Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Conférence-Débat "Burundi: démocratie en péril"

Mercredi le 27-05-2015

Depuis plus d'un mois, le Burundi s'enfonce dans la crise, la candidature du président Nkurunziza pour un troisième mandat étant massivement jugée contraire à la Constitution et à l'Accord de paix d'Arusha. Manifestations violemment réprimées, tentative de coup d'Etat, combats à l'arme lourde dans les rue de la capitale Bujumbura, destruction des radios indépendantes et fermeture du pays à une information pluraliste, assassinat d'un opposant politique...

Des dizaines de militants de la société civile se cachent ou sont partis en exil, et plus de 170.000 Burundais auraient franchi les frontières pour se réfugier dans les pays limitrophes. Une situation catastrophique...

Enseignants engagés dans des collaborations avec l'Université du Burundi ; responsables politiques sensibles à la défense de la paix et des droits de l'homme dans ce pays partenaire privilégié de la Belgique ; ONG actives sur le terrain burundais: nous avons été nombreux à manifester notre inquiétude et à demander que les autorités belges et européennes prennent des positions fermes pour prévenir l'escalade de la violence.

La Belgique a posé quelques actes symboliques forts: suspension de la coopération avec la police burundaise, annulation de l'appui financier aux élections, et finalement menace de ne pas poursuivre la coopération bilatérale si les principes démocratiques ne sont pas respectés.

Mais, au-delà de cela, comment agir Qu'est-il possible de faire? Avec qui? Et pourquoi est-ce indispensable? Ce sont quelques-unes des questions abordées lors de la conférence-débat "Burundi : démocratie en péril" qui se tiendra à l'ULB le mardi 2 juin 2015 à 20h, amphithéâtre DC2.206, Bâtiment D sur le campus du Solbosch.

Manu Klimis (chercheur à l'Université Saint-Louis) et Marie-Soleil Frère (chercheuse à l'ULB) introduiront le thème de la soirée et animeront la discussion avec le panel suivant:

- Tomas Van Acker, Conflict Research Group / Université de Gand
- Julien Nahayo,Comité de solidarité et de suivi de la crise burundaise
- Ernest Sagaga, Fédération internationale des journalistes
- Marie Arena, députée au Parlement européen
- Isabelle Durant,députée au Parlement bruxellois
- Eric David, professeur à l'ULB
- Valérie Rosoux, chercheuse à l'UCL
- Peter Moors, chef de cabinet du ministre pour la coopération au développement Alexander de Croo.

S'ensuivra un débat avec la salle.

> En pratique: conférence-débat "Burundi : démocratie en péril" - le mardi 2 juin 2015 à 20h, amphithéâtre DC2.206, Bâtiment D sur le campus du Solbosch - entrée libre, ouverte à toutes et tous - Possibilté de parking à partir de 19h30 au niveau du bâtiment G - Avenue Depage entrée 17 (sonnez à l'entrée pour faire ouvrir les barrières) - un drink sera proposé à la fin de l'événement

Transformation de la calotte glaciaire

Mardi le 26-05-2015

Pour la première fois, une étude montre que les dômes de glace côtiers stabilisant la calotte glaciaire antarctique se sont formés entre une période glaciaire et une période interglaciaire. Ces résultats ralentissent significativement les réponses de la calotte polaire aux changements climatiques.

Pour réaliser cette étude, Lionel Favier et Frank Pattyn du laboratoire de Glaciologie de la Faculté des Sciences, ont modélisé le processus de formation de ces dômes de glace côtiers.

L'étude montre que cette formation s'effectue lors d'une déglaciation, c'est-à-dire lorsque la ligne d'ancrage (limite entre parties posée et flottante de l'inlandsis) recule en direction du centre de l'inlandsis. Une fois formés, ces dômes ralentissent drastiquement le recul de l'inlandsis, ce qui pourrait expliquer pourquoi des changements importants de volumes dans le passé montrent une réponse retardée par rapport aux changements climatiques actuels.

Cette modélisation est possible grâce aux récentes évolutions des modèles numériques par la communauté de glaciologues.

