Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Mercredi l 19-04-2017
L'ULB défend la liberté académique en Hongrie et partout dans le monde

Dans une motion votée au Conseil d'adminsitration ce 18 avril 2017, l'Université libre de Bruxelles se déclare profondément préoccupée par les amendements à la loi nationale sur l'enseignement supérieur votée par le parlement hongrois en avril.

Ces amendements portent un coup à la liberté académique qui permet à toutes les universités de contribuer au nécessaire et essentiel débat intellectuel dans une société démocratique.

Ces changements mettent en danger l'aptitude d'universités telles que l'Université d'Europe centrale (CEU) à accomplir leurs activités en Hongrie. L'ULB se joint donc au président et recteur de la Central European University (CEU) Michael Ignatieff dans sa résistance contre toute tentative de mettre en danger la liberté académique des institutions en Hongrie tout comme dans n'importe quel pays dans le monde.

> Lire la motion dans son entièreté

Dans ce cadre, la conférence "Academic Freedom & Democracy: Higher Education Crisis in Hungary" est organisée ce lundi 24 avril à 18h30 dans la salle Dupréel (campus du Solbosch, bâtiment S, avenue Jeanne, 44, 1050 Ixelles).
Le recteur de la CEU Michael Ignatieff, le recteur de l'ULB Yvon Englert et la rectrice de la VUB Caroline Pauwels seront notamment présents.
Plus d'information

Jeudi l 23-03-2017
L'ULB réaffirme son soutien à la liberté académique et à tous les enseignants et chercheurs de Turquie

Motion du Conseil d'administration de l'Université libre de Bruxelles - séance du lundi 20 mars 2017
Depuis de nombreux mois, l'Université libre de Bruxelles n'a eu de cesse d'apporter son soutien aux enseignants et chercheurs de Turquie confrontés à des pressions et sanctions pour avoir signé la pétition du 10 janvier 2016 en faveur d'une solution pacifique dans le Sud-Est de la Turquie.

Quatre d'entre eux - Muzaffer Kaya, Esra Mungan Gürsoy, Kývanç Ersoy, Meral Camcý - furent emprisonnés en mars-avril 2016 et inculpés pour « propagande terroriste » dans le cadre d'un procès dont la première audience a eu lieu à Istanbul le 22 avril 2016. Ce 30 mars s'ouvre la quatrième audience d'un procès intenté à l'encontre de ces chercheurs. La Professeure Véronique Fontaine, administratrice de l'ULB, sera présente au procès afin de témoigner de la solidarité de l'ULB vis-à-vis du monde académique en Turquie.

À chaque audience du procès, l'ULB a envoyé un représentant. Parallèlement, elle a adopté régulièrement des motions de soutien au monde académique en Turquie.

La situation de ce monde académique, et des libertés en général dans ce pays, s'aggrave de jour en jour. La tentative de putsch de juillet 2016 a donné un coup d'accélérateur à ce qui est maintenant une purge du monde universitaire: 19 universités ont dû fermer, 7 317 académiques ont perdu leur emploi, et les trois quarts des 1128 courageux signataires de la pétition de janvier 2016 sont à présent licenciés de leur université.

L'Université libre de Bruxelles assiste consternée à la destruction méthodique d'un monde universitaire libre et foisonnant, inventif et audacieux, critique et pluriel tel qu'il a pu se développer en Turquie ces dernières décennies. Candan Badem, lui-même signataire de la pétition, renvoyé de son université, et frappé d'interdiction de sortir du territoire turc, parle d'«académicide».

L'Université libre de Bruxelles demande aux autorités belges et européennes de se mobiliser plus résolument en faveur des universitaires turcs et de pourvoir financièrement à la création de chaires d'urgence et de mettre en place un réseau d'universités-refuges en Europe afin d'amplifier la dynamique de solidarité qui commence à se mettre en place, et où l'ULB est pionnière.

