Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Jeudi l 29-06-2017
Observer la respiration des volcans

Les chercheurs de l'Université de Cambridge et de l'Université libre de Bruxelles ont développé une nouvelle méthode pour surveiller l'activité volcanique: la vitesse sismique.

En collaboration avec l'Observatoire Royal de Belgique, Corentin Caudron, chercheur au laboratoire G-TIME de la Faculté des Sciences de l'ULB, a participé au développement d'un logiciel permettant de calculer automatiquement les vitesses sismiques. Avec ses collègues de Cambridge, il a ensuite étudié les données du volcan Kīlauea, situé à Hawaï. Ce sont ces travaux qui sont publiés aujourd'hui dans la revue scientifique Science Advances.

La vitesse sismique mesure la "respiration" d'un volcan, soit le rythme de gonflement et de dégonflement de la chambre magmatique. Une variation de cette vitesse est le signe d'un évènement se déroulant au cœur du volcan, comme une remontée de magma ou une variation de la concentration en eau. Dans cette étude, les chercheurs ont obtenu une excellente corrélation entre la vitesse sismique et la déformation du volcan.

La vitesse sismique est donc un bon indicateur de l'activité volcanique et devrait donc bientôt faire partie des outils de surveillance officiels des sismologues du monde entier. Corentin Caudron va maintenant tenter de confirmer ces observations sur d'autres volcans, notamment ceux présentant des éruptions sans magma en surface, plus complexes. Ce paramètre pourrait donc s'avérer particulièrement utile pour l'observation des nombreux volcans uniquement équipés d'un sismographe actuellement.

Jeudi l 29-06-2017
L'ULB dans le top 100 des "Europe's Most Innovative Universities"

Pour la deuxième année consécutive, l'ULB fait partie du classement des Europe's Most Innovative Universities. Grâce à sa 38ème place, l'université figure comme première université belge francophone. Ce ranking mené par Reuters en collaboration avec Clarivate Analytics récompense les universités qui réalisent le plus d'avancées scientifiques, innovent en matière de nouvelles technologies et contribuent activement à l'économie globale via le transfert de connaissances universitaires vers les acteurs socio-économiques.

Par ailleurs, l'ULB entre également dans le classement mondial de 2016 et représente la 3ème université belge, derrière la KUL et l'UGent. Un trophée récompensant ces belles positions a été remis à Serge Schiffmann, Vice-Recteur à la recherche et à la valorisation, en présence de l'ULB-TTO (voir photo).

Pour établir ce classement, Clarivate Analytics a compilé des données étalées sur 5 ans (2010-2015) relevant principalement de la recherche partenariale menée à l'Université et des brevets qu'elle détient. Ainsi, la méthodologie utilisée reflète l'impact économique et sociétal des activités de recherche partenariale et de valorisation menées à l'ULB: depuis le nombre de brevets déposés par l'ULB et acceptés en passant par les citations de ces brevets dans des articles scientifiques mais aussi le pourcentage d'articles scientifiques écrits en collaboration avec l'industrie.

Ces trophées récompensent donc la qualité de la recherche partenariale menée à l'ULB, ainsi que sa politique volontariste en matière de soutien à la protection et à la valorisation des résultats de ses recherches.

Jeudi l 29-06-2017
Bruit des avions: Belgocontrol fait appel à l'IGEAT

Le bruit des avions autour des aéroports est un bon exemple de conflit entre activités économiques et qualité de vie des habitants. Alors que le dossier du survol de Bruxelles a déjà fait couler beaucoup d'encre, l'exploitation des aéroports belges appelle des solutions innovantes tant en amont (suivi des opérations) qu'en aval (information et transparence).

C'est dans ce cadre que l'ULB-DGES-IGEAT (Faculté des Sciences), sous la direction de Frédéric Dobruszkes, va mettre son expertise en matière d'analyse spatiale et de gestion avancée des bases de données au service de Belgocontrol. La signature de la convention de recherche et de développement d'un an a été signée ce 22 juin. L'équipe de l'IGEAT contribuera par exemple à repenser l'information disponible en ligne pour les riverains. Elle s'attellera également au développement d'outils à vocation urbanistique et développera des méthodes d'analyse des déviations de trajectoire des avions. D'autres tâches seront définies en fonction de l'évolution de la mission et de l'évolution des outils utilisés par Belgocontrol.

Ce n'est pas la première fois que l'IGEAT collabore avec les autorités sur le dossier du survol de Bruxelles : l'équipe a déjà expertisé la 6e phase du « plan Wathelet » en 2014, dressé un historique détaillé du survol de Bruxelles en 2016 et accompagné le cabinet de la Ministre Céline Fremault dans la concertation État/Régions en 2017.

Mardi l 27-06-2017
Blocus Assisté

Tu as une seconde sess' et tu souhaites la préparer au mieux? Tu es en BA1 et tu as besoin d'être soutenu, aidé, guidé pour ta seconde session, n'hésite pas à t'inscrire!

Le BEA organise le Blocus Assisté pour les étudiant.e.s de BA1 ! Ce sont deux semaines d'étude encadrées (8h/jour) les semaines du 24 au 28 juillet et du 31 juillet au 4 août organisées au Solbosch. Des étudiant.e.s assistant.e.s de master répondent à tes questions, redonnent des points de certaines matières et organisent des examens blancs.

La Blocus Assisté est disponible cette année dans 7 facultés : Solvay, Psycho, Sciences, Polytech, Pharma, FSM et Médecine.

La formule coûte 50 euros seulement pour les deux semaines, boissons et sandwichs compris.

Intéressé.e ? Inscris-toi via ce formulaire
Des questions ? Contactez le Bureau des Etudiants Administrateurs

Jeudi l 22-06-2017
Volcan et pollution de l'atmosphère

Les éruptions volcaniques ont un impact sur l'environnement: outre les coulées de lave, les panaches de fumée libèrent de nombreux composés chimiques dans l'atmosphère. Une équipe de chercheurs islandais et anglais s'est penchée sur l'éruption du volcan Bardarbunga, situé au centre de l'Islande. Lors de ses éruptions, ce volcan émet de grandes quantités de dioxyde de soufre (SO2) dans l'atmosphère (plus que les émissions annuelles des pays de l'Union Européenne). Plus particulièrement, les chercheurs se sont intéressés aux interactions entre les nuages et les aérosols formés à partir du SO2 issu du volcan.

Les chercheurs du Service de Chimie quantique et Photophysique de la Faculté des Sciences sont également impliqués dans cette étude, publiée dans Nature. Ils ont fourni les quantités/altitudes du SO2 émis par le volcan afin que les modélisateurs puissent vérifier leur capacité à reproduire l'éruption. Ces données provenaient du sondeur spatial infrarouge IASI, qui tourne autour de la Terre à bord du satellite MetOp, et qui permet de déterminer la composition de l'atmosphère.

L'étude a permis de démontrer que le principal impact des aérosols sur les nuages est la réduction de la taille de leurs gouttelettes d'eau. Ce phénomène entraine une augmentation de la réflectivité des nuages et donc une diminution de la quantité de rayonnement solaire parvenant à la surface terrestre. Ce genre d'effet est important à quantifier notamment pour mieux comprendre et prévoir les changements climatiques actuels et futurs.

 

Nos dernières publications:

Furfari Samuele
Gratia Jean-Pierre
Nelis Jan
Sägesse Caroliner
Schreiber Jean-Philippe
Dermine Elise
Bedock Camille
Paternotte David
Petra Meier
Hasquin Hervé
Genard Jean-Louis
le Maire Judith
Amy Jean-Jacques

Clin d'oeil