Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Jeudi l 06-04-2017
Vidéo: de nouvelles approches du diabète de type 2

La Fondation ULB soutient de nombreux projets scientifiques innovants dirigés par des chercheurs de l'ULB. C'est notamment le cas pour les recherches de Miriam Cnop (ULB Center for Diabetes Research, Faculté de Médecine, Hôpital Erasme), visant à trouver des moyens de ralentir, stabiliser et prévenir le développement du diabète de type 2.

Le diabète est un problème majeur de santé publique qui touche plus de 415 millions d'individus dans le monde. A ce jour, il n'existe aucun traitement qui a un impact sur le caractère progressif de cette maladie lourdement handicapante et mortelle.

Présentation de ce projet en vidéo sur YouTube ou sur le site de la Fondation ULB

(Re)Découvrez aussi en vidéo le projet européen T2DSystem, coordonné par Miriam Cnop.

Mardi l 04-04-2017
Ogeda (ex-Euroscreen) rachetée pour 800 millions d'euros

La société wallonne Ogeda (ex-Euroscreen) vient d'être achetée par le géant de la pharmacie japonais Astellas Pharma pour 800 millions d'euros.

Située sur le Biopark, Ogeda est une spin-off de l'ULB créée en 1994 et spécialiste mondial des Récepteurs cellulaires Couplés aux Protéines G (GPCR). L'entreprise conduit ses propres programmes de recherche afin d'identifier et de développer des candidats médicaments originaux et offre également ses services pour le screening de lignées cellulaires.

En janvier dernier, Ogeda a dévoilé de bons résultats issus de l'étude clinique de phase 2a du fezolinetant, un candidat médicament pour traiter de manière non-hormonale les bouffées de chaleur liées à la ménopause. Des résultats qui ont attiré Astellas : la compagnie japonaise s'engage à débourser 800 millions d'euros pour acquérir l'entreprise wallonne, dont 500 millions versés immédiatement et 300 millions supplémentaires si le développement du fezolinetant s'avère concluant.

Un beau succès pour l'entreprise wallonne, le Biopark et l'ULB, et un exemple jamais vu dans le paysage biotech' wallon!

Lundi l 03-04-2017
Le pouvoir de la suggestion

Les personnes hypnotisées effectuent-elles volontairement les actes qu'elles posent durant l'hypnose? C'est la question posée par des chercheurs de l'ULB et de l'Université de Sussex, où a été réalisée l'étude publiée dans la revue Psychological Science.

L'équipe d'Axel Cleeremans (CRCN, Faculté des Sciences Psychologiques et de l'éducation) et leurs collègues britanniques ont demandé à 18 participants d'estimer le temps écoulé entre le fait de pousser sur une touche et un beep survenant 250 millisecondes (ms) après. Ce temps estimé entre l'action et la conséquence permet d'évaluer ce qu'on appelle "le liage intentionnel": quand on a le sentiment d'avoir volontairement causé un évènement (comme le beep), on sous-estime l'intervalle temporel écoulé.

Les chercheurs ont dès lors comparé 3 conditions: une condition où les participants appuient volontairement sur la touche; une condition où une ficelle tirait (involontairement) leur doigt vers le clavier; et une dernière condition sous hypnose.

Ils ont alors remarqué que les participants agissant volontairement estimaient que seulement 91 ms s'étaient écoulées entre le pressage du bouton et le beep, contre 176 ms pour ceux dont le doigt bouge involontairement sous l'action de la ficelle. Sous hypnose, cet intervalle est estimé à 156 ms. Ce résultat, plus proche de la condition involontaire que de la condition volontaire, suggère que les participants font l'expérience que leurs mouvements sous hypnose sont involontaires. L'hypnose modifie donc profondément le sentiment d'être responsable de ses actions.

Lundi l 03-04-2017
Le Cocon de l'Hôpital Erasme fête ses 3 ans

Le 1er mars 2014, à l'Hôpital Erasme, s'ouvrait le premier gîte de naissance intra-hospitalier en Belgique géré en autonomie par une équipe de sages-femmes salariées et libérales.

Il s'inscrit dans le cadre d'une réflexion concernant l'humanisation de la naissance et de la prise en charge des futurs parents et des nouveau-nés, avec une volonté de repenser la juste place de la médicalisation dans le suivi des grossesses à bas risque (70% des grossesses).

