Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

L'objet de la recherche

Portraits

Paroles de chercheurs

Tam-tam

> Annoncer un événement dans l'agenda de l'ULB.

> Envoyez-nous vos actus et nous ferons résonner le tam-tam!

 

Prix Sanofi-Pasteur à Etienne Pays

A la tête du Laboratoire de Parasitologie moléculaire, IBMM-Faculté des Sciences, le professeur Etienne Pays s'est vu décerner le prestigieux Prix Sanofi-Institut Pasteur, catégorie "Senior", pour ses nombreuses découvertes sur les maladies à trypanosome.

Etienne Pays s'est dit "fortement honoré de ce prix qui couronne une carrière", en profitant pour féliciter ses collaborateurs actuels et passés, qui ont partagé avec lui "l'émotion incomparable de découvrir quelque chose que personne n'avait vu jusqu'alors".

Le prix Sanofi-Institut Pasteur vise à récompenser des travaux dans deux domaines majeurs pour la santé mondiale: les maladies tropicales négligées et l'immunologie. Pour cette 3e édition, quatre chercheurs - dont Etienne Pays - ont été sélectionnés parmi quelque 80 scientifiques du monde entier.

Découvrez Etienne Pays qui explique, en vidéo, ses recherches sur la trypanosomiase humaine africaine, couramment appelée maladie du sommeil.

Jardins chimiques

Formés de précipités minéraux lors de certaines réactions chimiques, les jardins chimiques produisent des formes colorées, rappelant des structures végétales. Leurs processus de croissance sont aujourd'hui étudiés pour par exemple fabriquer de nouveaux matériaux auto-organisés ou comprendre leur rôle dans l'émergence de la vie grâce à l'énergie qui peut y être stockée.

Mais ces processus sont encore mal compris, notamment parce qu'ils interagissent de manière complexe et non contrôlée, entraînant une irrégularité et un manque de reproductibilité des formes obtenues à trois dimensions.

Des chercheurs de l'ULB - Unité de chimie physique non linéaire, Faculté des Sciences - et de l'Université de Grenade ont réussi à obtenir de manière reproductible et contrôlée une grande variété de motifs tels que des fleurs, des filaments ou des spirales. Leur recherche publiée cette semaine dans la revue PNAS ouvre la voie à une meilleure compréhension des mécanismes gouvernant leur formation.


Liberté d'expression en débat

La liberté d'expression, considérée dans les sociétés démocratiques comme une liberté fondamentale, est souvent au centre de nombreuses discussions. A-t-on le droit de tout dire? Doit-on tout laisser dire? Telles seront les questions abordées lors du colloque international La liberté d'expression: Menacée ou menaçante? Jusqu'où penser, parler, écrire librement? qui a lieu les 4-5 et 6 décembre au Palais des Académies. Des philosophes, des historiens, des scientifiques, des journalistes ou encore des caricaturistes prendront part au débat.

Parmi eux, Axel Cleeremans, directeur du Centre de recherche Cognition et Neurosciences, en Faculté des Sciences psychologiques et de l'éducation et membre de l'Académie étudiera la question de la liberté à la lumière des neurosciences cognitives. « On a souvent une vision naïve du mécanisme entourant notre volonté d'agir. On pense que notre esprit est à l'origine de cette décision et que le cerveau n'est qu'un organe exécutif. La réalité est tout autre ». En effet, notre intention d'agir ne survient qu'après l'initiation de notre propre cerveau à cette action. « On peut, à travers des expériences en imagerie par résonance magnétique, observer les processus neuraux qui mènent à la prise de décision. En se concentrant sur les zones clés du cerveau, le chercheur peut ainsi prédire une décision que va prendre un participant avant même que celui-ci n'en prenne conscience ». Ce déterminisme neural pose question quant à la liberté que nous pensons avoir sur nos actions. Plus encore, la place de notre libre arbitre est profondément remise en cause.


Cap sur l'Antarctique pour les glaciologues

Ce samedi 15 novembre, quatre chercheurs du Laboratoire de Glaciologie de la Faculté des Sciences - Frank Pattyn (co-directeur), Jean-Louis Tison (co-directeur), Morgane Philippe (doctorante), Brice Van Liefferinge (doctorant) - et un chercheur de l'Observatoire royal de Belgique s'envolent dans la région du Dronning Maud Land, dans l'est de l'Antarctique, à environ 120km de la station Princesse Elisabeth.

