Act'ULB pour mobileAct'ULB pour tablette

L'objet de la recherche

Portraits

Paroles de chercheurs

Tam-tam

> Annoncer un événement dans l'agenda de l'ULB.

> Envoyez-nous vos actus et nous ferons résonner le tam-tam!

 
 

Cancer: vers un nouvel outil d'aide à la décision?

Lundi le 18-05-2015

Face au cancer, il est important de disposer de nouveaux appareils qui permettent de poser un diagnostic, d'établir un pronostic et d'analyser et contrôler les données avec précision, plus rapidement qu'aujourd'hui.

Réunissant 9 partenaires, le projet européen GLAM a pour ambition de répondre à ce défi: il vise à concevoir et élaborer un nouvel outil de diagnostic capable de détecter des marqueurs biologiques présents dans des fluides biologiques obtenus de façon non invasive, principalement les urines dans le cas des cancers de l'appareil génito-urinaire, afin d'aider les oncologues à prendre de meilleures décisions thérapeutiques dans une approche de médecine personnalisée.

Ce projet mettra au point un appareil intégré, fonctionnant à l'aide de nouveaux biocapteurs photoniques et caractérisé par une sensibilité extrême, la simplicité d'utilisation, la portabilité, un faible coût...

Parmi les partenaires de ce projet européen, Grégory Kozyreff – unité d'Optique non-linéaire théorique, Faculté des Sciences – qui interviendra surtout dans la phase de conception et de démonstration expérimentale en laboratoire, en apportant un support théorique sur les aspects optiques du capteur pour optimiser sa sensibilité.

Hip-hop, vers la fin du ghetto ?

Lundi le 18-05-2015

Le Rap, le Graffiti, le Breakdance sont différentes branches constituantes d'un même mouvement : le hip-hop. Depuis les années quatre-vingt, cette mouvance culturelle a gravi les échelons pour quitter les quartiers pauvres et se faire apprécier de tous. Aujourd'hui, quelles considérations accorde-t-on à cet art urbain ?

Le 86e numéro de la revue Brussels studies fait la part belle au hip-hop, en s'intéressant particulièrement à la spatialité des « battles » et des entraînements de breakdance à Bruxelles.

Pour mieux comprendre l'insertion contemporaine de cet art de rue dans le contexte bruxellois, la revue a fait appel à Benoît Quittelier. Docteur en géographie, Faculté des Sciences, le chercheur est aussi danseur de breakdance depuis le début des années 2000, il bénéficie donc d'une expérience pointue du terrain.

Selon Benoît Quittelier, si la danse est pratiquée essentiellement hors des zones défavorisées de Bruxelles, elle continue à éprouver du mal à s'imposer dans le réseau culturel. Les spectacles de breakdance étant dés lors souvent liés à des sponsors publicitaires.

Les formations souffrent également de ce manque de considération, trouver des lieux pour enseigner cette danse reste difficile. Par conséquent, les pratiquants se trouvent obligés de s'approprier l'espace urbain, non sans risques. Alors, les lieux du Hip-hop vers la fin du ghetto ?

Un article de Benoît Quittelier à découvrir dans le dernier numéro de Brussels studies.


Redémarrage du LHC: déjà des collisions record!

Les activités du CERN reprennent progressivement : le LHC (Large Hadron Collider) a été remis en route il y a quelques jours, après 2 ans d'inactivité durant lesquels plusieurs modifications ont été effectuées pour notamment le rendre plus puissant.

La nuit dernière, lors des tests de réglages, les physiciens du CERN ont pu observer pour la première fois une collision de protons à l'énergie record de 13 TeV, une énergie jamais atteinte par un accélérateurde particules. Les tests continuent dans les jours à venir : un deuxième round est prévu début juin. Une fois tous les paramètres définis, tous les détecteurs pourront être relancés. Les scientifiques de l'ULB (Service de Physique des particules élémentaires, Faculté des Sciences) et leurs collègues pourront alors reprendre l'analyse de données du détecteur de particules CMS.

Le LHC run 2 a pour but de confirmer l'existence et de caractériser le boson de Brout-Englert-Higgs, dont la découverte a été confirmée par le CERN en 2012, ce qui vaudra à François Englert et Peter Higgs le prix Nobel de physique en 2013. Mais les scientifiques s'intéresseront également à la matière noires, aux particules 'exotiques', à la supersymétrie, etc.

[Plus d'informations sur le site du CERN]


Belge ou Belgo-étranger ?

Quelle est mon identité ? Comment suis-je considéré au niveau socio-économique ? Où est-ce que je situe la place de la religion dans notre société ? Voilà autant de questions sur lesquelles se sont penchés 700 Belges d'origine turque et ou marocaine à travers une enquête co-dirigée par Corinne Torrekens, Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l'Égalité (GERME) et réalisée par la Fondation Roi Baudouin,.

