Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

Nouveau programme de coopération entre le TTO de l'ULB et Berkeley

Mardi le 25-08-2015

Depuis 2007, un partenariat privilégié lie l'ULB et la UC Berkeley. L'ULB est la seule université belge à bénéficier d'une telle relation avec cette prestigieuse institution californienne qui consacre un budget à des séjours de recherche d'étudiants et de doctorants bruxellois.

C'est dans ce cadre que, lors de sa visite à Berkeley au début du mois d'avril, le Recteur Didier Viviers a signé un accord de coopération liant pour cinq ans le bureau de transfert de technologies de l'ULB (ULB-TTO) et IPIRA (UC Berkeley Office of Intellectual Property and Industry Research Alliances).

L'objet de cet accord vise à établir un programme d'échanges et de coopération entre les deux institutions en matière de transfert de technologies. Cela pourrait mener à des actions concrètes telles que: des séjours ou stages de formation à l'IPIRA pour les professionnels de la valorisation du TTO, l'organisation de conférences ou de séminaires communs, en particulier lors de congrès internationaux, l'accès aux réseaux du partenaire pour des dossiers de licensing, de création ou de financement de spin-offs, de gestion de brevets etc.

« Un tel accord est une belle réalisation pour l'université et pour ULB-TTO », explique Patrick Di Stefano (ULB-TTO), à l'initiative de la démarche. « L'évolution actuelle des pratiques en transfert de connaissances va obliger les universités à coopérer de plus en plus dans ce domaine, y compris au niveau international. À cet égard, une telle opportunité de travailler avec une des meilleures universités publiques du monde, championne des financements industriels, et qui a créé plus de 150 start-ups, est vraiment une opération remarquable pour l'ULB. Il faut se rendre compte que plusieurs universités, et non des moindres, en Belgique mais aussi à l'étranger, nous envient un tel accord que nos collègues de Berkeley n'avaient encore jamais accepté! C'est donc aussi une belle reconnaissance de la qualité du travail réalisé par l'ULB et son TTO » conclut Patrick Di Stefano.

Des étudiants ingénieurs de l'ULB conçoivent un système de communication contribuant à lutter contre le cancer du col de l'utérus en Bolivie

Lundi le 24-08-2015

Cet été, deux étudiantes ingénieures biomédical et un étudiant ingénieur électromécanique de l'École polytechnique de Bruxelles se sont rendus dans la Région de Cochabamba en Bolivie, dans le cadre de leur cursus. Leur mission, remplie avec succès, avait pour objectif de proposer, de développer et d'installer un système informatique permettant d'échanger les informations des patients entre un hôpital central, différents centres de santé et les laboratoires d'analyses, aidant ainsi le corps médical bolivien à lutter efficacement contre le cancer du col de l'utérus. Ce projet de coopération au développement a été mené en étroite collaboration avec la Faculté de Pharmacie de l'ULB.

La Bolivie est un pays avec une des plus hautes incidences pour le cancer du col de l'utérus. Cette situation est d'autant plus tragique lorsqu'on sait que les chances de guérison s'élèvent à plus de 99% si ce cancer est dépisté à temps, et que les outils de dépistage à l'heure actuelle ont une spécificité et une sensibilité excellente.

Afin d'améliorer le dépistage de ces lésions, la Faculté de Pharmacie de l'ULB a entamé une collaboration avec l'Université Mayor San Simón (UMSS), en Bolivie, afin de développer un laboratoire de dépistage virologique, former les infirmières et gynécologues au dépistage visuel mais aussi sensibiliser la population à la possibilité d'un examen précoce et d'un traitement. À terme, ce projet-pilote pourrait s'étendre, en collaboration avec les autorités locales, à d'autres régions de ce pays.

Si ce projet montrait d'ores et déjà des résultats très prometteurs, la transmission de l'information s'avérait quant à elle difficile et entravait le bon déroulement des opérations. En effet, un grand nombre d'intervenants, incluant le laboratoire central de virologie HPV, le laboratoire central de cytologie, le laboratoire central de pathologie, les médecins traitants et le personnel soignant, doivent partager des informations cruciales, telles que les données de contact des patients et les résultats virologiques, cytologiques, pathologiques et cliniques visuels. L'ensemble de ces données était jusqu'à présent transmis de mains à mains sur papier entraînant dès lors une lenteur dans la communication des résultats et, conjointement, le non suivi d'environ 80% des personnes qui devraient être traitées ainsi que la perte de confiance de la population dans le système de soins de santé. Il était donc crucial d'améliorer la situation et de développer un système de communication efficace qui permette de suivre et de traiter en temps utile les patientes qui en auraient besoin.

Un tel système de communication a donc été mis en place cet été par les étudiants, en partenariat avec les membres de l'UMSS, afin de coller exactement aux contraintes et aux besoins locaux. Son caractère « sur mesure » permet par exemple aux utilisateurs de réaliser les tâches d'encodage qu'ils faisaient jusqu'à présent à l'aide d'un ordinateur isolé ou sur papier. Le défi était de proposer un système convivial et permettant de centraliser l'information.

Nos jeunes ingénieurs sont à présent de retour en Belgique et heureux des résultats de leur mission en Bolivie: le système informatique d'échange de données est non seulement implanté dans les différents services et fonctionnel mais ils ont eu aussi le temps nécessaire pour former le personnel local.

