Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Mardi l 12-09-2017
Normalisation du discours populiste de droite radicale en Suède

Dans le dernier numéro du NORA (Nordic Journal of Feminist and Gender Research), Ov Cristian Norocel, chercheur à l'Atelier de Genre(s) et Sexualité(s) du STRIGES (Maison des Sciences humaines), s'est intéressé aux discours des Démocrates de Suède (Sverigedemokraterna, SD), un parti populiste de droite radicale. Plus particulièrement, le chercheur a analysé les propos tenus par Jimmie Åkesson, chef du parti, lors de la semaine politique à Almedalen, un forum réunissant, chaque année, politiciens, groupes de pression, entreprises, représentants de l'administration publique et journalistes.

De 2011 à 2016, il a ainsi pu constater que la droite radicale se sert des appels chauvins au bien-être pour reconnaître l'importance de l'égalité des hommes et des femmes, un principe qui leur est utile à la fois pour maintenir la cohésion socioculturelle en Suède, mais aussi pour former les contours de deux entités censées s'opposer: la majorité ethnique suédoise supposée égalitaire d'un côté, et le migrant supposé profondément patriarcal de l'autre.

L'article contribue également à l'étude de la droite radicale populiste en Suède et à ses évolutions, en particulier sa normalisation idéologique et son passage du nationalisme marginal (socialisme national antidémocratique) et du racisme absolu au chauvinisme et au racisme culturel (nationalisme islamophobe) habillés de conservatisme.

Mardi l 12-09-2017
Des robots mobiles capables de se réorganiser, se diviser et se réparer

Des chercheurs de l'Université libre de Bruxelles ont développé des robots modulaires capables de se réorganiser, de se diviser et même de se réparer, tout en conservant leur contrôle sensorimoteur. C'est le résumé des derniers travaux de Marco Dorigo (laboratoire IRIDIA, Ecole Polytechnique de Bruxelles) et son équipe, publiés dans la revue scientifique Nature Communications.

Les chercheurs mettent au point des robots modulaires, qui peuvent adapter leur morphologie en se séparant en entités indépendantes ou en se rassemblant en une seule, le système déterminant automatiquement la forme et les dimensions qui conviennent le mieux à la tâche donnée. Le "système nerveux" de ces robots leur permet également de se diviser ou de se réunir tout en conservant le contrôle sensorimoteur de chaque unité. Ils peuvent en outre se réparer eux-mêmes, en écartant ou en remplaçant des pièces défectueuses.

Selon les auteurs, il ne sera plus nécessaire à l'avenir de concevoir des robots pour des tâches précises: ce système pourrait en effet déboucher sur la production de robots qui s'adapteront à leur tâche de manière autonome et dynamique. Cette étude représente donc un pas de plus vers la production de robots qui pourront changer de taille, de forme et de fonction de manière autonome.

Lundi l 11-09-2017
Barbara Delcourt nous a quittés

C'est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de Barbara Delcourt, survenu ce week-end, à l'âge de 49 ans.

Barbara Delcourt était Docteure en Sciences Politiques et Sociales de l'Université libre de Bruxelles, Professeure de science politique et de relations internationales et Directrice du Centre REPI (Recherche et Enseignement en Politique Internationale). Dévouée à l'institution, elle a notamment été Présidente du Département de science politique et vice-Doyenne de l'ancienne Faculté des Sciences sociales et politiques.

Barbara Delcourt était spécialiste des conflits dans les Balkans, thématique sur laquelle elle avait réalisé sa thèse de doctorat, soutenue en 2001. Elle avait beaucoup publié sur la sociologie du droit international et sur les questions de politique étrangère de l'Union Européenne. Par ailleurs, elle était très engagée dans les projets de coopération universitaire dans le cadre de la CUD, en particulier avec nos collègues burundais et haïtiens.

Refusant de céder aux idées reçues comme aux idées convenues, elle partageait librement son esprit critique, sa curiosité intellectuelle et son humour avec toutes celles et ceux qui croisaient son chemin.