Centré sur l'opinion des Belgo-Turcs et Belgo-Marocains, le but de cette enquête est de cerner leurs profils socio-démographiques, leurs positionnements dans la société belge, ainsi que d'analyser leurs dynamiques d'intégration et les difficultés qu'ils rencontrent.

Les résultats de l'enquête témoignent d'une réalité complexe. Plus de 9 répondants sur 10 possèdent la nationalité belge ; la majorité de ces groupes se sent autant belge que d'origine étrangère. Mais une personne sur deux estime qu'elle n'est pas perçue comme Belge par les Belgo-Belge. On constate une amélioration dans leurs niveaux de revenu et beaucoup sont propriétaires de leur logement, cependant le taux de chômage reste élevé au sein de leurs communautés.

Le rapport Belgo-Marocains et Belgo-Turcs : (auto)portrait de nos concitoyens peut être consulté, téléchargé ou commandé sur le site de la Fondation Roi Baudouin.


Les critères du journalisme 2.0

Le concept de « Gatekeeper » n'est pas nouveau dans le journalisme, et les mécanismes de sélection de l'information ont toujours été un mystère. Mais aujourd'hui, les évolutions technologiques et la crise que traversent les médias d'information compliquent encore la question.

De nouveaux acteurs et de nouvelles pratiques journalistiques émergent. Twitter, Facebook et autres réseaux sociaux sont omniprésents dans nos vies et avec eux, les flux d'information en continu.

Des chercheurs du Département des sciences de l'information et de la communication (Florence Le Cam, François Heinderyckx et David Domingo) ont travaillé en collaboration avec la Missouri School of Journalism sous la direction de François Heinderyckx (ULB) et de Tim.P.Vos (University of Missouri) pour se pencher sur ce phénomène.

Un travail à découvrir dans Gatekeeping in Transition aux éditions Routledge


La chimie du poisson-zèbre

Des motifs distincts aux teintes vives, c'est ce qui caractérise la peau du poisson-zèbre. Ces modèles font l'objet d'études, et peuvent être reproduits par des modèles mathématiques.

Une idée issue de la pensée d'Alan Turing, selon laquelle ces motifs seraient dus à des molécules qui diffusent entre les cellules, provoquant ainsi des réactions chimiques. Pourtant, des travaux plus récents démontrent qu'ils ne sont pas dus à des molécules qui diffusent, mais à des cellules entières et immobiles.

Ce sont sur ces recherches plus récentes qu'est basé le travail de Domenico Bullara et Yannick De Decker, Laboratoire de Chimie physique non linéaire, Faculté des Sciences.

Leur modèle : « La croissance différentielle », basée sur l'interaction cellulaire. Il explique comment les cellules pigmentaires d'un poisson favorisent ou inhibent la survie de ses congénères en fonction de la distance qui les sépare.

Cette approche, permet aussi de reproduire les motifs observés sur la peau du poisson-zèbre, et mène au même type d'équations mathématiques que celles proposées par Turing. De plus, celle-ci explique l'efficacité inattendue des modèles « de réaction-diffusion ».

Des recherches exposées cette semaine dans Nature Communications.


Regards croisés sur l'espace carcéral

Doctorant au Centre de recherches criminologiques de la Faculté de Droit et Criminologie, David Scheer, n'a pas voulu se cantonner à son domaine de prédilection : la criminologie. Sa thèse en est un bon exemple, intitulée Espace de pénalité : de la conception aux lieux vécus, elle s'intéresse à différents domaines dont la géographie, la criminologie et l'architecture.

Sa dernière publication suit cette même logique. Elle survient à la suite d'un colloque associant sciences sociales et architecture, l'idée étant de montrer que regrouper des domaines différents de la recherche permet d'aboutir à des objets d'études spécifiques.

David Scheer décrit l'espace carcéral en deux grands points. D'abord, comme un dispositif pensé et conçu par des personnes au capital social élevé (politiques, administrateurs,directeurs...) Ensuite, comme un laboratoire social où se côtoient détenus et professionnels.

Rencontrer des géographes et des architectes aussi intéressés par l'espace, qu'il soit carcéral ou non, lui a permis de concilier ces deux visions de la prison : un espace bâti, mais aussi un lieu de pratiques et de perceptions.

Le travail pluridisciplinaire de David Scheer est à découvrir dans sa publication, L'espace carcéral à travers les épistémologies.

 

Nos dernières publications:

Hottois Gilbert
Missa Jean-Noël
Perbal Laurence
Bribosia Emmanuelle
Rorive Isabelle
Wilmet Marc
Déom Jacques
Saygin Mehmet Alparslan
Couloubaritsis Lambros
Cartuyvels Yves
Guillain Christine
Vanhaesebrouck Karel
Périer-D'Ieteren Catheline
Mohrmann Ivo