Ce type projet de coopération permet à de futurs ingénieurs de mettre leurs connaissances à l'épreuve des conditions réelles d'un terrain du sud. Il contribue également à la conscientisation et à l'implication des étudiants de l'ULB vis-à-vis des réalités et des problématiques des pays en développement, mais aussi de les confronter à leurs propres perceptions culturelles. De plus, au-delà de l'aspect technique ou humain, cette réalisation largement multidisciplinaire vise aussi l'acquisition d'autres compétences importantes dans le métier de l'ingénieur comme le travail en équipe, la gestion de projet ou la mise oeuvre de solutions concrètes.

Ce projet, né de la collaboration entre la Cellule de coopération au développement de l'École polytechnique (CODEPO) et la Faculté de Pharmacie de l'ULB, a bénéficié de l'appui financier de la Commission de la Coopération au Développement de l'Académie de Recherche et d'Enseignement Supérieur (ARES-CCD) ainsi que de l'École polytechnique et de ses Alumni.

La CODEPO (Cellule de coopération au développement de l'École polytechnique de l'ULB) propose chaque année à une vingtaine d'étudiants de Master un premier investissement dans la coopération au développement. Depuis peu, avec la mise en place de la Filière biomédicale, les étudiants ont également l'opportunité de mener un projet de coopération dans ce domaine.

La Faculté de Pharmacie de l'ULB permet également aux étudiants de Master de réaliser un stage de recherche en coopération au développement. Ces stages se déroulent de concert avec des projets de recherche, généralement en Afrique de l'ouest, ou encore en Bolivie, permettant tantôt d'améliorer les méthodes de diagnostic médical, d'identifier chimiquement des substances biologiquement actives extraites de plantes utilisées en médecine traditionnelle ou encore d'améliorer la qualité de l'eau.


2015-2016 sera l'Année de la France à l'ULB

Après une année académique 2014-2015 placée sous le signe de l'Allemagne, l'ULB a accepté la proposition de l'Ambassade de France d'organiser une Année de la France à l'ULB en 2015-2016. L'occasion de mettre en lumière nos collaborations scientifiques avec les collègues français et leurs institutions. L'occasion, aussi, de se laisser surprendre en (re-)découvrant ce pays à la fois si proche et si différent de notre univers belge francophone avec des évènements académiques et culturels qui s'enchaîneront dès la rentrée de septembre.

> ulb.be/anneedelafrance


L'ULB accueillera un Institut Confucius

En présence des premiers ministres chinois et belge, le recteur de l'ULB a signé ce lundi la convention officialisant l'accueil d'un Institut Confucius à l'ULB qui ouvrira ses portes dans les prochains mois. Cet Institut renforcera la place de l'ULB comme centre d'expertise et de référence sur la langue et la culture chinoise.

Le cœur du nouvel Institut Confucius sera installé sur le campus du Solbosch tandis que sa bibliothèque se trouvera dans les bâtiments de l'ISTI, l'Institut des Traducteurs Interprètes qui sera intégré à l'ULB dès le mois de septembre prochain et qui offre depuis près de 10 ans un programme de traduction du chinois vers le français.

Cette localisation, facilitera les synergies avec l'ensemble des professeurs intéressés aux études sur la langue et la culture chinoise, notamment avec ceux intervenant dans le master en études chinoises. Outre le renforcement des échanges académiques entre la Chine et l'Europe, le nouvel Institut adossé à l'ULB, facilitera la traduction et la mise à disposition du public européen d'œuvres chinoises majeures. Il se distinguera aussi de ses 'alter ego' européens par son lien étroit avec les études européennes via des collaborations avec l'Institut d'Études européennes de l'ULB.

L'Institut Confucius organisera des colloques, conférences et séminaires sur la Chine mais également des expositions, des projections de films, des cours de langue, de calligraphie, de cuisine etc. afin de mieux faire connaître la culture chinoise à la communauté universitaire et au grand public.

Crédit photo © SPF Chancellerie du Premier Ministre


L'ULB est désormais partenaire des trois principales universités de l'État de São Paulo (Brésil)

Après les Universités de São Paulo (USP) et de Campinas (UNICAMP), l'ULB vient de s'allier à la troisième université de l'État de Sao Paulo: l'Université de l'État de São Paulo "Júlio De Mesquita Filho" (UNESP), une université complète considérée parmi les meilleures du Brésil.

Le 4 juin, l'UNESP et l'ULB ont signé à Bruxelles un accord de coopération qui facilitera tous les types de collaborations entre nos institutions et ouvrira notamment la porte à des accords facultaires de mobilité étudiante.

La visite récente de l'UNESP a été l'occasion d'organiser une série de rencontres pour mettre en place des collaborations scientifiques concrètes en diabétologie, en science politique et en pharmacie.

Enfin, une rencontre avec le Département recherche a permis d'identifier une série domaines de recherche prioritaires communs aux deux institutions et de discuter de la mise en place de cotutelles de thèses.

Nos dernières publications:

Paternotte David
Tremblay Manon
Dye Guillaume
van Rompaey Anja
Brouwer Christian
Zaccaï-Reyners Nathalie
Mermet Laurent
Lauwaert Françoise
Vanacker Daniel
Laoureux Denis
De Smet François

Clin d'oeil