Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Floraison rare au Jardin Botanique Jean-Massart- ULB : Lathrées Clandestines

Jeudi l 30-03-2017

Phénomène rare à observer : Les lathrées clandestines (Lathraea clandestina) sont en fleurs au Jardin Massart - ULB ! Ne cherchez pas en l'air, cette floraison se déroule au ras du sol. A l'instar des champignons, cette plante est entièrement souterraine et invisible toute l'année, sauf au moment de sa reproduction. Au printemps, pendant quelques jours, les fleurs violettes se développent au ras du sol en coussins volumineux ! Cette espèce, commune au sud-ouest de la Loire, possède une belle population naturalisée au Jardin Massart.

Des plantes sans feuilles ni tiges ?

Les lathrées ne possèdent pas de chlorophylle et ne font pas la photosynthèse. Pour leur nutrition, elles fixent des suçoirs sur les racines de certains arbres et leur « volent » de la sève ! Au cours de l'évolution, les feuilles de certaines Orobanchaceae ont progressivement régressé. Les seuls organes aériens encore visibles sont les organes reproducteur : les fleurs, visibles uniquement durant la période de reproduction. La partie souterraine peut peser plusieurs kilos et consiste essentiellement en un réseau de tiges charnues blanchâtres portant des écailles.

Cette floraison s'étale de la mi-mars à début mai. Profitez des belles journées du printemps pour venir vous promener dans l'arboretum du Jardin Massart et avoir la chance d'apercevoir ces vampires du monde végétal !

> plus d'informations

Des meubles en kit pour les kots étudiants

Jeudi l 30-03-2017

Enseigner le design au travers de projets concrets et tenter de les réaliser, c'est le pari que se sont donnés plusieurs enseignants de la Faculté d'Architecture La Cambre Horta de l'ULB. Chaque année, les étudiants de l'option design et architecture réalisent un projet de conception et de réalisation et assument eux-mêmes toutes les facettes du projet. Cette année, le défi à relever portait sur la conception de mobilier open source, en circuit-court, pour les étudiants : est-il possible de produire localement des mobiliers de chambres d'étudiants pour le même coût que ceux produits en grande série ? Peut-on à travers cette démarche développer de l'emploi en région bruxelloise ?

En pratique, les étudiants travaillent en groupes durant un semestre et se retrouvent chaque semaine au sein du Fablab de l'ULB, un atelier de fabrication numérique, afin de pouvoir créer les prototypes de leur projet, concevoir des tests ou des objets, d'abord sous la forme de maquettes successives, ensuite en testant leurs hypothèses à l'échelle réelle, avec le soutien de l'asbl Recyclart. Et lorsque cela s'avère nécessaire, les enseignants interviennent en apportant un soutien théorique en fonction de l'avancement des travaux en atelier.

Répartis en huit groupes, ils ont conçu huit projets, répondant à un cahier des charges précis et composés chacun d'un lit, d'un bureau, d'une penderie ainsi que d'une petite bibliothèque. Trois des huit projets conçus par les étudiants architectes pour d'autres étudiants de l'Université ont passé le stade de la maquette. Les prototypes de mobilier réalisés aujourd'hui sont une toute première étape avant une analyse plus poussée portant sur la faisabilité de la production à plus grande échelle en Région bruxelloise de mobilier étudiant. L'objectif est en effet de poursuivre le développement des projets avec d'autres étudiants de l'option design dans le courant de l'année prochaine et de tester si un ou plusieurs d'entre eux peuvent faire l'objet d'une éventuelle réalisation en série.

Jeudi l 30-03-2017
Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme : 2 avril 2017 - Opération chaussettes bleues

Ce 2 avril 2017, journée mondiale de sensibilisation à l'autisme, des enseignants, des chercheurs et des étudiants de l'ULB participeront à l'Opération Chaussettes Bleues, de 11h à 19h, au Bois de la Cambre (Carrefour des Attelages), qui est organisée par l'association Autisme en Action.