Les résultats de cette étude sont à découvrir dans Antarctic ice rise formation, evolution and stability.

New Erasme ou l'évolution d'un projet

Mardi le 26-05-2015

C'est en 2009 que l'Hôpital Erasme a désigné l'équipe d'architecture composée des bureaux Assar Architects, VK Studio et Metzger & Associés Architecture afin d'étudier le redéploiement de son site (projet d'extension et 
de modernisation). A la veille du dépôt du permis d'urbanisme, le premier comme les seconds sortent de leur réserve pour s'expliquer sur le travail accompli ces dernières années.

L'idée est de créer un pôle de santé publique et académique d'envergure internationale. Initié en 2010, le plan directeur du projet évolue, car il apparaît bien vite que des transformations au sein du bâtiment existant, en activité, occasionneraient d'importantes nuisances et surcoûts. La nouvelle extension, nommée "New Erasme" est alors détachée de l'hôpital existant avec lequel il est par ailleurs relié ainsi qu'à la faculté et au projet "New Bordet". Dans cette perspective, l'implantation de New Bordet est déplacée de 50 mètres pour étendre la surface de l'ensemble du site médical.
 Cet espace permet d'accueillir à New Erasme les fonctions hospitalières modernes et de répondre aux exigences urbanistiques et paysagères liées à la proximité du site classé Vogelzang.

New Erasme c'est (ce sera) :

→ 250 millions d'euros d'investissement

→ 40.000 m2 de surfaces neuves d'hospitalisation

→ 25.000 m2 de surfaces neuves médico- techniques

→ des surfaces commerciales, de restauration

→ une refonte de la logistique → un bâtiment de 88.000 m2 → une longueur totale de 210 m → un total de 816 lits

→ 27 unités de soins 
→ 58 lits de soins intensifs et coronaires

→ un bloc opératoire partagé entre New Erasme et New Bordet de 20 salles

→ toutes les salles techniques opératoires, interventionnelles et obstétricales regroupées sur 9.000m2

→ l'imagerie et la médecine nucléaire sur 1 seul plateau avec, au total, plus de 5.000 m2

New Erasme sera construit au sud-ouest du campus d'Anderlecht en gardant l'Hôpital de Jour et l'aile ouest du bâtiment actuel. Début des travaux : 2018.

+ En savoir plus : consultez le communiqué de presse joint en pdf.

Document attaché


Choisir ses études... Comment s'y prendre ?!

Vous êtes élève du dernier cycle de l'enseignement secondaire et vous ne savez pas quelles études choisir? Vous hésitez entre plusieurs filières ?

Le premier mercredi de chaque mois, les conseillers et psychologues d'orientation du service InfOR-études de l'ULB vous aident à réfléchir, en groupe, à votre choix d'études durant les Mercredis de l'Orientation.

Lors de ces séances, nous commençons par aborder les déterminants du choix. Ensuite, nous présentons une démarche ainsi que des outils pour avancer dans sa réflexion sur le choix d'études. Finalement, nous terminons l'activité par un atelier thématique (sur les études, les métiers, les tests d'orientation, la connaissance de soi,...).

La participation à ces ateliers est gratuite mais nécessite une inscription. Retrouvez toutes les informations détaillées sur le site d'InfOR-Études.


Summer School ARGO consacrée aux langues, aux civilisations et aux religions orientales et anciennes

L'asbl ARGO organise cet été, en collaboration avec le Centre interdisciplinaire d'étude des religions et de la laïcité (Cierl) de l'ULB, deux semaines de cours consacrées aux langues, aux civilisations et aux religions orientales et anciennes.

Pour cette Summer School, les cours sont assurés par des enseignants issus de différentes universités belges et étrangères. Les cours se donneront mardi 18 août au jeudi 27 août sur le campus du Solbosch de l'ULB.

> Plus d'information sur www.argoasbl.be


Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui tu votes

Souvenez-vous, il y a un an, plusieurs universités proposaient aux Belges un test électoral les aidant à faire un choix avant de se rendre aux urnes. Ce test en ligne développé par le consortium de recherches PartiRep (PAI), a été consulté par 1,996 million de citoyens, soit 26% de la population en âge de voter : un succès.