Objectif de la mission? Récolter les données qui permettront de reconstruire le bilan de masse du dernier millénaire dans cette région de l'Antarctique et l'état de la calotte actuelle, notamment grâce à un carottage.

Les chercheurs vont aussi installer un radar interférométrique et plusieurs GPS afin de mesurer en continu le mouvement de la glace et de mesurer la fonte de la plateforme glaciaire. Ces données seront transmises via satellite une fois par jour pendant un an. Suivez le "GPS radar" via son compte Twitter @TweetinIceShelf

L'expédition s'inscrit dans la projet ICECON, soutenu par la Politique scientifique fédérale, Belspo.


Droit et cinéma

Dans L'Objet de la recherche, un chercheur présente en moins de 3 minutes, face caméra, son sujet d'étude et un objet qui illustre une facette de sa recherche ou de son parcours. François Dubuisson, chercheur au Centre de Droit international s'est livré à l'exercice.

A ses côtés, un objet directement lié à son sujet de recherche et à sa passion pour le cinéma. A voir dans L'Objet de la recherche.

Avant lui, Claudia Paladini (Institut d'Astronomie et d'Astrophysique), Coralie Henin (Institut de Biologie et de Médecine moléculaires) et Peter Eeckhout (CReA-Patrimoine) s'étaient aussi prêté au jeu... A voir ou revoir sur YouTube.


Autour des juges

La vérité est-elle justiciable? Une telle question peut paraître saugrenue. Pourtant, de manière croissante, les enceintes judiciaires deviennent des lieux privilégiés de reconnaissance et de contestation de vérités officielles, les juges devant dès lors assumer un rôle de plus en plus central dans le partage entre vérité et erreur, ainsi qu'entre vérité et opinion.

Comment les juges gèrent-ils les diverses conceptions de la vérité qui s'affrontent devant eux lors d'un procès? Comment appréhendent-ils les croyances religieuses, les événements historiques ou les vérités officielles dont il est interdit de contester l'existence? Se considèrent-ils liés par une vérité établie ou développent-ils au contraire des stratégies pour la redéfinir? Quelles sont les interactions voire les tensions qui se nouent, dans le contexte d'un procès, entre droit, magie, religion, science, histoire et politique?

L'ouvrage La vérité en procès. Les juges et la vérité politique qui vient de sortir traite de ces questions. Conçu à partir d'études de cas, cet ouvrage pluridisciplinaire est né à la suite du colloque La vérité en procès et publié sous la direction de Julie Allard, Olivier Corten, Martyna Falkowska, Vincent Lefebve et Patricia Naftali, en Faculté de Droit et de Criminologie.

Il s'inscrit plus largement dans le cadre de l'Action de recherche concertée, ARC Le juge, un acteur en mutations, qui, entre autres, vient de démarrer un nouveau cycle de séminaires pluridisciplinaires, Figures du juge.


Thermodiffusion en microgravité

La thermodiffusion est l'établissement d'une différence de concentration dans un mélange initialement homogène lorsqu'il est soumis à une différence de température.

Deux études du Microgravity Research Center, Ecole Polytechnique de Bruxelles permettent de mieux comprendre ce phénomène.

Ces travaux montrent comment la thermodiffusion modifie le comportement d'un système binaire lorsqu'il est soumis à des vibrations ou lorsqu'il est proche du point critique. L'extension à des mélanges ternaires pourrait aider à préciser la valeur économique de gisements de pétrole par exemple.

La qualité de ces recherches, menées expérimentalement en microgravité dans la Station Spatiale Internationale, est soulignée par l'European Physical Journal qui a choisi de mettre les résultats en évidence.

 

Nos dernières publications:

Michel Meyer
Meyer Michel
Hasquin Hervé
Colmant Bruno
De Smet François
Rey Bernard
Galli Francesca
Weyembergh Anne
Landenne Quentin
Storme Tristan
Cosmai Domenico