Cette journée prendra la forme de rencontres et de stands d'information, de conférences par des spécialistes et de témoignages de personnes atteintes d'autisme et de leurs proches. À cette occasion, le professeur Mikhail Kissine, directeur du groupe de recherche ACTE, consacré au langage et la cognition dans l'autisme à l'ULB, donnera une conférence consacrée à l'état d'avancement de la recherche en matière d'autisme.

Cette journée sera aussi placée sous le signe de l'amusement et de la découverte. Des jeux en plein air, un atelier de grimage, une initiation au yoga pour les enfants, une tombola... sont prévus. Le public pourra également accrocher des chaussettes de couleur bleue (le bleu étant la couleur de l'autisme) pour symboliser la présence des personnes avec autisme dans la société.

Afin de marquer ce soutien de l'ULB à la Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme (Autism Day) et à la recherche sur l'autisme, la façade du bâtiment S du campus du Solbosch sera illuminée de bleu pendant les nuits du 1er au 3 avril.

Jeudi l 30-03-2017
Mission "PIPERS": départ pour l'Antarctique

Nos glaciologues préparent actuellement leurs bagages pour une nouvelle mission en Antarctique. 4 chercheurs du Laboratoire de Glaciologie (Faculté des Sciences), un collègue de l'ULg et une doctorante en cotutelle ULB-ULg embarqueront en avril prochain à bord d'un brise-glace américain pour une mission de presque 3 mois.

Depuis juin 2016, les chercheurs ont planifié et préparé leurs expériences scientifiques, emballé et expédié tout le matériel nécessaire par conteneur à destination de la Nouvelle-Zélande. Le 3 avril, les chercheurs décolleront de Zaventem à destination de Christchurch. De là, le brise-glace se rendra dans les zones où se forme la glace de mer, aux large des côtes de l'Antarctique. Le but de la mission PIPERS est notamment d'étudier et de comprendre comment les gaz à effet de serre (méthane, CO2, oxyde nitreux,...) sont formés et stockés dans cette glace afin de mieux appréhender l'impact de la fonte de la banquise sur l'évolution de notre climat.

Les missions se déroulant durant l'hiver austral sont rares: les chercheurs travailleront de nuit la majeure partie du temps, dans un froid mordant et sous des vents prononcés.

Suivez leurs aventures, les préparatifs, les expériences et la vie à bord sur le blog de Célia Sapart, chercheuse au laboratoire de Glaciologie, et découvrez quelques volets des préparatifs en vidéo sur ULBTv.

Jeudi l 30-03-2017
Séminaire : La langue, une barrière au développement ?

Le séminaire « La langue, une barrière au développement ? » du Centre de recherche TRADITAL [Centre de recherche en Traduction-Interprétation, didactique et traitement automatique des langues] est proposé par Noël Muyle.

Directeur général honoraire de la DG interprétation de conférence de l'Union européenne (SCIC), Noël Muylle consacre sa retraite aux problématiques de multilinguisme en Afrique. Il a travaillé comme consultant pour l'Office des Nations unies à Nairobi (UNON) et dressé un état des lieux des besoins en traduction et interprétation en Afrique. Son travail a donné naissance au Pan African Masters Consortium in Interpretation and Translation (PAMCIT), qui est soutenu notamment par l'ONU et l'UE.

L'intervention de Monsieur Muylle portera sur cette expérience originale, qui conduit à réenvisager les métiers de traducteur et d'interprète au regard des besoins de la société, mais aussi, en amont, la formation scolaire en langues étrangères. Il apportera un éclairage tout particulier sur les demandes de collaboration des écoles de traduction et d'interprétation situées en Afrique.

