Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette
 

Vendredi l 19-05-2017
L'ULB simplifie la vie des étudiant.e.s transgenres et intersexué.e.s

En mars dernier, l'Equality Law Clinic, qui rassemble professeur.e.s, doctorant.e.s et étudiant.e.s en droit autour des questions d'égalité et de non-discrimination, organisait une table ronde sur les droits bafoués des personnes transgenres.

À l'occasion de cette table ronde, des étudiant.e.s transgenres faisaient état des difficultés qu'ils/elles rencontrent dans leur parcours à l'université comme dans le reste de la société. Différentes démarches administratives les obligent en effet à un outing quasi-quotidien, c'est-à-dire à devoir expliquer qu'ils/elles sont transgenres ou intersexué.e.s et que leur identité de genre ne correspond pas à ce qui est indiqué sur leur carte d'identité.

A titre d'exemple, des démarches aussi simples et courantes que l'inscription à un séminaire, la présentation de sa carte d'étudiant à la bibliothèque, le passage d'examens oraux, etc.

Fortes de ces témoignages, les autorités de l'ULB ont décidé de prendre une initiative visant à supprimer cette nécessité d'outing et d'accorder plus de sérénité aux étudiantes et étudiants transgenres ou intersexué.e.s. Une solution coordonnée entre le service des inscriptions et le service social étudiants a pu être trouvée. Les étudiant.e.s s'inscriront sous le nom indiqué sur leur carte d'identité puis auront la possibilité de choisir le nom usuel qui sera indiqué sur leur carte d'étudiant et utilisé pour toutes les démarches internes à l'ULB. Ce processus sera mis en place dès la rentrée prochaine.

« Il s'agit d'une véritable avancée vers une meilleure prise en compte de ce que vivent les personnes transgenres ou intersexuées au quotidien, indique le vice-recteur en charge des politiques de diversité et de genre, Laurent Licata. Via cette initiative de l'ULB, qui est une première en Fédération Wallonie-Bruxelles, nous tenons à adresser un message de soutien et d'accueil à toutes les étudiantes et tous les étudiants. En cette journée de lutte contre l'homophobie et la transphobie, il s'agit d'un symbole important même si d'autres problèmes doivent encore être adressés afin de lutter contre les préjugés et veiller à une meilleure intégration de ces personnes à l'université. »

Plus d'infos : Laurent Licata

Vendredi l 19-05-2017
A la naissance des centres commerciaux bruxellois

Dans l'histoire de Bruxelles, les centres commerciaux sont très récents. Pourtant, leur histoire et leur rôle dans leur environnement restent méconnus. Géry Leloutre et Yannick Vanhaelen, chercheurs au sein de LoUIsE (Faculté d'Architecture), se sont donc penchés sur la question.

Construits dans les années 1970, les shoppings se sont développés en même temps que les communes de la deuxième couronne en réponse aux vicissitudes du centre-ville, notamment les embouteillages et le manque de parkings. Très vite, et sous l'impulsion de grandes figures publiques locales, un premier centre commercial est imaginé à Woluwe-Saint-Lambert, suivi par un deuxième, à Anderlecht.

"On pense souvent que toutes ces opérations ont été menées par les grandes entreprises de distribution dans une seule vision américaine de la société, alors qu'il s'agissait également et principalement d'une collaboration entre les communes et le secteur privé", souligne Géry Leloutre. Woluwe-Saint-Lambert et Anderlecht se cherchaient en effet de nouveaux points de centralité, rassemblant commerce, culture et loisirs, afin de structurer leurs nouveaux quartiers résidentiels.

Aujourd'hui, Bruxelles a changé. La recherche, qui sera présentée lors des journées d'étude "Bruxelles en recherche(s)", vise donc également à comprendre comment ces shoppings se sont intégrés, ou non, à leur environnement pour mieux aborder cet héritage et réfléchir aux directions à leur donner à l'avenir.