Le 8 mars 2014, journée de la femme, accueillait le premier bébé Cocon. 3 ans plus tard, 486 bébés sont nés au Cocon et, grâce à la collaboration de toute l'équipe obstétricale, pratiquement autant de bébés, destinés au départ au Cocon, ont vu le jour en salle de naissance traditionnelle.

Ces chiffres, plus qu'encourageants, témoignent d'une réelle demande des futurs parents, faisant écho à ce qui se passe dans nos pays voisins et confirmant ainsi la littérature scientifique internationale. La préparation et le soutien apportés en « one to one » (une sage-femme par patiente) aux futurs parents avant, pendant mais également après la naissance, sont la clé de voûte de ce magnifique édifice.

Elargir l'offre de soins et permettre aux futurs parents de choisir les circonstances de la naissance dans l'intérêt des nouveau-nés et de leur famille est une question de santé publique sur laquelle nous devons apporter la plus grande attention en tant qu'usagers, soignants, institutions et pouvoirs subsidiants.

NB: Plusieurs mémoires ont déjà été réalisés sur le sujet, s'intéressant à la satisfaction du patient, aux aspects épidémiologiques maternels et pédiatriques ainsi qu'à l'aspect financier du point de vue des organismes assureurs et des patients. Un vaste projet de recherche est actuellement également à l'étude. La Ministre Mme Maggie De Block a marqué un vif intérêt pour cette structure qui présente le taux de césariennes le plus bas de Belgique, avec des mères et des bébés en bonne santé. Les organismes assureurs se sont également intéressés à cette filière de soins dans le cadre d'une utilisation rationnelle des moyens : moins d'actes techniques et moins de complications allègent la facture et par conséquent le budget de la naissance pour la communauté.

Lundi l 03-04-2017
Des meubles en kit pour les kots étudiants

Enseigner le design au travers de projets concrets et tenter de les réaliser, c'est le pari que se sont donnés plusieurs enseignants de la Faculté d'Architecture La Cambre Horta de l'ULB. Chaque année, les étudiants de l'option design et architecture réalisent un projet de conception et de réalisation et assument eux-mêmes toutes les facettes du projet. Cette année, le défi à relever portait sur la conception de mobilier open source, en circuit court, pour les étudiants : est-il possible de produire localement des mobiliers de chambres d'étudiants pour le même coût que ceux produits en grande série ? Peut-on à travers cette démarche développer de l'emploi en région bruxelloise ?

En pratique, les étudiants travaillent en groupes durant un semestre et se retrouvent chaque semaine au sein du Fablab de l'ULB, un atelier de fabrication numérique, afin de pouvoir créer les prototypes de leur projet, concevoir des tests ou des objets, d'abord sous la forme de maquettes successives, ensuite en testant leurs hypothèses à l'échelle réelle, avec le soutien de l'asbl Recyclart. Et lorsque cela s'avère nécessaire, les enseignants interviennent en apportant un soutien théorique en fonction de l'avancement des travaux en atelier.

Répartis en huit groupes, ils ont conçu huit projets, répondant à un cahier des charges précis et composés chacun d'un lit, d'un bureau, d'une penderie ainsi que d'une petite bibliothèque. Trois des huit projets conçus par les étudiants architectes pour d'autres étudiants de l'Université ont passé le stade de la maquette. Les prototypes de mobilier réalisés aujourd'hui sont une toute première étape avant une analyse plus poussée portant sur la faisabilité de la production à plus grande échelle en Région bruxelloise de mobilier étudiant. L'objectif est en effet de poursuivre le développement des projets avec d'autres étudiants de l'option design dans le courant de l'année prochaine et de tester si un ou plusieurs d'entre eux peuvent faire l'objet d'une éventuelle réalisation en série.

 

Nos dernières publications:

Luffin Xavier
Adnan Taha
Richter Anne
Kellner Thierry
Mohammed-Reza Djalili
Vileno Anna Maria
Debroux Tatiana
Vanhaelen Yannick
le Maire Judith
Mouhib Leila
Dieux Xavier
Danblon Emmanuelle
Zamora Daniel
Harribey Jean-Marie
Alaluf Mateo
Ackerman Seth

Clin d'oeil