Avec sa disparition, l'Université et sa Faculté de Philosophie et Sciences sociales perdent une enseignante et chercheure brillante, intègre, critique, engagée et très appréciée de ses étudiant.e.s et de ses collègues.

L'Université libre de Bruxelles présente ses plus sincères condoléances à Olivier, Martin, Hugo et à leurs proches.

Les funérailles civiles auront lieu le vendredi 15 septembre à 11h30 au crématorium d'Uccle, avenue du Silence 61 – 1180 Bruxelles.

Lundi l 11-09-2017
Prix Bekales à Basile Stamatopoulos

Le 9 septembre 2017, l'Académie Royale de Médecine de Belgique a décerné le prix de la Fondation Bekales au Dr Basile Stamatopoulos, chercheur Télévie au laboratoire de Thérapie Cellulaire Clinique et de l'ULB Cancer-Research Center (U-CRC).

Le prix Bekales est attribué à un chercheur de moins de 40 ans qui s'est particulièrement distingué par ses travaux dans le domaine de la leucémie. Le jury a ainsi récompensé le Dr Stamatopoulos pour une étude sur la Leucémie Lymphoïde Chronique, réalisée en étroite collaboration avec l'Université d'Oxford, concernant les réarrangements d'immunoglobuline. Ces protéines jouent un rôle important dans la réponse immunitaire et sont de véritables cartes d'identité du clone leucémique.

En analysant une partie de ces immunoglobulines avec la dernière génération de séquençage, le Dr Stamatopoulos et ses collègues ont démontré l'existence chez le même patient, dans plus de 25% des cas, de sous-clones de lymphocytes portant des réarrangements d'immunoglobuline différents. Ces sous-populations de lymphocytes permettent par conséquent, en fonction du nombre de clones et de leur nature (muté ou non muté), de classer les patients et d'améliorer la prédiction de leur pronostic.

Etant donné la présence de plusieurs clones leucémiques chez un même patient, cette étude soulève de nouvelles questions quant à l'origine de la leucémie et suggère que l'élément déclencheur de celle-ci aurait lieu à un stade précoce du développement lymphocytaire, probablement au niveau de la cellule souche.

Lundi l 11-09-2017
Piétonnisation du centre-ville de Bruxelles: une synthèse

Le Brussels Studies Institute vient de publier une note de synthèse sur la piétonnisation du centre-ville de Bruxelles. La publication résume les contributions de près de 20 chercheurs du Brussels Centre Observatory (BSI-BCO), dont de nombreux chercheurs de l'ULB.

L'examen d'expériences menées en Belgique et à l'étranger montre que les piétonnisations peuvent transformer fondamentalement et positivement l'espace urbain en agissant sur ses dimensions sociales, environnementales, économiques et culturelles. Cependant, les chercheurs soulignent d'emblée que la réussite de tels projets ne va pas de soi. Elle peut notamment être menacée par la fragmentation institutionnelle, par des jeux de rapports de forces, par des manquements dans les outils de gouvernance déployés ou encore par des ambigüités dans les objectifs poursuivis.

Cette synthèse identifie quatre principaux défis auxquels serait confronté le projet de rénovation du centre-ville de Bruxelles, comme la place de l'immatériel dans la planification spatiale, l'insertion du projet dans une vision de développement territorial multi-échelles, l'ouverture au débat public et l'amélioration de l'information, communication, participation et coproductions autour de ce projet urbain.

 

Nos dernières publications:

Sägesser Caroline
Vanderpelen-Diagre Cécile
Macsotay Tomas
van der Haven Cornelis
Vanhaesebrouck Karel
Kuhar Roman
Paternotte David
Judkiewicz Michel
Miller Richard
Déloye Yves
Mayer Nonna
De Waele Jean-Michel
Meyer Michel
Furfari Samuele
Gratia Jean-Pierre

Clin d'oeil