Vendredi l 19-05-2017
Vidéo: comprendre les mécanismes de la conscience

La Fondation ULB soutient de nombreux projets scientifiques innovants dirigés par des chercheurs de l'ULB. C'est notamment le cas pour les recherches d'Axel Cleeremans, chercheur au Centre de recherche en cognition et neurosciences (CRCN, Faculté des Sciences Psychologiques et de l'Éducation) et à l'ULB Neuroscience Institute (UNI).

Ses recherches visent à comprendre les mécanismes de la conscience, comprendre pourquoi l'activité du cerveau s'accompagne d'une expérience vécue. L'objectif principal étant de soutenir le développement d'une théorie novatrice selon laquelle la conscience est le résultat des interactions constantes que le cerveau entretient avec lui-même, avec le monde, et avec autrui.

Présentation de ce projet en vidéo sur le site de la Fondation ULB

Axel Cleeremans a également obtenu une bourse européen ERC Advanced : découvrez son projet ici.

Jeudi l 18-05-2017
Atelier Genre(s) et Sexualité(s): « Queer Wars » by Dennis Altman

The claim that LGBT rights are human rights encounters fierce opposition in many parts of the world, as governments and religious leaders have used resistance to LGBT rights to cast themselves as defenders of traditional values against neo-colonial interference and western decadence. The recent book Queer Wars (with J ; Symons) explores the growing international polarization over sexual rights, and the creative responses from social movements and activists, some of whom face murder, imprisonment or rape because of their perceived sexuality or gender expression. This book asks why sexuality and gender identity have become so vexed an issue between and within nations, and how we can best advocate for change.

Biography : Dennis Altman, a Professorial Fellow in Human Security at La Trobe University (Australia), is the author of thirteen books, including the groundbreaking Homosexual: Oppression and Liberation (1971) and Global Sex (2001), and a founder of gay and lesbian studies worldwide. The Bulletin listed him as one of the 100 most influential Australians ever, and he was appointed a Member of the Order of Australia in 2008.

> Tuesday 6 June from 6 until 8 pm
Institut de Sociologie, Room Henri Janne (15th floor) Avenue Jeanne 44 – 1050 Brussels
Plus d'informations sur l'Atelier Genre(s) et Sexualité(s) : « Queer Wars »

Mercredi l 17-05-2017
Les barrages, pièges pour le carbone

Les réservoirs créés par la construction des barrages sur les rivières de monde entier pourraient avoir des effets importants sur le cycle global du carbone et le système climatique, effets jusqu'à présent ignorés. C'est la conclusion d'une étude réalisée par des chercheurs de l'université de Waterloo (Canada) et de l'Université libre de Bruxelles, publiée aujourd'hui dans Nature Communications.

Il existe à l'heure actuelle plus de 70 000 grands barrages à travers le monde. De nouveaux barrages sont sans cesse construits, et à l'échelle planétaire, plus de 90 % de nos cours d'eau seront coupés par au moins un barrage endéans les 15 ans à venir. Dans cette étude, les chercheurs ont découvert que ces réservoirs piègent près d'un cinquième du carbone organique transporté des continents vers la mer par les cours d'eau. Ils peuvent donc libérer ou piéger des quantités importantes de CO2; or, les modèles actuels du changement climatique ne tiennent pas compte de ces effets.

La contribution spécifique de l'ULB - R. Lauerwald et P. Regnier, unité de recherche Biogéochimie et Modélisation du Système Terre (Faculté des Sciences) - visait à connecter l'ensemble des réservoirs au réseau hydrographique mondial afin de quantifier leur impact individuel et de mettre clairement en évidence les régions du globe ou le bilan carbone est le plus altéré par la construction de barrages.

 

Nos dernières publications:

Genard Jean-Louis
le Maire Judith
Amy Jean-Jacques
Weyembergh Maurice
Pauly Michel
Devleeshouwer Perrine
Casini Annalisa
Morelli Anne
Hansen Jean-Pierre
Bersini Hugues
Dieux Xavier
De Woot Philippe
Marx Jacques
Luffin Xavier
Adnan Taha

Clin d'oeil