De plus, cette collaboration entre chercheurs de différentes universités, leur donna la possibilité de décrypter une masse de données issues de l'électorat.

Une analyse qui donne aujourd'hui le jour à un ouvrage intitulé : Décrypter l'électeur. Le comportement électoral et les motivations du vote, auquel à participé Pascal Delwit, Faculté des Sciences sociales et politiques, CEVIPOL.

Dans le but de compléter ces données et d'obtenir plus d'informations quant au comportement électoral en fonction du type de scrutin, du vote communautaire ou encore des différences entre homme et femme, les chercheurs ont aussi réalisé des études d'opinions au sein d'échantillons représentatifs des électeurs flamands et wallons.

Un décryptage est à découvrir dans Décrypter l'électeur. Le comportement électoral et les motivations du vote, paru chez Lannoo Campus.


L'Atelier genre(s) et sexualité(s) fête ses 10 ans

Il y a dix ans, l'Atelier Genre(s) et Sexualité(s) voyait le jour à l'Institut de Sociologie de l'Université libre de Bruxelles. Créé par Cathy Herbrand, David Paternotte, Annalisa Casini et David Berliner, il allait devenir un des principaux séminaires sur le genre et la sexualité en Belgique.

Au rythme d'une à deux réunions par mois, ce séminaire a reçu quelques uns des plus grands noms du monde de la recherche sur ces questions, tout en réservant une place importante aux jeunes chercheurs, ce compris les doctorants. Résolument international, il a tant cherché à faire connaître des chercheurs étrangers en Belgique qu'à promouvoir les travaux réalisés dans notre pays. Pluridisciplinaire, il a croisé au fil du temps sociologie, anthropologie, science politique, histoire, philosophie, psychologie sociale et littérature. Engagé, il n'a eu de cesse de créer des ponts entre le monde de la recherche et la vie hors de l'Université.

À l'occasion de son 10e anniversaire, l'équipe de l'Atelier Genre(s) et Sexualité(s) a souhaité rappeler de manière visuelle cette décennie de rencontres et d'effervescence intellectuelle.

> Pour plus d'informations sur les activités d'AGS, rendez-vous sur : www.ulb.ac.be//is/ags


Mort cellulaire orientée par le NAD

Continuellement dans l'organisme, des cellules meurent de manière programmée. Certaines par "apoptose", un processus naturel relativement discret car il n'affecte pas la fonction des cellules avoisinantes et ne suscite pas de réponse inflammatoire. D'autres par "nécroptose", un processus de mort cellulaire identifié notamment dans les infections virales : les cellules libèrent alors des molécules pro-inflammatoires qui attirent les cellules sanguines et provoquent une réponse immune protectrice.

Dans une étude publiée récemment dans Cell Death and Differentiation, Nicolas Preyat (laboratoire d'Immunobiologie, IBMM), Oberdan Leo (IMI) et leurs collaborateurs démontrent que le nicotinamide dinucléotide (NAD) favoriserait la nécroptose, aux dépens de l'apoptose. Cette observation éclaire les mécanismes qui régulent le choix du processus de mort cellulaire, encore mal connus aujourd'hui, et permet d'imaginer de nouvelles approches thérapeutiques dans le cadre de la lutte contre les cancers : en favorisant l'accumulation de NAD intracellulaire, il serait en effet envisageable de favoriser la mort des cellules tumorales par nécroptose, déclenchant ainsi une réponse immune anti-tumorale.

 

Nos dernières publications:

Hottois Gilbert
Missa Jean-Noël
Perbal Laurence
Bribosia Emmanuelle
Rorive Isabelle
Wilmet Marc
Déom Jacques
Saygin Mehmet Alparslan
Couloubaritsis Lambros
Cartuyvels Yves
Guillain Christine
Vanhaesebrouck Karel
Périer-D'Ieteren Catheline
Mohrmann Ivo

Clin d'oeil