> Informations pratiques :
Date : le jeudi 30 mars 2017 de 12h15 à 13h45
Lieu : ULB – Campus ULB-UCCLE – Département de Traduction et Interprétation – Salle 111 [rue J. Hazard 34 à 1180 Uccle]
Entrée gratuite
Contact : Marc Van Campenhoudt Web : http://termisti.ulb.ac.be/

> A l'agenda de TRADITAL :
Jeudi 20 avril 2017 : Guillaume DENEUFBOURG (Lille 3 & UMH)
Jeudi 4 mai 2017 : Patrice POGNAN (INALCO & ULB) et Magda PECHOVA-VIGENT (ULB)
Jeudi 11 mai 2017 : Caroline SCHEEPERS (ULg)

Jeudi l 30-03-2017
Synthétiser des molécules de manière plus simple

La chimie organique permet de fabriquer et d'étudier les molécules du vivant: ses applications sont multiples et concernent la synthèse de médicaments, la fabrication de polymères et de matériaux ou l'agrochimie, par exemple. La synthèse de molécules organiques possédant des propriétés spécifiques est cependant un processus complexe et généralement long: plusieurs étapes sont nécessaires pour, à partir d'un squelette central, ajouter progressivement les éléments structurels responsables des propriétés chimiques désirées.

Professeur au Laboratoire de Chimie organique de la Faculté des Sciences, Gwilherm Evano a conçu un procédé permettant de simplifier certaines synthèses et d'obtenir très aisément des molécules difficilement accessibles auparavant. Le chercheur et deux doctorants ont étudié la fonctionnalisation de molécules aromatiques, une des classes les plus importantes de molécules organiques et à la base d'un très grand nombre de produits d'utilisation quotidienne. Ils ont mis au point un système catalytique permettant d'ajouter divers groupements chimiques sur des molécules de départ simples. Un processus efficace et nettement plus direct que les méthodes classiques existantes, car il permet d'avoir accès à une grande diversité de molécules sans devoir recommencer le procédé de synthèse depuis le début.

Ce procédé, détaillé dans le journal Chemical Science, présente un intérêt majeur pour l'industrie qui pourrait dès lors accéder à des molécules encore peu étudiées et réduire les coûts et le temps de production de ses produits. Menée dans le cadre d'un projet ARC, cette recherche va se poursuivre : les chercheurs tentent désormais d'étendre l'applicabilité du procédé pour le généraliser à d'autres familles de molécules et développer des conditions catalytiques moins gourmandes en énergie.

Jeudi l 30-03-2017
Une brève histoire des collectifs d'artistes

Depuis bientôt quatre ans, Emilie Berger, chercheuse au Centre de recherches Mondes Modernes et Contemporains de la Faculté de Philosophie et Sciences Sociales, réalise une thèse sur l'émergence et les stratégies des peintres belges dans la seconde moitié du XIXe siècle. "Plus particulièrement, je m'intéresse aux membres de la Société libre des Beaux-Arts, des artistes qui se plaçaient en opposition nette au système académique et à l'Etat", précise-t-elle.

Grâce à des articles de presse, des catalogues d'exposition et de la correspondance, la chercheuse retrace ainsi la carrière de pas moins d'une trentaine d'artistes, dont Félicien Rops, et interroge leur posture, qui se veut résolument indépendante, voire révolutionnaire. "Qu'est-ce qui se cache derrière le discours ?", se demande-t-elle. A cette époque, les artistes foisonnent: il faut donc pouvoir se démarquer. "Le XIXe siècle est aussi celui du développement du marché de l'art et de la critique. Le statut de l'artiste change également", ajoute-t-elle.

C'est dans ce cadre qu'Émilie Berger interviendra ce 5 avril à l'ISELP (l'Institut Supérieur pour l'Etude du Langage Plastique), de 18h à 19h30, lors d'une conférence accessible à tous.

 

Nos dernières publications:

Kellner Thierry
Mohammed-Reza Djalili
Vileno Anna Maria
Debroux Tatiana
Vanhaelen Yannick
le Maire Judith
Mouhib Leila
Dieux Xavier
Danblon Emmanuelle
Zamora Daniel
Harribey Jean-Marie
Alaluf Mateo
Ackerman Seth
Berenboom Alain
Meyer Michel

Clin d'oeil