Elle invite les autres universités de Belgique à d'ores et déjà créer des chaires d'accueil afin que ces collègues de Turquie puissent déployer leurs talents, vivre dans la dignité intellectuelle et morale, continuer à enrichir les échanges scientifiques internationaux et incarner hors les murs la vivacité du monde académique turc.

Lundi l 13-02-2017
Une legal clinic en droit des étrangers

Fin octobre 2015, dans le contexte de la "crise des réfugiés", un groupe d'étudiants de bachelier et de master en droit de l'ULB s'est mobilisé afin de participer au mouvement de solidarité avec les réfugiés. Ensemble, soutenus par des associations, praticiens du droit et académiques, ils ont constitué la "legal team ULB" qui, dans un premier temps, a assuré des permanences notamment devant l'Office des étrangers.

Forte de cette expérience et afin de pérenniser le travail effectué par les étudiants de la "legal team", la Faculté de Droit et de Criminologie de l'ULB a mis en place cette année, le projet de "clinique juridique" (legal clinic) en droit des étrangers intégrée dans le programme de cours de la faculté. Cette initiative est encore amenée à se développer dans les mois à venir mais a d'ores et déjà recueilli un gros soutien du Barreau et du milieu associatif.

"L'objectif de la legal clinic en droit des étrangers, commente Serge Bodart, maître de conférence à la Faculté de Droit, est de poursuivre les activités de la legal team mais en apportant un soutien scientifique et académique structurel." Une dizaine de dossiers de demandeurs d'asile seront sélectionnés, les étudiants se chargeront d'entendre ces personnes, de comprendre ce qui n'a pas été lors de leur première demande de statut de réfugié et de préparer le travail des avocats chargés d'introduire une nouvelle demande de statut.

Pratiquement, la legal clinic en droit des étrangers se déroulera durant le second quadrimestre. Comme il s'agit à ce stade encore d'une expérience pilote, elle sera accompagnée par un comité de pilotage, constitué d'académiques de l'ULB, de représentants du Barreau et du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Les legal clinics sont inspirées de méthodes d'enseignement initialement développées dans les pays anglo-saxons mais qui commencent à voir le jour en Europe continentale. Elles permettent aux étudiants de travailler sur des cas concrets sous la supervision de leurs professeurs et de mettre ainsi en pratique les notions théoriques enseignées durant les cours.

Jeudi l 02-02-2017
Bourse à projets sociaux et citoyens Stéphane Hessel

La bourse à projets sociaux et citoyens Stéphane Hessel, créée à l'initiative du vice-rectorat aux affaires étudiantes, a pour objectif de fédérer les étudiants autour de projets.

Les projets introduits par les étudiants de l'ULB doivent répondre entre autres aux critères suivants:

  • avoir un objectif social et/ou citoyen et mettre en avant les valeurs libres exaministes,
  • être innovant et original,
  • rassembler des étudiants de différentes facultés,
  • ne pas rechercher de but lucratif, avoir un degré de pérennité

Les projets devront obligatoirement faire appel à des sources de financements extérieurs pour pouvoir être retenus. Les projets retenus seront également financés par la Commission des affaires sociales étudiantes (CASE) pour un montant de 5 000 euros maximum.

Les porteurs de projets devront compléter le formulaire d'inscription en ligne pour le 15 mai 2017.
Le dossier complet (descriptif et budget) devra être remis pour le 30 mai 2017 au vice-rectorat des affaires étudiantes.

Plus d'informations sur le site des affaires étudiantes.

Nos dernières publications:

Luffin Xavier
Adnan Taha
Richter Anne
Kellner Thierry
Mohammed-Reza Djalili
Vileno Anna Maria
Debroux Tatiana
Vanhaelen Yannick
le Maire Judith
Mouhib Leila
Dieux Xavier
Danblon Emmanuelle
Zamora Daniel
Harribey Jean-Marie
Alaluf Mateo
Ackerman Seth

Clin d'oeil