanome et notamment sa capacité à former des métastases. C'est le résultat d'une étude menée par Noémie Wald et Erik Goormaghtigh (Structure et Fonction des Membranes Biologiques, Faculté des Sciences) et publiée dans la revue Analyst.

Les chercheurs ont comparé une vingtaine d'échantillons de mélanomes sous un microscope infrarouge. Leur hypothèse était qu'une cellule cancéreuse acquiert progressivement des propriétés biochimiques lui permettant de former des métastases et que ces modifications pourraient se refléter dans le spectre infrarouge. Bien vu : ils ont en effet observé une différence entre les tumeurs de patients de stade I et II avec celles de patients de stades III et IV, ces derniers correspondant aux cellules ayant acquis la capacité de se disséminer dans l'organisme et donc de former des métastases.

Savoir quelle est la probabilité qu'un cancer forme des métastases est un élément important pour adapter au mieux le traitement des patients. Alors qu'aucun biomarqueur caractéristique des tumeurs à haut risque de dissémination n'a encore été mis à jour, cette méthode d'observation par infrarouge pourrait donc fournir un outil précieux aux oncologues dans le futur.


Exposition: Explorer l'invisible

Faut-il encore présenter Explorer l'Invisible? La collection d'images de sciences réalisées par les chercheurs de l'Université de Mons a déjà été admirée par plus de 27.000 personnes en Belgique et en France. Fort de ce succès, l'UMONS a proposé aux quatre autres universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles de présenter, ensemble, dans le cadre de Mons 2015, une version inédite et interuniversitaire de l'exposition.

C'est ainsi que pour la première fois l'ULB, l'UCL, l'ULg, l'UMONS et l'UNamur exposeront conjointement les plus beaux clichés obtenus par leurs chercheurs, tous domaines et toutes techniques confondus. L'exposition sera installée dans la salle des pas perdus du nouveau Palais de Justice de Mons du 5 mars au 29 avril.


Création du Fonds Prix Nobel François Englert

La Fondation ULB vient d'annoncer la création du Fonds Prix Nobel François Englert dédié à la recherche d'excellence en sciences exactes et naturelles de l'ULB. Placé sous le patronnage du Professeur François Englert, il a pour mission de récolter des dons en vue de financer des chercheurs à haut potentiel.

Si vous désirez contribuer à ce projet, vos versements peuvent être effectués sur le compte bancaire de la Fondation : BE95 3630 4292 4358 avec la mention « FONDS PRIX NOBEL ».

Plus d'informations sur le site de la Fondation ULB

 

Clin d'oeil

A vos agendas !

  • Les activités de l'Expérimentarium de Physique